Entretien avec AJ Dungo : vainqueur du prix Bulles de sport 2020

Quelques jours après la révélation du Prix Bulles de Sport 2020 pour In Waves, les membres du comité ont contacté Aj Dungo sur son compte Instagram pour solliciter un entretien. Quelques heures plus tard, il répondait favorablement et humblement à leur demande. C’est avec fierté et beaucoup de reconnaissance que nous vous livrons ces échanges.

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Mon nom est AJ Dungo, j’ai 28 ans, et j’ai écrit In Waves.

Pouvez-vous nous parler de la naissance et de la réalisation de ce travail ?

Ce livre est né d’un voyage d’études à l’étranger pendant mes années d’université, mais ma compagne Kirsten avait planté l’idée dans mon esprit bien avant ce voyage. Au départ, j’ai créé un projet centré sur la vie du pionnier du surf Tom Blake. Il s’agissait d’une édition de boîtes de 5 x 7 pouces remplies d’impressions et de fanzines sur les réalisations de ce surfeur.

J’ai emmené ces boîtes à Londres, où j’ai rencontré des éditeurs, des directeurs artistiques, des studios de cinéma et des agences de publicité. Après avoir rencontré Nobrow, un éditeur anglais, ils m’ont contacté après mon voyage pour voir si je voulais faire un livre avec eux. C’était un rêve qui se réalisait.

La réalisation de In Waves était-elle une sorte de thérapie, une source d’apaisement ou une sorte de passage obligatoire (puisque vous l’aviez promis) plutôt éprouvante ?

Je pense que c’était les deux. Kirsten est décédée peu de temps avant de commencer le livre, j’étais donc plongé dans le chagrin et j’écrivais à travers ma douleur.

Cette promesse que je lui avais faite m’a assurément motivé à continuer à chaque fois que je me heurtais à des obstacles avec ce projet. Le début a été difficile et le processus a été interminable. C’était mon premier essai à l’écriture et l’illustration d’un livre, j’avais donc l’impression de chercher mon chemin dans l’obscurité.

Pourquoi avez-vous choisi le dessin si vous ne vous percevez pas comme un dessinateur pour raconter cette histoire ? Ce projet pourrait-il évoluer dans un format différent ?

Je pense que j’ai choisi de raconter cette histoire de la façon dont je l’ai fait car les bandes dessinées sont mon moyen de communication.

Mes compétences paraissaient être surtout liées aux bandes dessinées plutôt qu’à l’animation ou quelque chose d’autre. J’ai étudié l’illustration. J’ai toujours pensé que j’étais un bon écrivain. Je me suis alors lancé. J’ai reçu beaucoup d’aide au fur et à mesure en termes d’édition, de vérification orthographique et de grammaire. Je pense que cela pourrait certainement être traduit ou évoluer vers un film ou une animation.

Vous déclarez ne pas être un dessinateur mais ce travail très personnel a-t-il généré une envie de répéter l’expérience, avec peut-être des sujets moins intimistes ?

Absolument. Je pense que j’aimerais explorer la narration avec des sujets à la fois intimes et inconnus. J’y ai beaucoup pensé, et je suis prêt à relever ce défi.

La ligne de dessin est très nette, est-ce délibérément lié à l’arrière-plan de l’histoire ?

Merci ! Je pense que c’est juste un choix esthétique. C’est comme cela que j’aime dessiner : épuré et précis mais avec un soupçon de spontanéité pour garder le lecteur et moi, liés.

Ce travail a-t-il nécessité une recherche documentaire approfondie sur les origines du surf ou étiez-vous déjà un aficionado du sujet ?

Je partais de zéro. J’en savais autant qu’un lecteur moyen, c’est-à-dire que je ne connaissais vraiment rien. Dès que j’ai obtenu le contrat pour le livre, j’ai couru à la librairie la plus proche et j’ai lu tout ce que je pouvais sur le sujet. J’ai beaucoup lu et j’ai rencontré des personnes dans l’industrie du surf qui m’ont vraiment aidé. Je suis sans aucun doute toujours en train d’apprendre.

Pensez-vous pouvoir créer des histoires plus éloignées de votre quotidien ?

Je pense que oui, mais tout ce que j’écrirai sera à travers mon regard, n’est-ce pas ? Si j’écrivais à propos d’un sujet qui m’est complètement inconnu, toutes ces informations seront filtrées par mon expérience, ma vision du monde et ma perspective.

En tant qu’auteur de bande dessinée, êtes-vous un lecteur de bande dessinée ? Si oui, quelles sont vos influences ?

Oui, j’étais un fan de bandes dessinées bien avant d’en écrire. J’adore vraiment ce moyen de communication.
La liste est sans fin mais certains de mes préférés sont Connor Willumsen, Adrian Tomine, Jillian Tamaki, Charles Burns, Hayao Miyazaki, Tatsuhiro Otomo, Freddie Carrasco, Yoshihiro Tatsumi, Daniel Clowes, Simon Hanselmann, GG, Olivier Schrauwen, Rebecca Sugar, Sam Alden, Mike Mignola, Jose Munoz ou encore Richie Pope.

In Waves connaît un grand succès en France, en Belgique, avec de nombreux festivals, des productions éditoriales … Et aux Etats-Unis ?

Merci beaucoup ! Je pense que oui, mais rien n’est comparable à la France. La France est vraiment un niveau au-dessus. C’est difficile de décrire l’élan d’amour et de soutien qui vient de la France à mes amis et à ma famille ici aux États-Unis. C’est incroyable et je suis tellement reconnaissant. Aux États-Unis le livre a reçu quelques récompenses et une certaine reconnaissance, mais ce n’est certainement pas la sensation virale qu’il est devenu en France.

Quels sont vos projets actuels ? Quelque chose de plus sur le sport ?

Je travaille des dessins pour une exposition personnelle à la Galerie Barbier et ces derniers temps, j’ai travaillé en freelance dans l’édition. J’ai conçu des t-shirts dont les recettes servent à mettre fin aux incarcérations de masse et à l’injustice raciale et économique.

Lisez-vous des bandes dessinées sportives ? Si oui, quelles ont vos préférées ?

Bien sûr ! Mon amie Ellen Lindner a une excellente série sur le baseball. Hot Summer Nights de Freddie Carrasco tourne autour d’amis qui font du skate board. Il y a une histoire dans Killing and Dying sur les fans de baseball. Sam Bosma a une étonnante série intitulée Fantasy Sports sur les sports dans un monde fantastique. Sports is Hell de Ben Passmore concerne le football. Il y a beaucoup de bonnes choses.

Surfez-vous en ce moment ?

Il a été difficile de quitter la maison à cause du covid-19 mais pour la première fois depuis des mois, je m’y suis remis et c’était génial. Les vagues n’étaient pas très bonnes mais ça faisait du bien de faire tomber les toiles d’araignées et de se mettre à l’eau.

Êtes-vous un fan de sports ? Avez-vous des idoles sportives ?

Oui ! Je suis un grand fan de la NBA. Je suis un grand fan de Kawhi Leonard. J’ai grandi en suivant les Bulls de Michael Jordan et j’ai déménagé à Los Angeles quand Kobe et Shaq étaient au top. Je suis aussi skateur et surfeur. La liste est trop longue à faire, mais mes sportifs favoris les plus récents sont Dane Reynolds, Craig Anderson, Oscar Langburne, Kelia Moniz, Mikey February, Dylan Rieder, Tyshawn Jones, Jeff Grosso, Louie Lopez, Mango, Jeff Cheung, Ishod Wair, Grant Taylor, il y en a trop à dire ! J’aime aussi le football.

Êtes-vous impliqué dans la lutte contre le cancer ou les maladies en général ?

Pas directement. J’ai fait don d’une partie des recettes de ma première édition de In Waves (avec Nobrow) à City of Hope (un hôpital de recherche sur le cancer en Californie). C’était quelque chose que Kirsten a toujours voulu et j’espère continuer à donner de différentes manières.

Dernières questions AJ Dungo. Nous vivons actuellement un moment particulier avec le COVID-19. Que pensez-vous de ce moment ? Pouvez-vous imaginer écrire sur cette période ? Est-ce que vous pensez que cela va changer pour notre vie quotidienne ?

Je pense que nous vivons un moment historique. Non seulement à travers une pandémie, mais l’un des plus grands mouvements mondiaux de défense des droits civiques de tous les temps déclenché par le meurtre de George Floyd et les innombrables assassinats de Noirs non armés à travers le monde et à travers l’histoire. C’est très bouleversant. Je pense que peut-être avec le temps je pourrais écrire à ce sujet mais le vivre est irréel. Le monde semble en même temps si divisé et si uni. Il est difficile de supporter certains jours, mais je continuerai d’espérer et de me battre pour un avenir meilleur.

Merci AJ !

Entretien réalisé en juillet 2020
Article posté le vendredi 03 juillet 2020 par Medionok

In Waves de AJ Dungo (Casterman)
  • In Waves
  • Auteur : AJ Dungo
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 23€
  • Parution : 21 août 2019
  • ISBN : 9782203192393

Résumé de l’éditeur : Avec beaucoup de finesse et de pudeur, AJ Dungo, immortalise les instants de grâce de sa relation avec Kristen. La légèreté et l’émotion des premières rencontres, la violence du combat contre la maladie, la noblesse de la jeune femme qui se bat avec calme. Il évoque en parallèle leur passion commune pour le surf, l’océan. Et évite très justement l’écueil du pathos en intercalant dans son récit personnel, un petit précis d’histoire du surf.

À propos de l'auteur de cet article

Medionok

Medionok

Né la même année que le festival d'Angoulême, Medionok a toujours aimé la BD et comme il adore écrire, c'est tout naturellement qu'il rédige des chroniques.

En savoir