Sous un rayon de soleil

Le monde de Tsukasa Hojô (2/4). Auteur de Cat’s Eye et de Nicky Larson (City Hunter), Tsukasa Hojô est un maître manga mondialement connu. Les éditions Ki oon ont décidé de rééditer des œuvres antérieurs à ces deux titres. Un vrai régal.

Malgré son apparence tout à fait ordinaire, Sarah Nishikujo possède un don incroyable : celui de communiquer avec les végétaux. Afin de ne pas éveiller les soupçons, elle est condamnée à changer de ville et d’école régulièrement et de vivre avec son père, une vie de nomade. C’est le propos de la très belle saga Sous un rayon de soleil signée Tsukasa Hojo. Ce manga en 3 tomes datant de 1994 fut publié une première fois en France chez Tonkam. La maison d’édition Ki-Oon a décidé de rééditer ce chef-d’œuvre dans la collection Les trésors de Tsukasa Hojo.

La fille qui murmurait à l’oreille des fleurs

Dans le premier tome, Sarah Nishikujo, une petite fille à l’apparence normale, vit avec son père Hayato, fleuriste. Elle le suit à chacun de ses déménagements. Pourtant la jeune fille a deux lourds secrets : elle peut ressentir les émotions de tous les végétaux et communiquer avec eux ; et elle ne vieillit pas, et est donc contrainte de vivre dans un corps d’enfant alors qu’elle a une âme d’adulte.

Alors qu’elle et son père ont de nouveau changé de ville, pour ne pas éveiller les soupçons concernant son don, elle aperçoit Tatsuya Kitazaki, un jeune garçon qui essaie de couper un magnifique arbre. Il est malheureux car sa petite sœur est infirme après une chute de l’arbre. Il le rend responsable de ce handicap. Elle réussit à mettre un fuite le garçon et comprend sa rancune en communicant avec l’arbre incriminé. Dans le même temps, il découvre le secret de la fille mais décide de ne pas le dévoiler et devient son ami. Au contact de Sarah, il s’ouvre de plus en plus à la nature qui l’entoure.

Dans le deuxième tome, Tatsuya chemine et parvient petit à petit à se pardonner de l’accident tragique de sa petite sœur. Cette dernière réapprend à marcher dans un centre où elle rencontre un jeune garçon qui comme elle, a le même rêve. Le professeur Ooki décide d’enquêter sur Sarah pour laquelle il éprouve des doutes. Grand passionné de photographie, il découvre qu’il possède une photo de la jeune fille prise dans le passé. Dans un premier temps, il la considère comme une sorcière mais rapidement il va revoir sa position et ne pas dévoiler son secret, voyant en elle, la femme parfaite.

Dans le dernier tome de la saga, un petit châtaignier a pris possession du corps de Sarah. Son but : avertir le petit-fils de Shigaki Jigoro, le roi de la forêt qu’un danger le guette. Sarah doit donc habiter l’esprit de Takehiko. La jeune femme, le professeur Ooki et Tetsuya sont alors en prise avec un promoteur véreux, qui détruit par centaines, les arbres d’une sublime forêt.

Récit mélancolique et poétique

Teinté de fantastique, le récit magistral de Tsukasa Hojo est mélancolique et poétique. Maniant un bel humour très fin, l’auteur découpe ses mangas en plusieurs chapitres dont le point commun est la jeune Sarah, son secret, son passé. La lecture très fluide permet de passer un agréable moment. Invitant le lecteur a réfléchir sur l’environnement et la planète, cette fable onirique est formidable. Le talentueux auteur de Cinty Hunter ou Cat’s Eye possède un trait précis fourmillant de détails et très expressif. Soignées, les planches sont très équilibrées et le jeu d’ombres et de lumières sont parfaites. Cette saga est touchante et tout en sensibilité. A noter le bel effort de Ki-Oon pour la réédition de Sous un rayon de soleil : jaquette à grain avec une magnifique illustration, un papier épais et des encres de qualité.

Article posté le lundi 19 mai 2014 par Damien Canteau

Sous un rayon de soleil
  • Les trésors de Tsukasa Hojô
  • Auteur : Tesukasa Hojô
  • Editeur : Urban Comics
  • Prix : 7,90€ par volume
  • Sortie : 2013 à 2014

Tous les albums

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir