Venemum, la grande histoire du poison

Notre avis : En guise de catalogue d’exposition, le Musée des Confluences de Lyon propose Venenum, la grande histoire du poison signé Fabien Toulmé.

A Lyon, dans le Musée des confluences, se tient l’exposition Venenum, un monde empoisonné (du 15/04 au 13/04/18). « Le poison évoque une double ambiguïté : il est à la fois une substance originellement présente dans le milieu naturel mais également une mixture préparée à des fins criminelles, qui en fonction de la dose, pourra être mortelle ou salvatrice. »

Pour accompagner l’événement, l’établissement privé a fait appel à Fabien Toulmé pour mettre en image l’exposition. L’auteur des merveilleux albums coups de poing Ce n’est pas toi que j’attendais et Les deux vies de Baudoin (Delcourt) s’attèle à cette tache qui n’est pourtant pas des plus simples : raconter l’histoire du poison à travers les âges.

Pour cela, il n’hésite pas à mettre en scène sa famille (sa femme Patricia et ses deux filles Louisa et Julia) autour d’une table pour le repas. Il compose son album de courts chapitres :

  • Les empoisonneurs à travers les âges… Le poison étant considéré comme « l’arme des sans armes » c’est à dire des religieux et des femmes, par oppositions aux hommes qui combattent. De Circée la magicienne à Agrippine, en passant par les Borgia, Valentine Visconti ou encore Marie Besnard, les femmes sont au cœur des grandes affaires d’empoisonnement.
  • Les poisons dans la nature. Fabien Toulmé revient sur les notions de vénéneux et venimeux. Il parle des champignons, des plantes  et des animaux.
  • Le poison et ses usages. Quoique l’on en pense, des codes ont été souvent établis autour des poisons. Des chasseurs indiens, des hommes de la Préhistoire au gaz moutarde, tout n’était pas possible. Il revient aussi sur les affaires Litvinenko (agent secret russe), Ianoukovitch (président ukrainien) ou Markov (dissident bulgare).
  • Dans le poison, le remède… Fabien Toulmé explique que le poison à faible dose est aussi un remède pour guérir.

Venenum la grande histoire du poison : si l’album est didactique – il est très documenté – il n’en est pas du tout rébarbatif grâce à un humour distillé par Fabien Toulmé. A toutes les pages, dans chaque vignette, il apporte une touche par son dessin ou un dialogue très décalé, un peu comme Pénélope Bagieu a pu le faire dans ses deux volumes de Culottées : cela fonctionne, c’est très drôle. Cet angle devrait être plus souvent utilisé dans les formes de transmission du savoir, cela serait plus efficace qu’il simple livre enchainant dates et anecdotes.

Article posté le samedi 08 juillet 2017 par Damien Canteau

Venenum de Fabien Toulmé (Musée des confluences) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Venenum la grande histoire du poison
  • Auteur : Fabien Toulmé
  • Editeur : Musée des confluences / Lyon BD
  • Prix : 15.95€
  • Parution : 22 juin 2017
  • ISBN : 9782954714899

Résumé de l’éditeur : Le mot latin venenum désigne aussi bien les poisons élaborés par l’homme que les substances vénéneuses des plantes et des champignons ou encore le venin du serpent mais également une « drogue » qui peut tuer ou guérir. Saviez-vous que le poison était utilisé pour la médecine, la chasse, la pêche, la guerre, pour des rituels … et même en politique? Que Circé avait commencé sa « carrière » d’empoisonneuse en tuant son mari, épaulée de loups et de lions eux aussi ensorcelés ? Que la purée de brocolis, contre toute attente, n’était PAS un poison ? Connaissez-vous la différence entre venimeux et vénéneux ? Après une visite au Musée des Confluences de Lyon, Fabien Toulmé sait dorénavant tout sur les poisons, leur histoire, leurs formes et leurs usages, et le raconte dans cet album, un condensé d’humour et de vulgarisation scientifique !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir