Top 10 des bandes dessinées de Jim

Une fois n’est pas coutume, Comixtrip met en exergue un auteur, avec dix bandes dessinées issues de la longue bibliographie de Jim. Ce boulimique, aux multiples casquettes, n’a au fond qu’une seule idée en tête et ce, quelque soit son mode de réalisation : mettre à nu la nature humaine. La confronter à une situation singulière et nous démontrer de quelle manière elle va l’appréhender.

C’est indubitablement son cheval de bataille. Cette façon d’analyser la psychologie de ses personnages, permet au lecteur de s’y identifier, ou pas. Ce qui veut dire que Jim nous touche, ou pas. Forcément subjectif, ce top se permet d’identifier les œuvres les plus marquantes de celui qui, jadis, se faisait appeler Téhy.

Vous avez un autre classement à nous proposer ? N’hésitez pas à nous en faire part en nous le signalant dans les commentaires.

1.

Petites éclipses
de Jim & Fane (Casterman)

Quelques jours avant la grande éclipse de soleil, six personnages quittent Paris pour aller vivre ensemble l’événement dans un gîte rural du sud de la France. Trois femmes, trois hommes. Tous ou presque sont trentenaires et amis de longue date, déjà un peu cabossés par la vie, mais avec des rêves et des désirs plein la tête. Quel précipité humain inattendu – au sens presque chimique du terme – ce huis-clos improvisé va-t-il finalement générer ?

 

2.

L’Invitation
de Jim & Dominique Mermoux (Vents d’Ouest)

Un téléphone sonne en pleine nuit dans un appartement parisien, réveillant Raphaël et Helen. Raphaël se lève et décroche. À l’autre bout du fil, c’est son pote Léo. Son vieux pote Léo. Il est en panne avec sa voiture à plus d’une heure de route et demande à son ami, puisque ce sont des choses qui se demandent entre amis, s’il peut venir le dépanner. Après quelques hésitations – il est vrai que réveiller un ami en pleine nuit, ce ne sont décidément pas des choses qui se font, entre amis – Raphaël s’habille, attrape ses clés, et part rejoindre ce très cher emmerdeur de Léo. Sur place, en pleine cambrousse, Raphaël découvre la vraie raison de sa présence ici : Léo a appelé plusieurs de ses proches, curieux de savoir lesquels prendraient la peine de se déplacer pour lui. Un test à l’amitié, ni plus, ni moins. Raphaël est furieux d’avoir été ainsi testé ; ça ne se teste pas, l’amitié !

Lire la chronique

3.

Une nuit à Rome
de Jim  (Bamboo)

Raphaël vit depuis un an avec Sophia. Quelques jours avant ses 40 ans, il reçoit une cassette vidéo. En la visionnant à sa fête d’anniversaire, il se revoit vingt ans plus tôt avec Marie, son amour de jeunesse. Les deux s’étaient promis de passer la nuit de leurs 40 ans ensemble à Rome, quoi qu’il arrive…

4.

Où sont passés les grands jours ?
de Jim & Alexandre Tefenkgi (Bamboo)

« On savait tous qu’un jour il faudrait devenir des adultes. Personne ne nous avait dit que ça viendrait si vite ». C’est une histoire de trentenaires. C’est l’histoire d’Hugo, Etienne et Jean-Marc. Mais c’est aussi l’histoire de Fred, que personne n’oublie. C’est l’histoire d’un testament. C’est le parcours d’un homme. C’est cet instant où, tout au fond de la piscine, il va falloir donner une impulsion pour remonter à la surface. C’est une histoire de renaissance. D’un père avec sa fille, d’un inconnu au bout du téléphone, mais aussi d’un lance-pierre, de huit places de concert classique, d’un livre, un monocycle et un bête accordéon… C’est l’histoire de la vie. La vie, plus forte que tout.

5.

Un petit livre oublié sur un banc
de Jim & Mig (Bamboo)

Camélia est assise sur un banc. A côté d’elle, un livre est posé là, abandonné. Elle le feuillette. Dedans, un mot de la main d’un inconnu l’invite à l’emporter… Chez elle, Camélia découvre que certains mots sont entourés ici et là, et que ces mots forment des phrases… L’inconnu dit s’ennuyer dans sa vie de tous les jours et rêve d’une vie amoureuse forte et bouleversante, comme on en lit seulement dans les romans. « Mais combien sommes-nous à rêver d’une vie romanesque? ». Camélia entoure six mots en réponse : « nous » « sommes » « deux », « vous » « et » « moi »… Et elle retourne déposer le petit livre tout là-bas, sur un banc… A l’heure des textos et du livre numérique, « Un petit livre oublié sur un banc » est une histoire pleine de charme entre deux amoureux des livres… Une liaison épistolaire tendre et attachante, à contre courant du flot numérique actuel…

6.

Héléna
de Jim & Lounis Chabane (Bamboo)

Simon propose à Héléna mille euros par mois en échange de trois heures avec elle dans son appartement, tous les jeudis après midi. Simon n’essaiera pas de la toucher, non… Il veut juste du temps avec elle. Du temps pour se connaître. Alors, entre audace maladroite et silences gênés, une relation complexe s’instaure et va durer des semaines, des mois… Des années peut-être… Car si certains hommes savent attendre, certaines femmes savent résister… Trois heures par semaine peuvent-elles suffire à faire naître un sentiment amoureux ?

7.

Yiu
de Téhy, Vee, Reneaume, Guenet & Vax (Soleil)

Le temps est venu où les fleurs vont mourir. Le temps est venu où l’air va se raréfier. Le temps est venu où l’œuvre de Dieu retournera à la poussière. Ils bâtiront la nouvelle Jérusalem. Ils entonneront le magnificat à la gloire du dieu blasphématoire. Ils enfanteront le faux prophète. Alors, et seulement alors, ils lécheront la plaie béante de nos peurs.

8.

De beaux moments
de Jim (Bamboo)

C’est à l’instant où ils nous filent entre les doigts qu’on réalise que c’était de beaux moments… Des histoires courtes. Des regards tendres et justes sur l’essence de nos vies. Des histoires de temps qui passe, d’amour, d’amitié, de corps ou de souvenirs que l’on farde pour s’arranger un peu avec la réalité. Des histoires simples qui n’ont d’autre point commun que leur profonde humanité et leur capacité à nous faire prendre conscience des beaux moments…

Lire la chronique

9.

On éteint la lumière… on se dit tout
de Jim & Gaston (Vents d’Ouest)

Laissez-vous emporter dans une suite de gags dont l’originalité est de se composer uniquement de scènes se déroulant au lit, lumières éteintes. Une série de « Tranches de vies » qui nous révèle les échanges entre couples, ces petits trésors de vérités, d’hypocrisies, de désir, d’amour déçu ou enchanté qui assaillent, ont assailli ou assailliront toujours les amoureux transis, les frustrés, les timides, les sportifs, les mufles, les routiniers, les émerveillés (chacun étant libre de se retrouver dans tel ou tel adjectif !)…
Jim et Gaston plongent en pleine obscurité et se glissent entre vos draps, dans un véritable exercice de style en noir et blanc, pour faire la lumière sur vos nuits blanches !

10.

Je ne savais pas quoi t’offrir donc je t’ai pris ça
de Jim (Soleil)

Acheter un cadeau, quelle galère ! À côté de la plaque, trop cher, ou pas assez Je ne savais pas quoi t’offrir donc je t’ai pris ça, c’est le cadeau idéal, celui qu’on achète quand on cherche une idée, en vain ! Osons la franchise, osons l’humour en offrant cet album visuellement attrayant, hors norme, avec un contenu riche, plein d’ironie, de ce vécu qu’on partage tous.

Article posté le samedi 26 décembre 2015 par Mikey Martin

À propos de l'auteur de cet article

Mikey Martin

Mikey Martin

Mikey, dont les géniteurs ont tout de suite compris qu'il était sensé (!) a toujours été bercé par la bande dessinée. Passionné par le talent de ces scénaristes, dessinateur.ice.s ou coloristes, il n'a qu'une envie, vous parler de leurs créations. Et quand il a la chance de les rencontrer, il vous dit tout !

En savoir