Les générations

Matteo ne sait plus trop où il en est dans sa vie. Le jeune homosexuel est obligé de revenir habiter dans la maison familiale après trois ans à Milan. La cohabitation avec les femmes de sa famille ne va pas se dérouler facilement. Flavia Biondi imagine ce retour dans Les générations, un très beau récit sensible et fort.

Retour forcé

Après un coming-out orageux, Matteo a choisi de quitter sa petite ville pour Milan. Être loin de ce père fou de colère lui a permis de s’émanciper et de vivre le grand amour avec Massimo, plus âgé de 9 ans.

Mais voilà, il n’a plus de travail, l’argent lui manque et son couple commence à vaciller. Il ne sait plus où il en est. Sa seule solution : revenir chez lui, dans sa maison d’enfance. Ce n’est pas simple, il appréhende beaucoup.

Toutes les femmes de sa vie

A peine descendu du train, le soleil illumine le visage de Matteo. Il se rend à pied vers la maison de sa grand-mère. Il appuie sur la sonnette Vanni. La porte s’ouvre. Il est accueilli par Sarah, sa cousine enceinte.

Dans le salon, il y a Tatie A, Tatie B, Tati C et sa mamie, en fauteuil. Il acquiesce lorsque l’une d’elle lui demande s’il a quitté l’université. En effet, son père leur avait avancé l’alibi de la faculté lorsqu’il était parti. Il ne leur avait pas dit qu’il s’était fâché avec lui à cause de son coming-out.

Alors qu’il ne devait rester que quelques jours, le temps passe avec ses frictions et les vérités qui éclatent…

Les générations : reprendre confiance en soi

Avec Les générations, Flavia Biondi imagine le parcours d’un jeune homosexuel qui ne sait plus trop où il en est dans sa vie. Elle invente un récit intimiste et familial poignant et fort.

Entre les secrets, les non-dits, la vérité qui fait mal, les reproches et les petites joies, l’album se lit avec une grande facilité. Accrochés, les lecteurs ne voient pas passer le temps dans ce retour aux sources comme une quête d’identité. Souvent retrouver ses racines et revoir sa famille permettent d’avancer. Matteo ne pensait rester que quelques semaines, cette période va lui ouvrir les yeux.

Les femmes sont compréhensives, très protectrices, pas en couple, seules mais ensemble. Tatie B. semble la seule un peu énervée par cette arrivée soudaine. Les autres sont au petit soin, y compris la grand-mère. D’ailleurs, la vieille dame est pince-sans-rire, drôle et la plus moderne d’esprit.

Matteo tombe sous le charme de Francesco l’infirmier de sa mamie. Pour gagner de l’argent, le jeune homme prendra la place du bel italien pour aider sa grand-mère.

Pressions générationnelles

Si la mamie est la plus moderne, ainsi que Sarah, parce que la plus jeune, Matteo aura du mal à se faire accepter. Les générations plus anciennes, pèsent encore de tout leur poids, celui de traditions, des sociétés patriarcales. Elles mettront du temps les « générations », mais cela fera un bien fou par la suite.

L’album de Flavia Biondi est doux malgré les tensions, d’une grande justesse dans les relations humaines mais jamais donneur de leçons. Cette famille italienne ressemble à de nombreuses dans le monde, composée d’une personne LGBT ou non. Il y a des pleurs, des joies, des tensions et de l’amour. Toute la vie, en somme.

Un trait moderne

Flavia Biondi réalise de très belles planches, très modernes en noir et blanc rehaussées de teintes de gris. Née en 1988, l’autrice italienne a suivi des cours à l’Académie des beaux-arts de Bologne où elle a obtenu un diplôme en bande dessinée.

Avec sept amis, elle crée en 2012 le le label Manticora Self Production, une structure éditoriale qui publie ses premiers ouvrages. Trois ans plus tard, elle imagine L’orgoglio di Leone, autour des thématiques LGBT. Suivent ensuite Les générations et La juste mesure, bientôt en langue française chez Glénat.

Les générations : un très bel album intimiste, aux relations humaines fortes. Une belle surprise !

Article posté le samedi 28 mars 2020 par Damien Canteau

Les générations de Flavia Biondi (Glenat)
  • Les générations
  • Autrice : Flavia Biondi
  • Éditeur : Glénat
  • Prix : 17.50 €
  • Parution : 11 mars 2020
  • ISBN : 9782344030820

Résumé de l’éditeur : Parfois, le meilleur moyen d’avancer est de rentrer chez soi. Après trois années passées à Milan, Matteo rentre au pays avec pas mal d’appréhension. Il faut dire que son départ, provoqué par son coming out et une violente dispute avec son père, ne s’était pas passé de la meilleure des manières. Vivre dans une métropole urbaine comme Milan a été pour le jeune homme un changement radical, une expérience libératrice, loin de l’étroitesse d’esprit de la petite ville où il avait grandi. Mais aujourd’hui, Matteo n’a plus le choix. Sans argent, sans travail, paumé comme tant d’autres « millennials » de sa génération, il doit rentrer à la maison. Ce retour aux sources sera pour lui l’occasion de se confronter à son passé et à ses peurs, mais aussi de découvrir pas mal de choses sur ses proches… et sur lui-même. Pour son premier ouvrage publié en France, Flavia Bondi nous livre les chroniques douces-amères d’un jeune homosexuel qui fait le point sur sa vie et ses difficultés à se faire accepter par son milieu d’origine. Un livre tantôt léger, tantôt grave, profondément contemporain, et la révélation d’une jeune autrice à suivre.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir