Big Kids

Après Dressing nommé dans la Sélection Officielle à Angoulême en 2017, Big Kids le nouvel album de Michael DeForge a de nouveau les honneurs du Festival en étant présent dans la liste principale pour les Fauve de 2018.

Un adolescent vit avec sa mère et son père ainsi que son oncle policier depuis son divorce. Jeune homosexuel, il est en couple avec Jared qui lui fait subir parfois d’étranges rites. Il est aussi le souffre-douleur de plusieurs élèves de son lycée.

Après la mutation forcée de son oncle, il peut de nouveau être tranquille dans le sous-sol de la maison ; enfin le pense-t-il. Une étudiante en graphisme vient emménager dans la chambre vide. Très discrète, elle prend alors la défense du jeune adolescent et commence à le couver. Dans le même temps, il rompt avec Jared…

Auteur à l’univers singulier et fort, Michael DeForge nous étonne de nouveau avec Big Kids. Après Lose (en 2014), En toute simplicité (la même année), La fourmilière (en 2015) et Dressing (en 2016), les éditions Atrabile poursuivent leur travail de traduction de l’œuvre de l’américain. Dans ce nouvel excellent album, il se questionne et questionne le lectorat sur la période délicate de l’adolescence mais aussi sur la différence (l’homosexualité de son personnage principal et la solitude de l’étudiante). Ses deux protagonistes se retrouvent alors dans leur singularité.

Michael DeForge place aussi son héros dans un environnement peu avenant notamment à cause de ses fréquentations. Il glisse dans son récit aussi le harcèlement scolaire; ce qui en fait un jeune garçon un peu perdu et mal dans sa peau.

Si l’intrigue de Big Kids nous interpelle agréablement, sa partie graphique aussi. Même si l’on est habitué à ses dessins très métaphoriques, Michael DeForge nous étonne encore par son personnage en mutation (le passage dans le monde des adultes) sous forme de brindille.

Big Kids : encore un merveilleux albums de Michael DeForge mis en lumière par sa nomination à Angoulême : mérité !

Article posté le mardi 09 janvier 2018 par Damien Canteau

Big Kids de Michael DeForge (Atrabile) décrypté par Comxitrip
  • Big Kids
  • Auteur : Michael DeForge
  • Editeur : Atrabile
  • Prix : 14€
  • Parution : 13 février 2017
  • IBAN : 9782889230525
  • Résumé de l’éditeur : Ça commence presque comme du Perec : des souvenirs qui remontent, une énumération de moments, de gens, de sensations… puis ça vire du côté de Larry Clark quand celui-ci dresse par ses photos le portrait d’une certaine jeunesse. Pour l’adolescent héros de Big Kids, du jour en lendemain, un changement s’opère (on n’en dira pas plus) et soudainement, le goût a une forme, la musique quatre pattes qui vous court sur l’épaule, et plus rien ne ressemble au monde d’hier. Dans ce récit, que l’on pourra lire comme une métaphore de l’adolescence, DeForge réussit à parler avec une acuité rare de cette étrange période où tout se bouscule, cette période qui ressemble à un perpétuel combat et où les victoires sont trop rares, cette période pleine de choix qu’il faut faire et de contradictions qu’il faut démêler. Sous ses dehors un peu trash et expérimentaux, Big Kids est pourtant un formidable hymne à la vie, à l’immanence des choses, à leur beauté, pour autant que l’on se donne la peine de les regarder comme il faut. Big Kids est le nouveau petit miracle d’ingéniosité signé Michael DeForge, l’une des voix les plus singulières et remarquées de la bande dessinée nord-américaine contemporaine.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir