Les travaux d’Hercule

Immense illustrateur, Gustave Doré s’est attaqué au mythe d’Hercule en réalisant une version décalée et très drôle. Les éditions 2024 restaurent ce chef-d’œuvre patrimonial intitulé Les travaux d’Hercule. Une très jolie surprise !

Les travaux d’Hercule dessiné à 15 ans !

C’est en 1847 alors qu’il n’a que 15 ans que Gustave Doré voit ses premiers dessins publiés. C’est Charles Philipon, éditeur burgien chez Aubert et Cie et directeur du Journal pour rire qui lui donne sa chance. Les travaux d’Hercule entrent alors dans la fameuse « collection des Jabots » au côté des ouvrages de Rodolphe Töpffer.

Pour présenter l’ouvrage, le patron de la maison d’édition écrira en préface (visible aussi dans cette version) : « Les Travaux d’Hercule ont été composés, dessinés et lithographiés par un artiste de quinze ans qui s’est appris le dessin sans maître et sans étude classiques […] Nous avons voulu l’inscrire ici pour bien établir le point de départ de M. Doré, que nous croyons appelé à un rang distingué dans les Arts. » Il souligne ainsi que Gustave Doré est un pur autodidacte. Il devint par la suite l’un des plus grands illustrateurs du XIXe siècle, encore admiré de nos jours.

Les travaux d’Hercule était donc le premier d’une série de trois albums publiés par Aubert et Cie : Trois artistes incompris et mécontents en 1851, Dés-agréments d’un voyage d’agrément la même année et surtout le récit fleuve et somptueux Histoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la Sainte-Russie en 1854.

Pendant ce laps de temps de sept années, il fournit 1379 dessins. A son décès en 1883, il aura été à la tête d’une monumentale œuvre de 10 000 illustrations !

Si Töpffer est considéré comme le père de la bande dessinée moderne, l’on peut y ajouter Gustave Doré, génie pionnier ou encore G.Ri inventeur des récits de fantaisie scientifique (Dans l’infini et autres histoires, nommé en sélection patrimoine à Angoulême en 2018).

Un superbe travail d’édition

Les éditions 2024, comme à leur habitude, ont soigné la présentation de cet ouvrage. Format à l’italienne (295 x 205), reliure cousue, grande qualité du papier pour un prix raisonnable (26€). En plus, un appareil critique de Antoine Sausverd en postface éclaire le lecteur sur Gustave Doré et son œuvre. Il fallait bien ce très bel écrin pour Les travaux d’Hercule !

Ce sont les exemplaires du livre conservés à la bibliothèque des Musées de Strasbourg qui ont servi pour la présente publication. Les illustrations ont été retravaillées par 2024 pour plus de cohérence et de lisibilité.

Cette belle mise en page oblong permet de publier les dessins uniquement sur la page de droite (comme à l’origine). Deux ou trois vignettes collées comme un strip surmontent les textes. Pas de phylactère (ils n’étaient pas encore inventés) mais une magie qui s’opère sur la qualité de la prose de Gustave Doré.

Que dire de la partie graphique ? Un superbe dessin en noir et blanc d’une grande lisibilité. Des hachures pour les matières ou les ombres, des gestes amples comme au théâtre et des visages très expressifs. Très influencé par les dessins de Cham ou Töpffer, Gustave Doré construisit néanmoins une histoire solide graphiquement.

Douze travaux drôlatiques

Cette version de 46 planches (104 dessins) des douze travaux est surtout très drôle par le décalage des illustrations et des textes, par un demi-dieu ventripotent (contrairement à ses représentations athlétiques à l’époque), un Eurysthée déconfit par tant de facilité de la part d’Hercule, le lot du gagnant (une bière), un bestiaire secoué par la force herculéenne, des anachronismes, de la maladresse du héros, des habitants sur des échasses comme dans les Landes et même des erreurs d’orthographe voulues.

Gustave Doré tourne en dérision ces exploits mythologiques pour le plus grand bonheur des lecteurs. L’illustrateur parodie aussi les Aventures de Télémaque de Fénelon, un classique de la littérature enfantine de l’époque.

Les travaux d’Hercule : très belle version burlesque du mythe grec par Gustave Doré alors très jeune dessinateur. Un vrai et grand bijou patrimonial (en sélection patrimoine à Angoulême 2019) !

Article posté le mercredi 28 novembre 2018 par Damien Canteau

Les travaux d'Hercule de Gustave Doré (2024)
  • Les travaux d’Hercule
  • Auteur : Gustave Doré
  • Editeur : 2024
  • Prix : 26€
  • Parution : 21 octobre 2018
  • ISBN : 9782919242986

Résumé de l’éditeur : « Les Travaux d’Hercule ont été composés, dessinés et lithographiés par un artiste de quinze ans qui s’est appris le dessin sans maître et sans étude classiques. […] Nous avons voulu l’inscrire ici pour bien établir le point de départ de M. Doré, que nous croyons appelé à un rang distingué dans les Arts. » C’est ainsi que l’éditeur Aubert, en 1847, présentait ce premier album de Gustave Doré; premier album, et premier chef d’oeuvre de ce génie précoce. En effet, Doré pose là les bases de la bande dessinée moderne et ce récit est tout autant une parodie de l’Antiquité qu’un morceau d’histoire s’écrivant sous nos yeux. Si Töpffer ― l’inventeur du 9eme art ― est une sorte de Christophe Colomb, Gustave Doré serait alors Magellan : celui qui fera, le premier, le tour du monde, le tour complet d’un art tout juste éclos pour en révéler tout le potentiel. Alors que le texte de cet Hercule, faussement épique et sérieux, entre volontiers en contradiction avec les tribulations grotesques d’un fils de Zeus cartoonesque et ventripotent, le trait s’anime, l’image devient mouvement, le figuratif devient abstrait. Doré, artiste aux intuitions fulgurantes, donne ici le cap. Resté dans l’ombre jusqu’à aujourd’hui, cet album iconoclaste, d’une folle liberté, est enfin réédité : à n’en pas douter, le premier album de Gustave Doré, est aussi son premier chef d’oeuvre.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir