Imastu

Au cœur d’un orphelinat, Ulrica s’évade en rêvant. Ses tourments et ses peines sont mises en image dans Imastu, un album hypnotique et électrisant de Jérémie Horviller.

Imastu en Estonie. Juchée sur une balançoire, Ulrica contemple le ciel et les paysages. La jeune fille est pensionnaire dans le petit orphelinat de la ville. Comme ses autres camarades, elle tente de fuir son quotidien en rêvant. Il faut dire que les distractions sont limitées et les autres enfants, étranges. Ce lieu assez grand invite à tous les possibles, toutes les rêveries même les plus sombres…

Né en 1977 et diplômé des arts plastiques de Saint-Etienne, Jérémie Horviller dévoile un album quasi muet, dérangeant et hypnotique. Ovni dans la production de bandes dessinées actuelles, le récit entre parfaitement dans la ligne éditoriale du Tripode (Le livre & La mort / le départ de Nicolas Arispe, Les jumblies de Edward Lear).

Comme le souligne l’auteur : « Imatsu est le nom d’une petite bourgade située en Estonie, près de Tapa. Lorsque j’étais étudiant, je suis allé rejoindre une amie qui travaillait dans un orphelinat. Pendant un court séjour, j’ai vu certains enfants abandonnés par leurs parents à cause d’une lourde pathologie physique ou psychique, voire les deux. Cette expérience m’a beaucoup marqué. De retour en France, je me suis dit que l’orphelinat pouvait être un point de départ pour raconter une histoire ».

A travers Imastu, Jérémie Horviller se glisse dans les pas des artistes peintres comme Edvard Munch, fasciné par les hallucinations. Puisque sans texte, la partie graphique doit être à la hauteur, et c’est le cas. Quelle force dans le dessin ! Ses planches en noir et blanc comportent énormément de mystère(s) et procure un sentiment d’attirance-répulsion sur le lecteur. Les hachures et les grands aplats noirs accentuent les effets d’angoisse de la jeune héroïne.

L’on croirait alors que Ulrica est coincée dans un livre ou un film, un monde où l’esprit croise le réel. Rien n’est gratuit dans les pages de Jérémie Horviller ! Il aime à glisser de ci, de là de nombreuses références employées en psychologie. Tout est pesé, réfléchi et c’est aussi en cela que Imastu plait. Chaque lieu, chaque éléments naturels ou objets contient une symbolique marquée.

Imastu : une agréable découverte et un auteur à suivre. Superbe !

Article posté le mercredi 25 avril 2018 par Damien Canteau

Imastu de Jérémie Horviller (Le Tripode) décrypté par Comixtrip
  • Imastu
  • Auteur : Jérémie Horviller
  • Editeur : Le Tripode
  • Parution : 22 mars 2018
  • Prix : 17€
  • ISBN : 978-2370551573

Résumé de l’éditeur :  » Imastu est le nom d’une petite bourgade située en Estonie, près de Tapa. Lorsque j’étais étudiant, je suis allé rejoindre une amie qui travaillait dans un orphelinat. Pendant un court séjour, j’ai vu certains enfants abandonnés par leurs parents à cause d’une lourde pathologie physique ou psychique, voire les deux. Cette expérience m’a beaucoup marqué. De retour en France, je me suis dit que l’orphelinat pouvait être un point de départ pour raconter une histoire. »

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir