Le meunier hurlant

Après La forêt des renards pendus, Nicolas Dumontheuil poursuit son voyage dans les livres d’Arto Paasilinna avec Le meunier hurlant. Un album burlesque et joyeux aux éditions Futuropolis.

Le meunier hurlant redresse le moulin

1951 en Laponie finlandaise. Après la Seconde Guerre mondiale mais également les combats contre les Russes, les Finlandais sont enfin libres.

Dans le petit village d’Oulu, tout le monde n’a qu’un mot à la bouche : un grand homme venu d’ailleurs a réussi à redresser le moulin. Toute de guingois, la bâtisse sur les Rapides de la Bouche ne tenait que par miracle. Ce miracle digne de la Tour de Pise est l’œuvre d’Agnar Huttunen, un joyeux drille.

“Kwâq, Kwäq, Kwäk”

L’envie d’Agnar était de remettre le moulin en route et par la même occasion sa scierie. Mais l’homme est un original. Il adore hurler à toutes les heures de la journée. Entre les “Kwâq”, les “Kwäq” et les “Kwäk”, les habitants du village sont excédés.

Si au début, ils le prennent pour un hurluberlu, force est de constater que ses “houhouuuuuuuu” tapent sur le système ! Bon pour l’asile. Fou à lier. Certains veulent qu’il déguerpisse et retourne tout de go dans son sud natal.

Tant va le moulin à l’eau qu’à la fin il se casse

Surtout qu’un jour, Agnar pris de panique, entre chez Tervola l’épicier du coin pour lui demander de lui vendre des explosifs ! La fonte des glaces menace son moulin. Une seule solution : lancer des explosifs pour éliminer les gros blocs. C’est la panique dans le village. Le fou est devenu fou !

Quelque temps plus tard, Sanelma Kayramo vient rendre visite à Agnar. La conseillère horticole lui propose de créer un jardin potager.

“Je ne vois pas pourquoi les fous ne pourraient pas faire pousser des légumes ?”

Le meunier hurlant, une belle fable burlesque autour de la liberté

Né en 1967, le travail de Nicolas Dumontheuil me fascine toujours autant. De Qui a tué l’idiot ? à Big Foot en passant par La colonne, tout est génial dans l’œuvre du natif d’Agen. Il faut souligner qu’il aime les histoires folles, burlesques et drôles. Son humour fonctionne à merveille sur moi. A chaque album, je suis emmené dans ses contrées lointaines de l’amusement. Je ris et c’est bon ! Ses bandes dessinées, L’ogre amoureux, Pas de pitié pour les Indiens ou L’impudence des chiens sont là pour mettre un peu de gaîté dans ce monde parfois brutal et sinistre.

Surtout qu’à chaque histoire, ses personnages principaux sont des doux-dingues ou des doux rêveurs. C’est encore le cas d’Agnar dans Le meunier hurlant. Un homme à part, souvent moqué mais pas méchant pour un sou. Cet extravagant n’aspire qu’à une chose : faire tourner son moulin et vivre simplement. Le fantasque finlandais est libre. Cette histoire jubilatoire est donc un vrai hymne à la liberté.

Arto Paasilinna et ses personnages atypiques

Fort de sa première incursion dans l’univers d’Arto Paasilinna avec La forêt des renards pendus, Nicolas Dumontheuil poursuit son travail d’adaptation de l’auteur du Lièvre de Vatanen.

Si la publication précédente était un polar loufoque dans une cabane finlandaise dans les années 1980, Le meunier hurlant se déroule juste après la Seconde Guerre mondiale. Une période très dure pour les Finlandais ayant également dû se défaire du joug de l’URSS. Les temps troublés laissent place à la reconstruction des corps, des âmes et des maisons. Les habitants n’aspirent qu’à vivre en paix. Et au milieu de cette envie de quiétude, un marginal qui vient tout troubler.

Le meunier hurlant ne dort pas

L’atmosphère du récit se rapprocherait d’ailleurs de celle de Magasin général de Loisel et Tripp. Un village un peu en autarcie qui accueille un étranger qui bouleverse la vie des habitants. Même s’il est fou, Agnar est intelligent, avec un quotient intellectuel fort. Et en plus, il va découvrir l’amour.

Le meunier hurlant bénéficie du grand talent graphique de Nicolas Dumontheuil. Son découpage est dynamique comme le veut l’histoire. Il y a du mouvement dans ses planches. Le lecteur est tout de suite emporté par ce tourbillon qu’est Agnar. Comme à son habitude, l’auteur joue avec les corps de ses personnages. Tout est en courbe. Quant aux constructions en bois, elles sont accueillantes et chaleureuses. On s’y sent bien. Et les forêts finlandaises apportent leur lot de mystère.

Le meunier hurlant : une fable loufoque teintée d’un bel optimisme, un hymne à la liberté, portée par un superbe dessin sépia.

Article posté le jeudi 22 février 2024 par Damien Canteau

Le meunier hurlant de Nicolas Dumontheuil d'après le roman d'Arto Paasilinna (éditions Futuropolis)
  • Le meunier hurlant
  • Auteur : Nicolas Dumontheuil, d’après le roman d’Arto Paasilinna
  • Editeur : Futuropolis
  • Prix : 24 €
  • Sortie : 10 janvier 2024
  • Pagination : 152 pages
  • ISBN : 9782754835244

Résumé de l’éditeur : Un petit village du nord de la Finlande, peu après la guerre, voit arriver un inconnu qui rachète et remet en marche le vieux moulin. D’abord bien accueilli, le nouveau meunier Gunnar Huttunen a malheureusement un défaut : à la moindre contrariété, il se réfugie dans les bois pour hurler à la lune, empêchant les villageois de dormir. Ces derniers n’ont dès lors qu’une idée, l’envoyer à l’asile. Mais Huttunen, soutenu par la conseillère rurale Sanelma Käyrämo, est bien décidé à se battre pour défendre sa liberté. Après le succès de La forêt des renards pendus, voici la nouvelle adaptation de Nicolas Dumontheuil de l’auteur finlandais. C’est l’un des romans les plus populaires de Paasilinna. Amoureux des personnages atypiques et hors normes, Paasilinna nous entraîne dans le grand Nord à la suite de marginaux aussi fous que cocasses, et à la (re)découverte de la nature et des sentiments. Le Meunier hurlant en est certainement l’un des plus beaux exemples ! Nicolas Dumontheuil s’approprie avec jubilation cette histoire tragique où l’humour et une certaine soif d’absolu sont de mise.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir