Corto Maltese, Sous le soleil de minuit

Sortie très attendue de cette rentrée littéraire, le nouveau Corto Maltese ne déçoit pas. Toujours éditées par Casterman, les aventures du célèbre marin d’Hugo Pratt sont reprises par Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero.

LE SOUFFLE DE L’AVENTURE

Hugo Pratt avait pris l’habitude de faire voyager Corto Maltese sur tous les continents, le faisant rencontrer des personnages célèbres ayant existé, Juan Diaz Canales perpétue cette tradition dans Sous le soleil de minuit, se glissant ainsi dans les pas de l’auteur italien. L’album se situe juste après La ballade dans la mer salée.

1915. Accompagné de Raspoutine, son ami-ennemi, le célèbre marin à l’anneau se retrouve au milieu d’un grand espace enneigé. Alors que son meilleur ennemi se meurt, il allume un feu dans un bateau abandonné. Quelques temps plus tard, les deux hommes prennent leurs quartiers au Panama. Là-bas, Corto reçoit une lettre de Jack London qui lui demande de le rejoindre à Nome en Alaska. Mais le célèbre romancier de L’appel de la forêt n’est plus en ville. Harcelé par des policiers, le capitaine Comer les soudoie et fait embarquer Maltese sur son bateau, direction le Pôle Nord.

PERSONNAGES CÉLÈBRES ET THÉMATIQUES FORTES

Lors de ses pérégrinations Corto Maltese va croiser la route, outre de Jack London (uniquement par correspondance écrite), celle de Karl A. Clarke (chimiste), Matthew Henson qui découvrit le Pôle Nord avec Robert Peary mais dont l’exploit ne sera pas reconnu à sa juste valeur parce qu’il était noir (voir l’excellent album Dans les glaces de Simon Schwartz, Sarbacane) mais aussi Yamada Waka qui aide les anciennes prostituées japonaises à se reconstruire. Ajouter à cela, Ulkurib, unuit se prenant pour le nouveau Robespierre et voulant imposer sur ses pairs un régime identique à celui de la Terreur ; et l’on obtient une galerie de personnages variée mais surtout très décalée.

Quelques thématiques sont aussi mises en lumière dans cet album : le racisme (en plus de l’histoire de Henson, il y a l’exposition colonialiste à Panama) – comme dans les précédentes publications le lecteur découvre un Corto anticolonialiste et antiraciste – , l’évangélisation imposée de force aux inuits et bien évidement la conquête de l’Arctique par les puissances occidentales comme l’Angleterre, la Russie ou la France.

UN TRÈS BEAU CORTO

Si la partie scénaristique tient ses promesses grâce au récit plutôt réussi de l’auteur de Blacksad (avec Juanjo Guarnido, Dargaud), Ruben Pellejero lui aussi rend une excellente copie graphique. Son trait (même s’il est éloigné de celui d’Hugo Pratt) fait voyager le lecteur. Très efficace, le dessinateur d’Un peu de fumée bleue (avec Denis Lapière, Dupuis) propose de belles planches. L’auteur espagnol avait déjà tutoyé Corto Maltese à travers les Aventures de Dieter Lumpen (avec Jorge Zentner, Mosquito) proche cousin du célèbre marin.

Article posté le mercredi 30 septembre 2015 par Damien Canteau

  • Corto Maltese, tome 13 : Sous le soleil de minuit
  • Scénariste : Juan Diaz Canales
  • Dessinateur : Ruben Pellejero
  • Editeur: Casterman
  • Prix: 16€
  • Parution: 30 septembre 2015

Résumé de l’éditeur : Une reprise fidèle et moderne d’un grand mythe contemporain. Rubén Pellejero s’empare des codes graphiques d’Hugo Pratt tout en réussissant à les investir de sa propre sensibilité, à travers le soin apporté aux décors, les personnages secondaires et la mise en couleurs.
La nouvelle histoire imaginée par le scénariste Juan Díaz Canales réactive les ressorts de la geste prattienne (fidélité à la parole donnée à un ami, chasse au trésor, faits historiques authentiques, etc.)
Les dialogues percutants de ce grand récit d’aventures réjouiront les afficionados autant qu’ils séduiront les nouveaux lecteurs.

Tous les albums

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir