Conrad et Paul, Une station spatiale nommée désir

Notre avis : Créée en 1994 par Ralf König, la série Conrad et Paul met en scène un couple d’homosexuels en Allemagne. L’auteur base les aventures de ces deux allemands sur sa propre expérience de vie. Après plus de 15 ans de sommeil, il revient avec un sixième tome : Une station spatiale nommée désir.

Paul se met en branle pour écrire un nouveau roman se situant dans l’espace. Le propos de départ est simple : en 2201, l’Humanité est privée de testostérone. Rapidement son écrit se transforme en fantasmes non avoués, il met en scène les personnes qu’il aimerait rencontrer, avec qui il aimerait coucher.

Conrad n’en peut plus de ces sous-entendus. Surtout qu’un autre fait se présente : la sœur de romancier en herbe est enceinte !

Alors que les trois premiers volumes de Conrad et Paul étaient des histoires longues, les suivants mettaient en scène le couple très libre dans des mini-récits et pour Une station spatiale nommée désir, Ralf König revient à ses premières amours avec une histoire complète. Comme à son habitude, l’auteur allemand fait rire grâce au quotidien de ses personnages. Car oui, ce couple est normal, avec ses envies, son amour, ses rires, ses doutes, ses engueulades et les belles-familles. A un tournant de leur vie en commun, il pimente son histoire de la relations haine-amour de Paul et sa sœur mais surtout les folles envies de ce dernier dans son roman.

Surnommé « le Bretécher gay », Ralf Konig est depuis les années 80, l’un des auteurs allemands les plus lus dans le monde. Grâce à ses personnages fétiches Conrad et Paul mais aussi La capote qui tue, Comme des lapins (prix du scénario en 2005 à Angoulême), Les onze mille vierges ou Mignardises, il a fait avancé les revendications de la communauté homosexuelle (acceptation de la différence, rapports homme-femme et homo-hétero, sida…). Il faut dire que ses propos sont chocs mais toujours amusants. Le recul et l’auto-dérision font de ses albums de purs moments de bonheur. Son propos très drôle lui permet de rendre plus visible les homos et surtout d’un point de vue positif.

Article posté le jeudi 22 septembre 2016 par Nicolas Albert

6e tome de Conrad et Paul de Ralf Konig (Glénat) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Conrad et Paul, tome 6 : Une station nommée désir
  • Auteur : Ralf König
  • Editeur : Glénat
  • Prix : 25€
  • Parution : 21 septembre 2016

Résumé de l’éditeur : Pour son prochain livre, Dans l’espace, personne ne t’entend grogner, Paul s’est mis à la science-fiction. Il imagine un monde en 2201 où l’humanité, privée de testostérone, doit récolter cette précieuse ressource sur les terres écarlates de Mars. Mais pour Conrad, ce livre est clairement un nouveau prétexte à coucher ses fantasmes sur papier. Il aimerait bien que, pour une fois, Paul écrive un livre qui parle à tout le monde : glabres, velus, virils, efféminés, homo, hétéros, hommes et femmes ! Mais ce n’est pas gagné… Conrad et Paul, couple culte de la BD d’humour, revient après près de 15 ans d’absence ! Et pour ce grand retour, Ralf König leur offre un ouvrage imposant : 160 pages de délires en tous genres, avec des vaisseaux spatiaux et des extra-terrestres aux appendices… inattendus !

À propos de l'auteur de cet article

Nicolas Albert

Nicolas Albert

Nicolas Albert est journaliste à la Nouvelle République - Centre Presse à Poitiers. Auteur de plusieurs livres sur la bande dessinée (Atelier Sanzot, XIII 20 ans sans mémoire…) ou de documentaires video, il assure également différentes missions pour le festival international de la bande dessinée d'Angoulême : commissaire d’expositions (Atelier Sanzot, Capsule Cosmique, Boule et Bill, le Théâtre des merveilles, Les Légendaires…), metteur en scène des concerts de dessins, rédacteur en chef de la WebTV et membre du comité de sélection.

En savoir