La vie hantée d’Anya

Anya a du mal à se faire à sa nouvelle vie américaine, elle, d’origine russe. Sa rencontre avec le fantôme d’une adolescente va bouleverser son existence. Vera Brosgol raconte ces moments surnaturels dans La vie hantée d’Anya. Une belle surprise.

Complexes à tous les étages

Anya vit avec sa mère et son petit frère dans un pavillon de banlieue des Etats-Unis. D’origine russe, sa famille continue d’avoir des rapports avec la diaspora de son pays dans celui de l’Oncle Sam.

L’adolescente a du mal à s’intégrer dans son lycée et souffre de nombreux complexes dont celui important du poids. D’ailleurs sa mère ne comprend pas pourquoi. Elle lui prépare toujours des repas trop caloriques. Anya préfère alors jeter ces paniers du midi à la poubelle.

En allant à l’école, elle retrouve sur son chemin, Shioban, sa meilleure amie au look très garçon, mais ne parle jamais avec Dima, élève tout chétif et très intelligent.

Drôle d’endroit pour une rencontre

Énervée par une discussion avec Shioban et la vue d’un couple s’embrassant, Anya repart furieuse chez elle. Perdue dans ses pensées, elle ne remarque pas un trou devant elle. C’est la chute !

Elle crie mais personne ne l’entend. Pire, elle tombe nez à nez avec un squelette. Apparaît alors le fantôme de ce tas d’os; celui d’une adolescente tombée elle aussi dans ce puits. Une étrange discussion s’engage entre elle…

La vie hantée d’Anya ou une rencontre effrayante

La vie hantée d’Anya est un très bon titre jeunesse. Récit fantastique, il plaira à un grand nombre de lecteurs tant les sujets abordés sont interpellant pour eux.

Après le formidable Un été d’enfer, Vera Brosgol accentue tout le bien que l’on pensait d’elle : c’est une excellente conteuse, une autrice qui sait capter l’attention.

Comme son précédent album, l’autrice américaine choisit une héroïne adolescente pour raconter son histoire. Comme Vera, Anya est une fille timide, complexée et ayant du mal à s’intégrer.

Premiers émois, tensions familiales et vie à l’école, Vera Brosgol aime conter des histoires adolescentes. Elle réussit parfaitement à décrire les émotions de cette période charnière si délicate. D’ailleurs le fantôme du récit se pose aussi ces questions existentielles.

Déracinement et intégration

Comme pour Un été d’enfer – récit autobiographique – Vera Brosgol choisit pour personnage principal, une adolescente d’origine russe. Elle même issue de ce grand pays européen, elle connait parfaitement les difficultés d’intégration et les problèmes liés au déracinement.

Fuyant un régime autoritaire et profitant de l’ouverture après la Perestroïka, de nombreuses familles ont choisi les États-Unis, terre de liberté (pas si sûr).

Comme de nombreuses communautés en Amérique, elles se regroupent, s’entraident et vivent souvent ensemble. Comme le montre La vie hantée d’Anya, la religion orthodoxe joue alors le rôle prépondérant dans ces moments de partage. Vera Brosgol, comme son héroïne ou celle de Un été d’enfer, semble ne plus être en phase avec ces préceptes religieux souvent durs.

Fantastique thriller

La vie hantée d’Anya bénéficie de tout le talent graphique de Vera Brosgol accroche son lectorat par une histoire rafraichissante et très moderne.

Elle imagine un récit fantastique qui glisse lentement vers le thriller angoissant mais accessible pour les plus jeunes. Et si le fantôme n’avait pas que de bonnes intentions ? Au départ, elle veut aider Anya mais son passé la rattrape rapidement. La jalousie est proche.

A l’image du merveilleux Fantômes de Raina Telgemeier, l’autrice américaine parle du temps qui passe et de la mort.

La vie hantée d’Anya : Une très belle surprise !

Article posté le jeudi 19 septembre 2019 par Damien Canteau

La vie hantée d'Anya de Vera Brosgol (Rue de Sèvres)
  • La vie hantée d’Anya
  • Autrice : Vera Brosgol
  • Éditeur : Rue de Sèvres
  • Prix : 16€
  • Parution : 28 août 2019
  • ISBN : 9782369810445

Résumé de l’éditeur : Anya a l’impression d’être en permanence la petite nouvelle : fille d’immigrés, elle n’a jamais réussi à trouver complètement sa place. Mais quand elle tombe dans un puits et découvre le fantôme qui s’y trouve, elle a l’impression de se faire son premier véritable ami. Les ennuis commencent quand ce fantôme, prénommé Emily, devient jaloux de tout ce qui remplit la vie d’Anya.

 

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir