PTSD

Ex-militaire, Jun se bat contre ses démons. Revenue du front avec des maux à l’âme, elle se réfugie dans la drogue pour tenter de survivre dans la rue. Son syndrome post-traumatique, elle le traine. Sur son chemin, elle va retrouver le sourire grâce à une mère et son fils. Guillaume Singelin raconte son parcours cabossé dans PTSD, un album coup de poing chez Ankama. Attention pépite !

Pilules pour survivre

De retour du front vietnamien, Jun se perd. Ex-tireuse d’élite, elle n’arrive pas à se réinsérer dans la société. Ses bleus au corps se transforment en bleus à l’âme.

Sa vie, elle la passe dans la rue, entre recherche d’endroit pour dormir, de l’argent pour manger et de pilules pour survivre. Les vétérans – parasites de la société pour leurs contemporains – cherchent par tous les moyens à se fournir de cette saleté de drogue; la seule qui les console. Le vol, la maladie, la dépendance et  les bagarres sont le quotidien de Jun.

Bao et Léona

Non loin du restaurant de quartier qu’elle tient, Léona découvre Jun à moitié consciente sous le porche d’une boutique. C’est son fils, Bao qui la repère et qui la réveille.

Ils l’invitent alors à venir manger un bol de riz sauté au porc et aux légumes. Après une très longue discussion, Jun part. Timide et mal dans sa peau, elle est effrayée par le bonheur du petit garçon et de sa mère. Alors qu’ils ne souhaitaient que l’aider, elle fuit. Léona, le sait et le sent, l’ex-militaire est à sauver. Elle a encore un rôle à jouer dans la société. Elle décide alors de la retrouver…

PTSD :  Post-Traumatic Stress Disorder

On tient là une petite pépite ! PTSD est une formidable bande dessinée ! On connaissait le talent de Guillaume Singelin par The Grocery, son excellente série avec Aurélien Ducoudray, il se lance seul dans un projet décoiffant, intelligent et très humain.

L’auteur né en 1987 réalise une bande dessinée surprenante où les relations humaines sont le cœur du récit. Ses personnages sont construits avec minutie, leurs personnalités riches et complexes. Jun, jeune femme borgne à cause d’un combat, est débrouillarde, parfois un peu misanthrope, effacée mais déterminée, violente et perdue. Elle porte en elle un PTSD (Post-Traumatic Stress Disorder), trouble de stress post-traumatique depuis son retour du conflit.

Il y a aussi  le vieux vétéran SDF et son chien Red mais aussi Léona et Bao. Famille de substitution pour Jun, elle trouvera du réconfort auprès d’eux.

Cachez ces vétérans que l’on ne saurait voir

PTSD est un album qui marche sur le fil du rasoir. Tantôt dur et sanglant par les combats à mort entre les dealers et les consommateurs, tantôt lumineux et optimiste.

Dans cette société imaginée par Guillaume Singelin, les vétérans de guerre ne sont pas les bienvenus. Parasites, ils sont relégués à la marge de la ville, attendant là une obole, là, la mort. D’ailleurs, Jun est saisie de violence lorsqu’elle doit survivre ou trouver des pilules pour la calmer. Elle aussi se retrouve dans les rues malfamées de la cité.

Et pourtant, l’ex-snippeuse est prête à retrouver la vie au contact des autres. En cela, PTSD est un récit positif et solaire. Malgré les doutes, les fractures à l’âme et les combats, Jun est quelqu’un de bien. Tout simplement quelqu’un. Un être fragile et coriace. Elle pense ne plus servir à rien, mais elle a encore un rôle; ce rôle social si important dans une vie. L’album est empli des bienveillance par des personnages secondaires de grande valeur morale.

Dessin moderne et nerveux

PTSD est porté par un graphisme puissant et de haute volée. Le trait de Guillaume Singelin est nerveux, jeté, vif et d’une grande modernité. Le découpage est hyper-rythmé comme si le lecteur se retrouvait en face d’un film d’action ou dans un jeu vidéo. Il y a de l’intelligence dans sa mise en scène.

On ne sait pas où et à quel moment se déroule PTSD. Les décors de l’auteur ayant travaillé sur les collectifs Midnight Tales et Doggybags ressemblent à de grandes mégalopoles telles Tokyo ou Mexico. Si les références à l’Asie sont nombreuses (commerces, alimentation ou prénoms), les influences sont multiples. La ville grouille, étouffe sous la chaleur ou devient moite sous la pluie. Les bas-fonds où s’agglutinent les SDF sont saisissants et les couleurs lumineuses.

PTSD : un petit bijou narratif et graphique. De la violence, de l’empathie et de la bienveillance. Un album multiple pour une lecture qui fera date ! Singelin est fort, Singelin est un grand auteur ! Fascinant !

Article posté le jeudi 04 avril 2019 par Damien Canteau

PTSD de Guillaume Singelin (Ankama, label 619)
  • PTSD
  • Auteur : Guillaume Singelin
  • Éditeur : Ankama, label 619
  • Prix : 19.90€
  • Parution : 1er mars 2019
  • ISBN : 9791033509530

Résumé de l’éditeur : Ancienne tireuse d’élite dans une guerre fictive passée, Jun se retrouve maintenant sans-abri et en colère, comme beaucoup d’autres vétérans. Brisée physiquement et mentalement, hantée par ses souvenirs, elle n’accepte l’aide de personne. Si la drogue semble être la seule chose l’aidant à atténuer sa douleur, les gangs qui contrôlent les vétérans en leur fournissant des médicaments sont endémiques. Jun se retrouve alors au milieu d’une autre guerre qu’elle tente de mener seule.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir