Robin Hood

Notre avis : Le grand public a découvert Simon Roussin grâce à son formidable Barthélémy l’enfant sans âge (Cornélius). Les éditions L’employé du moi publient à nouveau l’une de ses premières bandes dessinées, Robin Hood.

Ce recueil est composé de petites saynètes mettant en scène le célèbre hors-la-loi, vivant au cœur de la forêt de Sherwood. Pour raconter les exploits de celui qui vole aux riches pour redonner aux pauvres, l’auteur le met en scène de façon humoristique. Tantôt, il couche avec la femme du Shérif de Nottingham, tantôt il est envoûté par le charme de Marianne, tantôt il s’arrête dans son attaque d’une diligence en voyant sa belle, tantôt il ferraille avec Petit Jean.

Devenus amis et compagnons d’armes, leur relation est plutôt trouble. Il faut souligner que l’auteur fait du colosse, un homme naturiste, attiré par les hommes et même les jeunes garçons. Ces pulsions nombreuses et variées permettent quelques situations cocasses. Pour compléter son ouvrage, Simon Rousssin gratifie le lecteur de nouvelles pages dans son style inimitable, à la fois naïf et enfantin aux crayons feutres mais tellement maîtrisé.

Né en 1987, le jeune auteur, diplômé des Arts Décoratifs de Strasbourg en 2011, travaille régulièrement pour les revues XXI ou le New York Time; il est aussi cofondateur avec Marion Fayolle et Matthias Malingrëy de la revue Nyctalope.

Article posté le mercredi 06 janvier 2016 par Damien Canteau

  • Robin Hood, nouvelle édition
  • Auteur : Simon Roussin
  • Editeur : L’employé du moi
  • Prix : 15.90€
  • Sortie : novembre 2015

Résumé de l’éditeur : Du Moyen Âge à nos jours, chansons et ballades, pièces de théâtre et comédies musicales, films et séries télévisées ont façonné un mythe en résonance avec leur temps, fredonné par le peuple ou par le pouvoir en place. Les récits s’étoffent de péripéties et finissent par s’associer. Mais connaissez-vous la véritable légende de Robin des bois ?

Ce qui relie ces « différentes » versions est en fin de compte l’idée de liberté, une valeur abstraite et l’un des fondements de la culture occidentale. Réévaluée d’époque en époque, cette liberté s’exprime dans l’histoire du personnage, raturée, copiée/collée, remaniée, adaptée sans vergogne à travers les âges. Reprendre Robin Hood aujourd’hui, c’est donc à la fois revendiquer le refus de propriété de ce mythe et questionner ce que peut signifier la liberté dans notre culture ! La nostalgie qui se dégage de l’ensemble du Robin Hood de Simon Roussin n’est pas sans écho avec notre génération. Le déchirement de Robin entre loyauté et pulsions est un lourd prix à payer.

Cela dit, le moteur de Robin Hood, au-delà de son désir de justice, correspond bien à un sourd appétit de vie que les feutres fauves de Simon Roussin font pulser dans la matière même du dessin, à chaque page de ce récit !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir