Le siège des Exilées

Dans quelques années, les femmes seront surreprésentées et les hommes auront presque tous disparu. Une toute autre société s’est construite. Une Dystopie sous le signe du Matriarcat. C’est la dernière série d’Akane Torikai : Le siège des exilées.

Le siège des exilées

Dans un futur indéterminé, les hommes ont presque tous disparu. Ceux qui restent sont rarement fertiles. Certaines femmes peuvent encore enfanter, mais elles sont presque aussi rares. Le monde est désormais régi par un système matriarcale féroce, presque élevé au rang de religion. Le mot d’ordre : la paix pour toutes, au dépend de celles et ceux qui peuvent procréer.

Aux abords de la métropole, un bidonville abrite toutes celles qui ont fui ce monde-là. Bricolant une autre société extirpée des lois de la première. Mais toujours dépendante des règles biologiques de ce monde dé-phallicalisé. Sans homme, pas de procréation naturelle. Et sans procréation naturelle, il n’y a pas d’enfant fécond non plus. C’est un cercle sans fin.

Sanada est de celle qui ont fuit la ville. Reihô aussi.

Elle est fertile. Il est un homme. Ils se rencontrent aux frontières du bidonville et s’associent. Elle cache sa fertilité, il travaille de nuit. A faire ce que tous les hommes seuls font pour s’en sortir : vendre ses charmes.

Mais il y a une règle absolue : Le sexe d’un homme ne doit jamais être vu par une femme. Oui, même au lit.

Un univers plein de rouages

A travers ses nouvelles lois qui retournent totalement le monde dans lequel nous vivons, Akane Torikai nous offre une profonde réflexion sur le sens de l’identité, de genre, de corps biologique, en amour, d’après les attirances physiques, d’après nos rapports de force. Tout cela à l’intérieur même d’une question qui supplante tout : comment faire survivre l’humanité lorsque la matière première de notre survivance vient à manquer ?

Elle met en exergue une très concrète réalité : Finalement, Homme et Femme, nous sommes indissociables.

Un graphisme de velours

Le siège des Exilées est la troisième œuvres d’Akane Torikai édité en France, chez Akata. Son style commence à s’implanter dans le paysage des librairies aussi sûrement que celui d’Akiko Higashimura et Rumiko Takahashi. Un graphisme doux, profond, fluide. Tout en finesse, nimbé dans des ombrages gris claires. Presque aquarelliste. Les traits deviennent plus pulpeux et délicat.  Cela embellit tous ses personnages.

Toutes fortes, différentes, discrètes, franches, naïves, entêtées, gourmandes, excitées. C’est une galaxie de femmes dans toute sa splendeur. Dans cet écosystème, masculinité et féminité s’entrecroisent, se confondent pour finalement se complété, sans être réservé à un sexe. Les Femmes et Homme du Siège des Exilées en montrent toutes les richesses et subtilités.

Cependant, dans ce paysage, force est de constater que Reihô sort de l’ordinaire. Comme une bête curieuse au caractère affable et mystérieux. Il habite ce monde avec une sorte de fatalité. Sa magnifique rareté comme arme fatale.

L’identité par le corps

A travers Le siège des Exilées, tout comme En proie au silence, on peut remarquer que, peut-être, Akane Torikai se pose de nombreuses questions sur le rapport au corps. Ce qu’il implique dans notre identité individuelle et collective. Au delà des barrières du sexe – qui admettons-le, sont de plus en plus flou à mesure que les années passent – l’autrice interroge notre propre perception de l’espèce humaine et son monde.

En partant d’un concept dystopique assez simple, elle renverse purement et simplement nos habitus.

Habitus : concept définit par Bourdieu comme l’ensemble des comportements intériorisés et reproduits dans une société donnée.

Soyons honnête : Les habitudes ont peut-être la peau dure, mais dans notre société, les habitus ont l’épiderme de Godzilla.

Le siège des Exilées est une série en  deux tomes. Simple, efficace. Chargée en informations et en émotions. Ce manga est de ces livres qui percutent notre vision du monde, déménagent les façons de penser et laissent une mélancolie douce-amère derrière eux.

Article posté le dimanche 11 avril 2021 par Ma Lo Torikō

Le siège des Exilées - Akane Torikai - Akata
  • Le Siège des Exilées
  • Autrice : Akane Torikai
  • Éditeur : Akata, collection Large
  • Traduction : Gaëlle Ruel et Erwan Charlès
  • Prix : 8.75 €
  • Parution : 11 février 2021
  • ISBN : 9782382120029

Résumé de l’éditeur : Quelque part, en Asie, dans le futur…

Depuis plusieurs années, il ne naît presque plus d’hommes. Ces derniers sont souvent réduits à leur rôle de partenaire reproducteur. La société s’est construite autour d’un système matriarcal. Ni guerres ni conflits ne viennent perturber le quotidien et l’équilibre. Mais certaines ont décidé de fuir la ville. Elles se sont installées à l’extérieur, dans un bidonville. C’est là que demeure Sanada. Cette dernière possède un secret… un secret qui pourrait bien attiser la convoitise de ses congénères.

Avec Le Siège des exilées, série dystopique en deux tomes, Akane Torikai questionne sur le sexe, l’amour, la reproduction… et finalement, sur notre condition d’être humain.

À propos de l'auteur de cet article

Ma Lo Torikō

Ma Lo Torikō

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont englouti Ma Lo. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir