La main verte et autres récits

Pionnière dans le monde du 9e art, Nicole Claveloux est à l’honneur avec une exposition à Angoulême fin janvier et la réédition de deux ouvrages : La main verte et autres récits & Morte saison et autres histoires. Une belle rétrospective de son travail, une reconnaissance tardive mais méritée.

Nicole Claveloux : peintre, illustratrice et autrice de bande dessinée

Née en 1940 à Saint-Etienne, Nicole Claveloux suit des études aux beaux-arts de sa ville de naissance. Elle commence sa carrière professionnelle par l’illustration de livres, notamment Le voyage extravagant de Hugo Brisefer (François Ruy-Vidal – 1967) ou La forêt des lilas (La comtesse de Ségur – 1969) pour les éditions Harlin Quist.

Comme le montrera l’exposition rétrospective à l’hôtel Saint-Simon à Angoulême (30 janvier – 2 février 2020), elle travailla pour le magazine jeunesse Okapi, pour lequel elle créa Grabote, Louise XIV ou Cactus acide et beurre fondu. Mais également pour des revues adultes Métal Hurlant et Ah ! Nana. Seront alors issus de ces publications, deux albums : La main verte et autres récits (avec Edith Zha) et Le petit légume qui rêvait d’être une panthère.

En parallèle, elle poursuit son travail autour de livres illustrés, tels que Alice au pays des merveilles (1974) ou encore Quel genre de bisous ? et Tout est bon dans le bébé. Plus proche de nous, dans les années 2000, elle met en image Les enquêtes de Mister Bonflair (avec Claire Clément).

Au même titre que Claire Bretécher, Annie Goetziner ou Chantal Montellier, Nicole Claveloux est donc une des premières femmes autrices de bande dessinée, faisant d’elle une vraie pionnière dans ce domaine.

La main verte : rêverie étrange et hypnotique

Pour rendre un hommage sincère à Nicole Claveloux, les éditions Cornélius font paraître à quelques mois d’intervalle La main verte et autres histoires mais aussi Morte saison et autres histoires.

C’est pour Métal Hurlant qu’elle imagina avec Edith Zha, les deux histoires. Le rédacteur en chef du magazine, Jean-Pierre Dionnet, lui demanda de créer une histoire qui pouvait courir sur plusieurs numéros. Elle pensa alors à la scénariste pour l’aider dans cette tâche un peu nouvelle pour elle. Jusqu’à présent, elle n’avait produit que des récits courts. Avec son amie, elle mit en place cinq chapitres pour ce récit.

Réalisé en couleur directe, La main verte et autres récits n’est pas un album facile d’accès, disons-le en préambule. Son intrigue est étrange, surréaliste mais ô combien intelligente. Elle met en scène, l’histoire d’une superbe jeune femme guide au musée Grévin et son compagnon un corbeau un poil cynique et désabusé.

Alors qu’elle apporte une plante dans leur appartement, le corbeau est vindicatif : hors de question pour lui de s’en occuper. Pour échapper à la monotonie, la jeune femme traverse le mur et se retrouve projetée dans un monde parallèle…

Dans la veine des récits publiés à l’époque, La main verte et autres récits est fou, décalé et étrange. Le scénario n’est pas linéaire et le propos très avant-gardiste, voire progressiste. Le lecteur est subjugué par la beauté des planches de Claveloux. La matière est rendue par des couleurs pop et psychédéliques comme pouvait le produire Moebius dans ses œuvres. La dessinatrice admire le maître, créateur d’Arzach.

Sélection patrimoine et prix Matrimoine

La main verte et autres récits est un album nécessaire pour comprendre l’histoire du 9e art et la part importante jouée par les autrices dans cet univers, notamment dans les années 70. Ces cinq épisodes de huit pages sont comme 40 planches à savourer avec délice.

Cet album a reçu le prix Matrimoine de l’association Artémisia, il y a quelques jours et le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême l’a inclu dans sa Sélection Patrimoine 2020 et proposera dans deux semaines une exposition intitulée Quand Okapi rencontre Métal Hurlant avec comme commissaires l’autrice Jeanne Puchol et Jean-Marc Lonjon.

Article posté le lundi 13 janvier 2020 par Damien Canteau

La main verte et autres récits de Edith Zha et Nicole Claveloux (Cornélius)
  • La main verte et autres récits
  • Scénariste : Edith Zha
  • Dessinatrice : Nicole Claveloux
  • Éditeur : Cornélius, collection Solange
  • Prix : 23.50€
  • Parution : 05 décembre 2019
  • ISBN :  9782360811687

Résumé de l’éditeur : Récit onirique d’un corbeau mélancolique et d’une jeune fille rêveuse, La Main verte est paru pour la première fois dans le magazine Métal Hurlant en 1977 avant d’être édité l’année suivante aux Humanoïdes associés. Cette histoire fantasmagorique aux couleurs psychédéliques nous entraîne dans un univers surréaliste où les plantes parlent toute seule et les maîtres d’hôtel font des mots croisés. Comme dans une suite de rêves, le récit est divisé en plusieurs épisodes qui s’entremêlent subtilement. on retrouve dans ces pages l’influence de dessinateurs tels que moebius ou druillet mais aussi celle de l’illustrateur tchécoslovaque Heinz edelmann. Le livre est complété par de nombreuses histoires courtes, pour la plupart parues dans le recueil Le Petit Légume qui rêvait d’être une panthère et autres récits et dont certaines étaient restées jusqu’alors inédites. Scénarisés et illustrés par Nicole Claveloux, ces récits en noir et blanc au trait fin abondent de détails et de touches d’humour absurde. D’une grande richesse graphique, les dessins de Nicole Claveloux possèdent une force évocatrice intemporelle qui s’imprime immédiatement dans l’imaginaire des adultes comme des enfants. De Topor à Gustave Doré en passant par Lewis Caroll, son oeuvre convoque de nombreux croisements tout en possédant une énergie unique qu’il est temps de redécouvrir. Ce premier ouvrage de rééditions consacré à l’oeuvre de Nicole Claveloux en bande dessinée adulte.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir