Tes clopes m’ont laissé des cendres

Il a pas de bol Léo Féraille : il est rejeté par tout le monde. Antoine Paris imagine sa vie d’exclu dans Tes clopes m’ont laissé des cendres, un album édité par Fabulla.

Avec ses dents en bataille, son regard noir souligné par de grandes cernes et son quasi mutisme, Léo Ferraille n’aspire pas la joie de vivre ni n’inspire les autres pour lui parler. Au bar : rejeté. A la bibliothèque : rejeté. A Pôle Emploi : rejeté.

Pire, on le prend pour un voleur. Faut dire qu’avec son état physique, il fait peine à voir. Bourré de médicaments, il a l’air shooté. La justice n’hésite pas à l’envoyer en prison…

Après Peau d’encre, son conte pour adultes, Antoine Paris revient avec Tes clopes m’ont laissé des cendres, un album où le désenchantement se mêle à la fatalité. Le personnage principal, Léo Ferraille fait peine à voir. Le manque d’empathie des personnes qu’il croise nous le rend pourtant très sympathique.

Antoine Paris dévoile cette histoire par un découpage identique. Une double page composé toujours de la même manière : à gauche, une phrase cinglante, comme une sentence, envoyée à la face du héros et à droite, l’illustration pleine page de ce pauvre Léo.

Se plaint-il ? Jamais. L’entend-on ? Jamais. Souffre-t-il de ces rejets ? On ne le sait pas. Il encaisse et poursuit son bonhomme de chemin, sa bouche ouverte sur une dentition laissée à l’abandon.

Comme il l’explique, Antoine Paris a voulu rendre hommage aux artistes l’ayant influencé. Ainsi, l’album est dédié à Edward Gorey, Topor, Windsor Mac Cay, Hugo Pratt, Nicole Claveloux et autres Rimbaud.

Article posté le vendredi 10 juillet 2020 par Damien Canteau

Tes clopes m'ont laissé des cendres de Antoine Paris (Fabulla)
  • Tes clopes m’ont laissé des cendres
  • Auteur : Antoine Paris
  • Éditeur : Fabulla
  • Prix : 10 €
  • Parution : novembre 2019
  • ISBN : 978-2490127061

Résumé de l’éditeur : Est-on dans la tête d’un fou ‘ Les sentences sont posées comme des plaques de marbre, fleuries par d’étranges dessins. Florilèges de manques d’empathie, venin qui brille comme un bijou, illustrations sans couleurs confrontés à la réalité comme des gladiateurs, radiateurs imaginaires, barrières de rails de coke, corrections bien méritées…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir