A la vie à la mort

Raconter en bande dessinée la longue période des Rois maudits à la Guerre de cent ans, tel est le défi relevé de main de maître par Etienne Anheim, Valérie Theis et Sophie Guerrive. Intitulé A la vie à la mort, ce récit est passionnant et drôle.

Histoire dessinée de la France : superbe collection

Après un album introductif, Les origines, et un sur les Gaulois, la collection Histoire dessinée de la France co-publiée par La revue dessinée et les éditions La découverte s’enrichit d’un nouvel opus : A la vie à la mort couvrant la période de 1277 à la fin de la Guerre de cent ans.

Comme pour les sept volumes précédents, un.e historien.ne spécialiste de la période s’associe à une autrice ou un auteur de bande dessinée, à l’image des autres disciplines des sciences humaines avec Sociorama chez Casterman ou La petite bédéthèque des savoirs au Lombard.

Cela donne des albums, simples dans l’approche, pas trop didactiques et contenant une foule d’informations ou anecdotes.

A la vie à la mort : une véritable hécatombe

Qui de mieux que la Mort, elle-même, pour conter ces événements historiques. Avec ou sans faux, un brin désabusée, elle raconte aux adolescents de nos jours cette longue période.

Il faut souligner que les trois grands fléaux se condensent à partir de la fin du XIIIe siècle : la famine, la maladie et la guerre. La Mort ne sait pas où donner de la tête.

Après le Petit âge glaciaire (1315-1317), les récoltes sont mauvaises. En deux ans, 10% de la population de certaines villes a disparu.

La succession au trône de France est délicate ouvrant une période peu stable dans la gouvernance du pays. Sans oublier, Jean le Bon, nouveau souverain, capturé par les Anglais à Vouillé, près de Poitiers, en 1356.

Comme si cela ne suffisait pas, c’était sans compter sur la peste débarquée de Gênes et qui fit son apparition dans le royaume en 1348. Onze ans plus tard, elle devient endémique : 1/3 de la population est décimée et plus de la moitié dans les villes. Une hécatombe !

La Guerre de cent ans, interminable !

Pour en rajouter une couche, les Anglais cherchent des noises aux Français et réciproquement. Ce qui donne alors une guerre interminable, la Guerre de cent ans, mal nommée puisqu’elle durera plus d’un siècle.

Tout cela fait du Moyen-Age, un millénaire sombre. Pourtant, le Dark Age n’est pas une réalité puisqu’il y a aussi des progrès en agriculture, dans le commerce ou dans les techniques professionnelles. Cette vision un peu erronée, nous est parvenue néanmoins et plombe encore cette ère historique.

Sophie Guerrive : l’autrice idéale !

Pour accompagner Etienne Anheim et Valérie Theis, les historien.ne.s, Sophie Guerrive est l’autrice idéale ! Son sens de la répartie et son humour permettent de passer un agréable moment de lecture. On lit en apprenant. Quelle réussite !

L’autrice s’était déjà aventurée dans le Moyen-Age avec Capitaine Mulet chez 2024. Une période qui lui sied à merveille.

Sophie Guerrive (Tulipe) utilise l’angle de l’humour pour mettre en image le propos du duo d’auteurs : celui de la Mort. Très en verve et nostalgique du temps où elle travaillait beaucoup, la Grande faucheuse fait rire.

Plus que les autres volumes, celui-ci est donc très grand public et peut facilement être lu dès 8/10 ans.

Croisades et cathédrales

Le tome précédent de l’Histoire dessinée de la France, Croisades et cathédrales d’Aliénor à Saint-Louis, est quant à lui réalisé par Fanny Madeline et Daniel Casanave.

La première, historienne française est actuellement Maître de conférences à l’université Paris I – Panthéon Sorbonne. Le second est l’auteur de nombreuses bandes dessinées (Tu sais ce qu’on raconte, Nerval l’inconsolé, Hubert Reeves nous explique la biodiversité).

Plus classique dans son approche et sa narration que A la vie à la mort, l’album est néanmoins passionnant et accrocheur.

Article posté le lundi 02 décembre 2019 par Damien Canteau

A la vie à la mort des Rois maudits à la Guerre de cent ans de Etienne Anheim, Valérie Theis et Sophie Guerrive (La découverte / La revue dessinée) Histoire dessinée de la France
  • Histoire dessinée de la France, tome 8 : A la vie, à la mort, des Rois maudits à la Guerre de cent ans
  • Scénaristes : Etienne Anheim, Valérie Theis et Sophie Guerrive
  • Dessinatrice : Sophie Guerrive
  • Éditeur : La Découverte / La revue dessinée
  • Prix : 22€
  • Parution :  30 octobre 2019
  • ISBN : 9791092530476

Résumé de l’éditeur : Famines, guerres, épidémies : la Mort s’est bien amusée entre le XIIIe et le XVe siècle ! C’est donc à elle que les auteurs de ce volume ont confié le récit de cette époque sanglante. Déambulant à travers Saint-Denis, où sont enterrés Philippe le Bel et Bertrand du Guesclin, la Grande Faucheuse raconte avec délectation comment elle ramassa par millions les cadavres laissés par la peste noire et la guerre de Cent Ans. Amatrice de décès en tous genres, elle n’oublie évidemment ni le supplice crépitant de Jeanne d’Arc à Rouen ni les batailles intestines qui déchirèrent les familles royales. Sans se départir de son humour tranchant, notre guide raconte finalement comment une première idée de nation émergea en France de ces féroces affrontements.

A la vie à la mort des Rois maudits à la Guerre de cenCroisades et cathédrales de Daniel Casanave et Fanny Madeline (La découverte / La revue dessinée) Histoire dessinée de la France : A la vie à la mort
  • Histoire dessinée de la France, tome 7 : Croisades et cathédrales, d’Aliénor à Saint-Louis
  • Scénariste : Fanny Madeline
  • Dessinateur : Daniel Casanave
  • Éditeur : La Découverte / La revue dessinée
  • Prix : 22€
  • Parution :  30 octobre 2019
  • ISBN : 9791092530469

Résumé de l’éditeur : Et si on partait en pèlerinage ? Deux passionnés des croisades et de Game of Thrones se retrouvent à prendre la route pour revivre l’expérience des pèlerins des XIIe et XIIIe siècles. Au cours de leur voyage initiatique, non pas à la recherche du Graal mais sur les traces des croisés, ils traversent les siècles et multiplient les rencontres insolites. Moine voleur de reliques, marchands, laboureurs, chevaliers, inquisiteurs et hérétiques : tous témoignent des conditions de vie et des croyances de leur temps. De Londres à Toulouse, en passant par la Champagne, Vézelay, Tunis et Palerme, nos deux pèlerins se jouent de la chronologie pour mieux plonger au coeur de cette période charnière du Moyen Âge où peu à peu prend forme le royaume de France.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir