Histoire dessinée de la France tomes 9 et 10

Histoire dessinée de la France tomes 9 et 10. Vous n’avez jamais rien compris à la Renaissance et les Guerres de religions ? Pas de panique ! L’Histoire dessinée de la France est là pour vous aider. La collection éditée par La revue dessinée et La découverte propose En âge florissant de Pascal Brioist et Anne Simon, ainsi que Sacrées guerres de Jérémie Foa et Pochep. Plongée dans cette période médiévale entre développement des arts et multiples conflits. Passionnant !

Histoire dessinée de la France : à mi-parcours, une vraie réussite !

Depuis le début de la collection Histoire dessinée de la France, la rédaction de Comixtrip est impressionnée par la qualité des ouvrages. Prévue en 20 volumes, elle en est déjà à mi-chemin; les 10 premiers opus sont passionnants et très bien écrits (La balade nationale, L’enquête gauloise, Pax Romana !, Les temps barbares, Qui est Charlemagne ?, Croisades et cathédrales & A la vie, à la mort).

Cette collection fonctionne sur le procédé de la rencontre entre un.e historien.ne spécialisé.e et un dessinatrice ou un dessinateur de bande dessinée.

Jamais lourde, très pédagogique, très documentée et très abordable, l’Histoire dessinée de la France ravit les amateurs d’Histoire de France.

Ayant fait quelques études d’Histoire et Géographie dans une autre vie, je peux affirmer que les 10 premiers tomes sont d’une extrême qualité scientifique.

En âge florissant : De la Renaissance à la Réforme

Le neuvième opus d’Histoire dessinée de la France parcourt la période courant de Renaissance à la Réforme. Il est signé Pascal Brioist – professeur à l’université François-Rabelais et membre du Centre d’études supérieur de la Renaissance – et Anne Simon, autrice de bande dessinée (Les contes du pays du Marylène…).

Le duo d’auteurs convoque Michelet et Burckhardt, deux historiens du XIXe siècle pour aborder la période. Ils commencent à ouvrir un livre d’Histoire lorsqu’ils sont interrompus par Jacques Le Goff, historien médiéviste disparu en 2014.

S’ils ne sont pas d’accord sur les interprétations historiques, sur les faits, ils le sont davantage. Ils serviront de fil conducteur de l’intrigue.

La peste fait de très gros dégâts

Les temps sont durs pour Bertille et Arnaud, leurs familles ont été décimées par la peste.

Pourtant le jeune homme ne se laisse pas abattre et ne rêve que de richesse. Il montera même sur un navire direction le nouveau monde.

Faire renaître l’antiquité

Des idées nouvelles se propagent, arrivant d’Italie. Des châteaux d’apparat se construisent et remplacent les châteaux forts.

Les arts antiques sont remis au goût du jour (Renaissance), notamment par des peintres, des écrivains, des savants ou des scientifiques, soutenus par des seigneurs ou le roi François Ier (comme pour Léonard de Vinci).

Ce dernier structure le royaume et tenter de l’unifier par une langue administrative, le français, des traités, par des juristes ou des administrations. Le roi voyage partout en France.

Dans le même temps, les guerres reprennent, les caisses se vident et les défaites s’accumulent. Les savoirs se diffusent grâce à l’imprimerie inventée par Gutenberg, notamment la Réforme, un schisme dans l’Eglise catholique. Martin Luther et Jean Calvin sont aux racines du protestantisme.

Enfin, l’Europe s’ouvre au monde. C’est le début des grandes explorations de Vasco de Gama, Christophe Colomb ou Jacques Cartier.

De la clarté du propos

Voilà encore un tome d’Histoire dessinée de la France riche, très documenté et très drôle. Les 112 pages de bande dessinée ainsi que les 52 pages de dossier se lisent avec délectation et d’une traite.

Le dessin d’Anne Simon convient admirablement à cette période si riche culturellement. Elle magnifie les costumes de l’époque et n’hésite pas parfois à imaginer de jolis titres de chapitres.

Sacrées guerres : De Catherine de Médicis à Henri IV

Les éditions La découverte et La revue dessinée ont eu la bonne idée de publier les tomes 9 et 10 d’Histoire dessinée de la France en même temps !

Il faut souligner que la Réforme emmène logiquement aux Guerres de religions ayant fait de nombreux dégâts dans le Royaume de France.

Duo gagnant

Pochep nous régale avec ses « gros nez » pouvant parfois ressembler au maître Gotlib (regardez les mains longilignes et vous pourrez trouver une filiation). Comme avec Anne Simon, le trait de l’auteur de Vieille peau apporte aussi de l’humour à un propos qui aurait pu être austère au premier abord. Ses vignettes sont dépouillées pour plus de lisibilité.

En ce qui concerne l’aspect scientifique, c’est Jérôme Foa qui en est le garant. Maître d’Histoire moderne à Aix-Marseille université, il est spécialiste de Catherine de Médicis et des guerres de religion.

De Patrice Chéreau…

A l’été 1993, Patrice Chéreau tourne des scènes de son long-métrage La reine Margot dans les rues de Bordeaux. Point de Daniel Auteuil ni d’Isabelle Adjani, juste de nombreux figurants jouant les cadavres.

Non loin de là, l’un d’entre eux vivant discute avec des fantômes d’anonymes vraiment décédés lors du massacre de la Saint-Barthélémy. Ils sont humiliés de jouer aux figurants. Il est donc décidé de leur laisser la parole devant une caméra. Tous ces spectres sont d’anciens protestants massacrés. En racontant leur vie, ils aborde la grande Histoire.

… A Henri IV

Avec habileté, Jérémie Foa balaie tous les aspects de cette période trouble dans le royaume allant de Catherine de Médicis à Henri IV.

Complots de cour, manipulations, traités ou révérences au Pape, tout est abordé avec une grande clarté et lisibilité.

Dans Sacrées guerres, l’on croise donc la régente, Henri III, Charles IX (dont Richard Guérineau nous avait parlé dans Charly 9 l’adaptation du roman de Jean Teulé) et Henri de Navarre, sans oublier les philosophes comme Montaigne ou les réformateurs que sont Calvin ou Luther. Les De Guise ou Coligny sont aussi de la partie.

Les combats sont nombreux et sanglants mais la lecture de ce volume nous éclaire facilement sur rouages de ces massacres. Une prouesse !

Histoire dessinée de la France tomes 9 et 10 : De la grande Histoire, de la pédagogie, de la clarté et de l’humour. Une collection idéale pour les plus jeunes (collèges, lycées) ou pour les curieux-amoureux de cette discipline des sciences humaines. On se précipite chez son libraire car c’est de la bombe !

Article posté le dimanche 29 novembre 2020 par Damien Canteau

En âge florissant de Pascal Brioist et Anne Simon (La découverte / La revue dessinée) : Histoire dessinée de la France
  • Histoire dessinée de la France, tome 9 : En âge florissant
  • Scénariste : Pascal Brioist
  • Dessinatrice : Anne Simon
  • Éditeur : La Découverte / La revue dessinée
  • Prix : 22 €
  • Parution : 25 novembre 2020
  • ISBN : 9791092530483

Résumé de l’éditeur : Bienvenue dans le beau xvie siècle ! Celui de François Ier, de Léonard de Vinci, de la culture humaniste, des arts, des lettres et des sciences, de la formation de l’Etat moderne, de l’affirmation de l’individu, de l’exploration du Nouveau Monde et de la réforme de l’Eglise. Les historiens Jules Michelet et Jacob Burckhardt, revenus du passé, nous emmènent à la découverte de la Renaissance, période durant laquelle la France connaît une véritable révolution culturelle en s’inspirant de l’Antiquité dans tous les arts – architecture, peinture, sculpture, musique ou arts décoratifs. C’est aussi un moment faste pour le monde des lettres, qui se transforme profondément grâce à la nouvelle approche critique des textes qu’est l’humanisme et au rôle immense que l’imprimerie joue dans l’accès au savoir. Le Gargantua de François Rabelais en est un exemple édifiant. Ce monde dans lequel les idées nouvelles circulent est celui de l’échange, des voyages, du commerce et des banquiers. A l’époque où commencent les grandes explorations par-delà les océans, la France tout entière s’enrichit, confirmant la puissance et l’autorité royales. C’est que la dynastie des Valois a renforcé l’Etat en s’entourant d’une administration puissante capable de lever l’impôt et de régler les problèmes juridiques. Mais c’est un temps encore marqué par les famines, les innombrables guerres d’Italie et plus généralement entre Etats d’Europe, une forte censure liée à la fracture religieuse qui s’impose à partir des premiers écrits des théologiens Martin Luther et Jean Calvin appelant à la réforme de l’Eglise catholique, et des exactions violentes contre leurs partisans, annonçant la période sombre des guerres de religion.

 

Sacrées guerres de Jérémie Foa et Pochep (La revue dessinée / La découverte) Histoire dessinée de la France
  • Histoire dessinée de la France, tome 10 : Sacrées guerres
  • Scénariste : Jérémie Foa
  • Dessinateur : Pochep
  • Éditeur : La Découverte / La revue dessinée
  • Prix : 22 €
  • Parution : 25 novembre 2020
  • ISBN : 9791092530490

Résumé de l’éditeur : Et si les guerres de Religion (1559-1610) n’étaient pas si lointaines ? Si elles étaient au contraire d’une brûlante actualité ? Attentats, massacres, radicalisations religieuses, guerres civiles… Notre époque regorge de violences commises au nom de Dieu. Elle partage avec la fin du xvie siècle une immense angoisse sur fond de révolution médiatique. Une fois n’est pas coutume, dans ce volume, c’est le passé qui interpelle le présent : des spectres, protestants survivants du massacre de la Saint-Barthélemy, surgissent au beau milieu du tournage de La Reine Margot de Patrice Chéreau et réclament justice… Il faut dénoncer les bourreaux et réhabiliter les victimes ! Figurant sur le plateau, notre héros se met en tête de produire son propre documentaire. Il va  » refaire le film  » . Parti la fleur à la caméra, accompagné de spectres, son périple le mène à interroger divers témoins de l’époque : Catherine de Médicis, Montaigne, Michel de L’Hospital, Cosme Ruggieri, François d’O ou Henri IV. A travers son enquête, il expérimente de multiples façons de voyager dans le temps, à cheval entre science-fiction et sciences sociales : fantômes débarqués du passé et hantant le présent, potions magiques, rêves, mais aussi fréquentation des archives et des historiens, découverte des journaux d’époque ou balades urbaines. Ses pas le mènent sur les routes de France, celles du xvie comme du xxe siècle, de Paris à Bordeaux à Paris, en passant par Lyon, Aix, Nîmes ou Bayonne. De leur expérience de la guerre civile, mais aussi de la faim et de la peste, ces  » tristes hommes d’après 1560  » ont fait une force : car, pour être pleine de Dieu, de miracles et de violence, l’époque invente aussi la liberté de conscience, la pluralité religieuse, apprend à mieux distinguer le politique du religieux. L’absolutisme du xviie siècle s’impose finalement comme solution pour sortir des dissensions religieuses, mais les guerres de Religion inventent le  » droit de résistance  » , pratiquent le tyrannicide et réfléchissent au type de contrat qui unit le gouvernant et les gouvernés.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir