2112

Dans un univers futuriste où règne enfin la perfection, le maintien de l’ordre est assuré par Safeguard, Inc. Cette société privée a pour but de protéger la planète et sa population des forces extérieures mais aussi des maux que la société génère. En 2112, Thomas Kirkland est un des six cadets de l’académie. Mais le jour de sa promotion, Tannen, l’agent rouge, qui est chargé de sa formation, manque à l’appel…

L’ÉCRITURE D’UNE AVENTURE DE SCIENCE FICTION

Dans 2112, le légendaire John Byrne nous emmène dans un univers futuriste. Et à ce titre, tous les attendus du genre sont présents : voitures volantes, pistolets laser, androïdes et mutants ont désormais leur place sur la Terre.

La Terre… ou plutôt ce qu’elle est devenue.

New-York a acquis l’honorifique titre de plus grande ville du monde. Dans sa course expansionniste, elle a battu Tokyo.

Pour subvenir aux besoins de la population, le reste du continent a été converti en fermes géantes. Bien entendu, l’équilibre est fragile comme le rappelle ce qu’est devenu le Brésil : la forêt amazonienne a été rasée pour développer des champs à perte de vue. Mais en bafouant l’ordre écologique, ces derniers disparurent bien vite et il fallut construire des générateurs à oxygène sur un sol devenu stérile.

Les idées fourmillent et pourtant, 2112 ne compte qu’une soixantaine de pages.

C’est bien entendu insuffisant pour développer de manière satisfaisante toutes les pistes ébauchées ; le but de John Byrne n’est donc pas là.

L’AVENTURE D’UNE ÉCRITURE NOVATRICE

Associé à Chris Claremont (Wolverine, The New Mutants), John Byrne a créé des histoires mythiques chez Marvel.

Pourtant, lorsqu’il souhaite moderniser les X-Men, le projet n’aboutit pas et c’est finalement chez Dark Horse que paraîtra 2112.

L’auteur peut ainsi s’affranchir des limites lui étaient imposées. Naît alors une ébauche ou plutôt une expérimentation de ce que seraient les histoires de X-Men de demain, comme en atteste d’ailleurs le titre Tomorrow, lisible sur les planches originales présentées en bonus.

C’est ainsi qu’il faut appréhender 2112.

John Byrne a en tête des inspiration diverses : les X-Men et Magneto bien entendu, mais aussi Robocop, Judge Dredd ou encore certaines nouvelles du maître de la science-fiction Philip K. Dick.

L’auteur construit un univers futuriste cohérent, sans jamais s’appesantir. Les enjeux sont nombreux : politique, eugénisme ou encore écologie s’entremêlent et laissent envisager des approfondissements tous dignes d’intérêt.

En un mot, il teste : des types de personnages, des caractères, des antagonismes, des motivations, des situations, des concepts, etc., recherchant systématiquement à surprendre.

La première page en est un exemple parfait : on observe, sur une pleine page et en contre-plongée, deux gigantesques tyrannosaures en plein combat ; la poussière vole, la bave coule des gueules béantes laissant apercevoir des crocs acérés. Puis on tourne la page et le contre-pied est total… si grand qu’il mérite de ne pas être dévoilé ici.

Le lecteur pourrait se retrouver perdu face à tous ces éléments ; il n’en est rien.

En effet Byrne veille à accompagner son histoire de nombreux cartouches. Tantôt ils terminent les propos de personnages désormais hors page, ce qui dynamise la narration, tantôt, et c’est là le plus intéressant, ils donnent des informations nécessaires à la compréhension. Le procédé est connu, mais Byrne en use avec maîtrise et va même, ce qui est bien plus rare et intéressant, interpeler directement un lecteur subjugué.

Pour finir, saluons une fois de plus le très beau travail des éditions Délirium qui accompagnent ce court volume de planches originales et de couvertures non encrées, ce qui permet d’admirer le talent graphique de John Byrne. Saluons aussi la qualité de l’ouvrage et plus particulièrement du grammage exceptionnel du papier qui permet d’apprécier pleinement cette histoire qui préfigure les Next-Men eux aussi parus chez Délirium.

Article posté le vendredi 17 janvier 2020 par Victor Benelbaz

2112 de John Byrne (Delirium)
  • 2112
  • Auteur : John Byrne
  • Éditeur : Delirium
  • Prix : 15€
  • Parution : 15 juin 2019
  • ISBN : 9791090916500

Résumé de l’éditeur : 2112. Le futur est enfin parfait. Les voitures volent, la robotique sert les hommes dans leur quotidien, la réalité virtuelle pourvoit à tous les désirs, le clonage permet des miracles… Et la sécurité est confiée à un consortium privé, Safeguard, Inc., qui forme de jeunes talents à la préservation de l’ordre et au maintien de l’utopie. Mais cette société radieuse a inéluctablement ses côtés sombres. Dans l’ignorance de citoyens dont l’existence est consacrée à leurs divertissements, des populations de mutants, fruits de manipulations génétiques ratées et rebuts laissés à l’écart de cette société parfaite, veulent aussi leur part de lumière. Vivant dans la peur des forces de Safeguard Inc. et de leur plus grand agent, le sulfureux Tannen, leurs ambitions et leurs espoirs prennent forme lorsqu’ils sont peu à peu rassemblés par un chef aux pouvoirs surpuissants, enfin capable de faire changer la peur de camp. Les autorités méprisantes face à la réalité de ce danger jusqu’ici contenu avec facilité, une poignée de cadets des forces de l’ordre de Safeguard Inc menés par Tannen, décident d’affronter cette situation et de faire leurs preuves. Mais c’est à une armée qu’ils devront faire face…

À propos de l'auteur de cet article

Victor Benelbaz

Victor Benelbaz

Tombé dans la marmite de la bande dessinée depuis tout petit, Victor est un vrai amateur éclairé. Comics ou récits jeunesse sont les deux genres préférés de ce professeur de français.

En savoir