L’ombre de la nuit

Agréable recueil de récits courts de Jordan Crane, L’ombre de la nuit emporte le lecteur dans les tréfonds de l’être humain. Une belle surprise !

L’employé du moi nous surprendra toujours ! Les responsables de cette petite structure associative belge nous dénichent souvent des petites pépites et des auteurs indépendants de grand talent. Après Charles Forsman (Pauvre Sydney) , Noah Van Sciver (Fante Bukowski) ou John Porcellino (Chroniques cliniques),  ils dévoilent un recueil de Jordan Crane. L’auteur de Los Angeles a prépublié ses courtes histoires dans Uptight, son fanzine. Elles ont été récompensées de leur qualité par deux Ignatz Awards en 2009 (prix de la scène alternative BD).

Pour chacun des récits, il malmène ses personnages et les fait glisser dans des situations parfois inconfortables. Il manie avec justesse de nombreux genres littéraire : science-fiction, comédie dramatique ou suspense. Ainsi le lecteur peut découvrir une grande variété de tons employés et de narration. Jordan Crane est fort et on s’en délecte ! Adolescent rejeté, loup-garou assoiffé, meurtrier d’une vieille femme, père rabroué par sa fille, homme n’ayant plus de désir pour sa femme ou équipage de navette spatiale, tout est excellent dans ces courts récits !

Article posté le samedi 22 décembre 2018 par Damien Canteau

L'ombre de la nuit de Jordan Crane (L'employé du moi)
  • L’ombre de la nuit
  • Auteur : Jordan Crane
  • Editeur : L’employé du moi
  • Parution : 21 novembre 2018
  • Prix : 21€
  • ISBN : 9782390040460

Résumé de l’éditeur : Robert est un adolescent en colère. Amis, frères, parents, tout le monde semble ligué pour lui pourrir l’existence. Une nuit, il s’échappe de la maison familiale pour enfourcher la moto de son copain Ernesto, avec la vague idée de partir, loin. Eldrige est un homme proche de la retraite, exaspéré par une vie de couple d’où toute tendresse s’est évaporée. Lorsque sa fille débarque pour la nuit après une dispute avec son compagnon, il est rapidement pris à partie et déguerpit à la cave pour finir son repas et se consoler au gin-tonic. Les personnages dépeints par Jordan Crane sont aussi divers qu’ils sont touchants. Chacun des neuf récits de L’Ombre de la nuit nous projette dans des ambiances tendues, avec une efficacité rare dans la description de ses personnages et des situations. Séquence onirique, science-fiction, comédie dramatique, le spectre est large mais secoue à chaque fois par la crédibilité de son écriture. Jordan Crane offre également dans ce livre l’étendue de ses capacités graphiques, un trait lisse et précis qui s’accompagne de la maîtrise des masses ou de la bichromie. Détaillé pour décrire un garage, ou une femme nue armée d’un marteau, il peut aussi se faire plus rond pour dépeindre une ballade à la campagne d’un couple amoureux

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir