Aldobrando

Luigi Critone et Gipi signent avec Aldobrando une formidable histoire entre conte initiatique et fable politique. Une galerie de personnages drôles et romantiques au service d’un scénario diablement bien ficelé.

PAR UN MATIN PLUVIEUX

Il était une fois un ciel lourd strié de pluie. Il était une fois sur un chemin un « chevalier » fourbu qui avançait vers son destin. Avant de « descendre combattre à la Fosse « , un lieu étrange dont on ne sait pas s’il sortira vivant, il va confier son fils à un mage. Charge à ce dernier de le protéger et de l’éduquer.

Ainsi commence Aldobrando, le nouveau conte imaginé par Gipi et dessiné par Luigi Critone (à qui l’on doit déjà l’excellent Je, François Villon). Reprenant à leur compte tous les codes du conte pour enfants, les auteurs subliment une histoire originale sur plus de 200 planches.

A PARTIR D’UN JEU DE CARTES

Soit un petit bonhomme longiligne aux yeux ronds comme des billes et à la houppe qui fait penser à un Tintin qui aurait vieilli. C’est Aldobrando, gamin devenu grand qui part sur les routes à la recherche de l’Herbe du loup, une potion qui va lui dit-on, soigner soin vieux maître blessé à l’œil par un chat qui ne voulait pas  » bouillir « .

Tout est parti d’un jeu de société à base de cartes, Bruti, explique Gipi, dont est issu Aldobrando. Autour de ce jeune héros gravitent des personnages haut en couleur, du sire Gennaro Montecapoleone, sorte de

Don Quichotte mi-chevalier, mi-escroc qui le prend un temps à son service à à l’ignoble seigneur des Deux-Fontaines jusqu’à la belle princesse Bianca, tous sont tour à tour beaux, loufoques et monstrueux et constituent un monde médiéval fantasmé.

Aldobrando : A LA RECHERCHE DU GRAAL

Et si finalement la quête importait plus que son objet même ? C’est ce que semblent nous dire les deux auteurs. Au fil de ses aventures et de ses rencontres, Aldobrando va grandir et devenir autre, revenir différent de celui qu’il était au début de sa quête. L’Herbe du Loup fait alors office de Graal et porte en elle une leçon de vie. Ainsi, cette fresque picaresque est-elle aussi porteuse d’une morale que chacun pourra découvrir.

Luigi Critone propose ici un dessin à l’encre de Chine et lavis avec un ajout de couleurs vives magnifiquement travaillées par Francesco Daniele et Claudia Palescandolo. Dans ce récit sans temps morts, la poésie a aussi toute sa place. L’humour et le burlesque aussi. La collaboration scénaristique et graphique de ces deux Italiens trouvent ici une très belle expression. Et comme dans son précédent album, La Terre des Fils (Grand prix de la critique 2018 ) Gipi donne une fois encore libre cours à tout son talent de raconteur d’histoires.

Article posté le mardi 04 février 2020 par Jean-Michel Gouin

Aldobrando de Gipi et Luigi Critone (Casterman)
  • Aldobrando
  • Auteurs : Critone et Gipi
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 23 €
  • Parution : janvier 2020
  • ISBN : 978-2-203-16667-7

Résumé de l’éditeur. Avant de « descendre combattre à la Fosse » le père d’Aldobrando sachant son heure venue, le confia à un mage. Celui-ci devrait le protéger et l’éduquer jusqu’à ce qu’il soit en âge de découvrir le vaste monde. Quelques années plus tard, voilà que la préparation d’une potion tourne au drame. Grièvement blessé à l’œil par un chat qui ne voulait pas bouillir, le mage demande à son jeune protégé d’aller en urgence lui quérir l’Herbe du loup. Mais comment peut-on se débrouiller en botanique alors que l’on n’a jamais mis un pied dehors et que l’on tombe nez à nez avec l’assassin du fils du Roi de Deux Fontaines ?

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir