The Grocery, volume 4

Série déjà culte du Label 619 malgré ses 5 années d’existence et ses 5 volumes, The Grocery s’arrête sur un ultime tome, fort et trash par le duo Ducoudray-Singelin. A (re)découvrir d’urgence.

AUTOUR DE L’ÉPICERIE

En 2011, le Label 619 des éditions Ankama dévoilait le premier volume de The Grocery, un petit choc dans le monde de la bande dessinée. Fort, d’un très grand réalisme et intelligent, les lecteurs tout de suite plébiscitaient ce titre novateur dans le genre.

Dans le premier tome, Elliott – petit garçon studieux et timide – emménageait avec sa famille à Baltimore, dans un quartier populaire. Son père allait devenir le propriétaire de l’épicerie (grocery, en anglais). Il allait rapidement se faire des amis – la bande de Sixteen – et participait alors à des activités illégales : ensemble ils tenaient un corner, un coin de rue où ils vendaient des drogues aux passants. Dans le même temps, Ellis One sortait de prison, avait à cœur de redevenir le maître des lieux et de mettre hors d’état de nuire tous les petites frappes du quartier. De son côté, son père, M. Friedman, qui venait de perdre sa femme, avait de plus en plus peur et commençait à prendre des cours de self défense.

Entre les gangs, les guerres de clans et les milices privées, les volumes suivants étaient toujours aussi addictifs et très bons. Monsieur Friedman en prison à cause de Ellis One, l’épicerie devenait alors la plaque tournante du trafic de ce dernier. Mais Sixteen et ses potes décidèrent de résister et voulaient éliminer le malfrat par tous les moyens.

QUI SERA LE NOUVEAU MAIRE DE BALTIMORE ?

Dans ce dernier volume de The Grocery, c’est le temps de l’affrontement sur le terrain mais aussi dans les urnes. Ellis One veut devenir le prochain maire, par tous les moyens et imposer sa puissance par les armes. Il fait éliminer tous ses opposants par ses hommes de main. Pas de quartier ni de pitié pour les victimes innocentes. Les morts se multiplient et la presse fait ses gros titres de ses tueries quotidiennes. Tenant les quartiers de main de fer, Ellis One veut pacifier la ville à coups de revolver et maintenir l’ordre par les armes.

Jusqu’à présent personne n’avait oser se présenter en face du boss mais M. Friedman décide d’y aller. Il veut fédérer les citoyens autour de sa candidature qui apaisera. Fidèle, loyal et pacifiste, il prend d’énormes risques en essayant de défier le seigneur de la ville…

UNE FIN EN APOTHÉOSE POUR THE GROCERY

Forte et trash, cette fin de série va attirer comme un aimant ses fidèles lecteurs. Dirigé par Run, le Label 619 possède un catalogue dans cette veine notamment Doggybags (la revue), Freak’s squeele, Mutafukaz ou Tank Girl : des albums aux univers riches et aux scénarios déjantés.

Pour cet ultime volume, le récit de Aurélien Ducoudray multiplie les morts, sous une forte tension de tous les instants. Les questions sont nombreuses et les personnages toujours à cran. Construite comme une série télé, son histoire possède un rythme fou. Il faut souligner que le scénariste a voulu rendre hommage à l’une de ses séries préférées The Wire (Sur écoute, en français, de David Simon et Ed Burns, diffusée sur HBO de 2002 à 2008) qui se déroule à Baltimore, l’une des villes les plus criminogènes des Etats-Unis.

Celui qui nous a accordé un entretien pour parler de ses autres albums (A coucher dehors, Amère Russie avec Anlor, Mort aux vaches avec Ravard, L’anniversaire de Kim Jung-Il avec Allag et Bots avec Baker), aime prendre des éléments de la réalité et les démultiplier par 10 afin de les rendre plus forts. Contrairement aux titres cités plus haut, il y a peu d’humour dans son histoire mais de la dramaturgie à tous les étages.

Ses personnages – même les plus affreux – sont attachants, bénéficiant en cela des dessins de Guillaume Singelin.

DES PLANCHES FORTES ET DETAILLEES

Guillaume Singelin est au diapason de ce dernier tome de The Grocery. Son dessin vif et son découpage lui permettent de distiller un rythme fou à l’histoire. Les planches du dessinateur de King David et de Pills (les deux avec Ozanam, Casterman) fourmillent de nombreux détails qui lui donnent une grosse densité.

Article posté le vendredi 30 décembre 2016 par Damien Canteau

The Grocery de Aurélien Ducoudray et Guillaume Singelin (Ankama, Label 619) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • The Grocery, volume 4
  • Scénariste : Aurélien Ducoudray
  • Dessinateur : Guillaume Singelin
  • Éditeur : Ankama, label 619
  • Prix : 14.90€
  • Parution : 15 janvier 2015

Résumé de l’éditeur : Après avoir pris le contrôle du quartier aux dépends de ses habitants, Ellis One décide d’officialiser sa mainmise sur la vie locale en organisant à la surprise générale des élections ! Une façon de normaliser son coup d’État. Bien sûr, il en sera le principal candidat. Ce qui est loin de plaire à tout le monde : Sixteen et Elliott qui veulent venger leur amie Vickie, le mystérieux trader qui organise des attentats en ville, et un candidat surprise, notre bon épicier. M. Friedman !!!

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir