La casa azul

Pour raconter la vie romanesque de Frida Kahlo, Tyto Alba a choisi Chavela Vargas, la grande amie de la célèbre peintre. Edité par Vertige graphic, La casa azul passionne !

Mexico, 1989. Un jeune touriste cherche le musée Frida Kahlo. Arrivé devant la porte, il est fermé. Il se réfugie alors dans le bar d’à côté. Là, il fait la connaissance de Chavela Vargas, une amie intime de la célèbre peintre. Après un premier refus, elle commence à raconter leur vie, celle de l’art…

Après Frida Kahlo : Pourquoi voudrais-je des pieds puisque j’ai des ailes pour voler ? de Jean-Luc Cornette, Le perroquet de Frida Kahlo de Jason ou le magnifique album de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez, un nouveau récit autour de l’artiste mexicaine. Quelle excellente idée a eut Tyto Alba de confier l’histoire de sa vie à sa meilleure amie ! Moins connue que Frida, Chavela fut une grande chanteuse de ranchera. Son titre phare reste Piensa en mi (repris par Luz Casal dans Talons aiguilles de Almodovar).

L’auteur de La vida et Tante Wussi met en lumière cette amitié forte entre deux femmes rebelles, d’une grande modernité pour leur époque. Plus simple il est vrai lorsque l’on appartient au milieu de l’Art, considéré comme plus ouvert. Tout les moments importants de la vie de Frida sont là : sa maladie, son accident de car, ses premiers dessins, Diego Rivera son mari artiste, ses animaux, ses auto-portraits mais aussi ses doutes et ses démons. Le tout est superbement mis en image par un dessin moderne et d’une belle vivacité.

Après Picasso et Casagemas, Tyto Alba poursuit avec justesse et intelligence les amitiés entre artistes avec La casa azul. Passionnant !

Article posté le dimanche 19 août 2018 par Damien Canteau

La casa azul de Tyto Alba (Vertige Graphic)
  • La casa azul
  • Auteur : Tyto Alba
  • Editeur : Vertige Graphic
  • Parution : 14 juin 2018
  • Prix : 15€
  • ISBN : 9782849991268

Résumé de l’éditeur : « Aujourd’hui, j’ai rencontré Chavela Vargas. Extraordinaire, lesbienne, elle est telle que je la désire… » écrit Frida Kahlo à son ami Carlos Pellicer. Ce livre retrace le récit pudique de leur relation, conté par Chavela, trente cinq ans après la mort de Frida, à un jeune touriste rencontré dans une cantina de Coyoacán, le quartier des artistes de Mexico, par une pluvieuse après-midi. Récit de leur vie à trois, dans la merveilleuse « casa azul » ou elle est arrivée un soir de fête, pour n’en repartir que deux ans plus tard. Frida a dix ans de plus qu’elle et Diego bien plus encore, et c’est avec un regard émerveillé et naïf de gamine, qu’elle les observe et boit leurs paroles, leurs gestes, leurs drames et leur passion. Cependant c’est vers Frida que va son profond attachement, Frida l’artiste, Frida la femme : «Bien que je l’admirais, mon amour pour elle était bien plus grand que mon admiration pour son art…». Elles ont en commun d’être rebelles, insoumises aux dogmes sociaux, exploratrices de tous les possibles, dans l’art, en amour, dans leur sexualité, leur vie…

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir