Blue Period T7

Une année se termine, une autre commence. Yatora entre à l’université et il a du mal à le réaliser. Blue Period entre dans un nouvel arc, non moins dénué de stress, d’angoisse, de remise en question perpétuelle et de recherche de sens. 

A sa grande surprise Yatora a réussi l’examen de Geidai, seule faculté d’art public du pays et donc seul établissement a rentrer dans ses moyens. Mais aussi l’université la plus demandée, avec un taux d’admission ridiculement bas. Yatora ne s’attendait pas a réussir. Lui, qui a commencé l’art à peine plus d’un an auparavant. Les résultats du concours, il les regarde un peu comme s’ils venaient de Mars.

Et plus le temps passe, plus la rentrée se rapproche, plus Yatora se sent mal. Il a un sacré syndrome de l’imposteur, et ça ne va pas s’arranger.

Car l’entrée à Geidai, c’est la garantie de rencontrer des gens complètement étranges, à côté de la plaque, bizarres et extrêmes dans leur excentricité. C’est la garantie de voir des personnalités usées par des années d’expériences différentes, par plusieurs tentatives d’entrer à l’université, par des prépa à n’en plus finir, par des expositions, d’autres écoles ou juste l’école de la vie.

Pas la peine de forcer la comparaison pour s’apercevoir que Yatora ne se sent ni à sa place ni au niveau.

Très vite, le jeune homme va se rendre compte qu’il ne suffit pas de dessiner pour être artiste. Et que Geidai, ce n’est qu’une école. Alors quel est son but à lui ? Que veut-il dire avec son art ?

Ce septième tome de Blue Period est une séance de psy à lui seul. Il immerge son personnage dans un tout autre univers, et Yatora a l’impression de se noyer. L’adaptation va être dure, il va se cogner aux nouvelles conditions de travail, aux personnalités de ses professeurs et camarades de promotion. Il va devoir se remettre en question brutalement. Cela va être infernal, mais aussi passionnant.

Tsubasa Yamaguchi nous transmet toute l’angoisse de Yatora et son sentiment d’être piégé avec son graphisme puissant. L’intensité des regards et la torsion des corps instaurent une ambiance anxiogène, mais aussi captivante. Le dessin de Blue Period est bourré d’énergie. Celle-là même qui semble échapper à Yatora.

Blue Period T7 est un début de nouvel arc puissant, très instructif et sensible. Tsubasa Yamaguchi nous pousse un peu plus vers Yatora, et Yatora s’apperçoit que la montagne qu’il veut franchir est en réalité beaucoup plus grande que prévu.

Article posté le vendredi 04 mars 2022 par Ma Lo

Blue Period T7 - Tsubasa Yamaguchi - Pika Edition
  • Blue Period T7
  • Autrice : Tsubasa Yamaguchi
  • Editeur : Pika Edition
  • Prix : 7,50€
  • Parution : 19 janvier 2022
  • ISBN : 9782811661014

Résumé de l’éditeur : Yatora a réussi l’exploit d’être admis au concours de Geidai du premier coup. Le cœur vibrant, plein d’attentes et d’inquiétudes à la fois, il fait ses premiers pas à l’Université des Arts de Tokyo pour goûter à sa nouvelle vie d’étudiant. Il va y faire des rencontres surprenantes, mais va également se confronter à la dure réalité des écoles d’art…

À propos de l'auteur de cet article

Ma Lo

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont englouti Ma Lo. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir