Demon Tune

Demon Tune est la nouvelle série de Yuki Kodama, éditée chez Kurokawa, le créateur de Blood Lad et dessinateur d’Hamatora. Il nous embarque dans son glauquissime univers de fantasy urbaine où nous suivons les pas d’un jeune shinobi et une petite fée créatrice de mode.

Une ville qui ne veut pas de vous

Wizard City est une ville où tout le monde peut entrer, mais où personne n’est la bienvenue. Le jeune Koyukimaru doit réaliser sa première mission de ninja là-bas. Avec son père, un puissant shinobi, ils devaient simplement remettre un parchemin à quelqu’un. Mais à peine arrivés, le père et le fils tombent dans une embuscade. Leurs adversaires sont coriaces, voraces et démoniaques. Contraint de fuir sans son père, Koyukimaru se retrouve avec le parchemin à charge et des démons aux trousses.

Tandis que sa route croise le chemin d’une fée, par ailleurs aussi peu chanceuse que lui, les questions se bousculent. Qu’est-il advenu de son père ? Qui les a trahi ? Perdu dans une ville inconnue et pleine de démons, à qui peut-il vraiment faire confiance ?

Et où vous n’avez pas envie d’être

Yuki Kodama bâtit un univers urbanisé et inondé de magie. Les premières pages de Demon Tune suffisent à dévoiler sa densité. En quelques cases, il dessine un lieu riche en créatures bienveillantes, malveillantes, conscientes, mortelles ou immortelles, anthropophages ou modiste. Les institutions officiels et officieuses qui orbitent autour des personnages prennent rapidement places. Par un ping-pong entre présent et flash-back, Kodama nous installe une ambiance mélancolie et anxiété.

L’action est mené par des scènes dynamiques, claires et lisible grâce à un dessin simple. Rehaussé par quelques paysages urbains dignent de Gotham City.

Dualité Kodama

Dans ce style de dessin mais aussi de narration, les lecteurs avertis retrouveront les traces de ses mangas précédents. Demon Tune mélange renouvellements et éléments récurrents. On y retrouve la fantasy et le monde moderne : Le héros de Blood Lad est un vampire collectionneur de manga et Hamatora rassemble des individus au super-pouvoir sortie d’une académie -non, ce n’est pas le résumé de My Hero Academia– qui mènent des enquêtes sur leurs compères aux idées malintentionnées. L’univers de Yuki Kodama est ainsi composé. Demon Tune y ajoute une élégante touche d’enfance et de sordide à la fois.

Le jeune Koyukimaru reste à la frontière entre Ninja et Enfant. Capable de repérer les démons au flair (il doit avoir des gènes communs avec Gon, Hunter x Hunter et Tanjiro, Demon Slayer) il possède des capacités impressionnantes, mais tient le rôle jusqu’au bout d’un enfant perdu dans une ville sinistre. Innocent, ignorant, sensible, inquiet, mais pas le moins du monde pleurnichard. C’est davantage la présence de la fée, Fran, lointaine cousine de l’elfe Puck (Berserk), qui souligne ses traits de caractère sous le masque d’un shinobi en mission.

Variés et sympathiques protagonistes

Kodama nous raconte une relation père-fils touchante. La fierté que Koyukimaru a pour son père et que son père a pour lui est exposé avec tendresse. Cette relation est d’autant plus douce qu’elle est mise en parallèle avec la relation père-fils de deux antagonistes, Vincent et son père. Cela créer un lien entre Vincent et Koyukimaru qui rend leur relation futur pleine de possibilité.

Yuki Kodama nous dévoile tout de suite beaucoup de personnages. Chacun possède un rôle claire et précis. Dès le départ, ils ont beaucoup de relief et marquent notre esprit. Le duo d’enquêteurs se présente comme un allié à double tranchant, l’antagoniste principal est de nature inconnu et même les personnages dont on ne connait pas encore le rôle s’ancrent dans le récit avec charisme. Leur complexité installe clairement la géopolitique de Wizard City. Ce qui rend l’intrigue captivante.

Court et efficace

J’apprécie l’univers de fantasy-urbaine de Yuki Kodama, et la variété de ses personnages. Il les rend très vite très intéressants, tous autant qu’ils sont. Le monde de Demon Tune est glauque, tout en étant sympathiquement mignon. C’est un shônen léger dans un univers sombre.

La série est prévue en 4 volumes. Le tome 1 pose de bonnes bases pour une histoire sympathique, dynamique et intrigante. Cependant, il reste à voir comment Kodama fera tenir le charisme de ses personnages sur une série si courte, avec beaucoup de questions à développer et de réponses à apporter.

Article posté le lundi 03 août 2020 par Marie Lonni

Demon Tune de Yuki Kodama (Kurokawa)
  • Demon Tune
  • Auteur : Yuki Kodama
  • Éditeur : Kurokawa
  • Prix : 6,80€
  • Parution : 20 mai 2020
  • ISBN : 9782368527825

Résumé de l’éditeur : Wizard City, la ville où tout le monde peut venir, mais où personne n’est le bienvenu. L’endroit le plus mal famé de la ville : le Club Neverland. Ceux qui tiennent à la vie savent qu’il vaut mieux rester à l’écart de ce repaire de criminels.

C’est là que la fée Fran, capturée par un gang, fait la rencontre de Koyukimaru, un jeune ninja lui aussi retenu prisonnier. Ils parviennent à s’enfuir avec à leurs trousses les pires criminels de la ville qui cherchent à mettre la main sur le Rouleau du Cataclysme dont seul Koyukimaru connaît l’emplacement. Commence alors pour eux un long combat contres les ténèbres qui menacent d’engloutir Wizard City.

À propos de l'auteur de cet article

Marie Lonni

Marie Lonni

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont engloutie Marie. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir