Sous le lit

Les éditions Lapin proposent de nouveau Sous le lit, le tout premier album de Quentin Zuttion, un récit poignant autour de la maladie et les amours homosexuelles. Captivant et beau !

Capote ou pas capote ?

Valentin attend son tour chez le médecin. Stressé par une nuit passée avec un inconnu, il ne sait pas si ce dernier a utilisé une capote pendant leur nuit sauvage de sexe.

Une petite fille sort du cabinet avec un très joli pansement après un vaccin. C’est même elle qui l’encourage à être fort. Il entre et parle à ce docteur recommandé par une amie.

Non, il n’a jamais dit à sa mère qu’il était homosexuel et donc par conséquent qu’il a couché avec cet inconnu. Son amie lui propose ce médecin, calme, jeune et compréhensif. Valentin remonte le fil du temps et se souvient alors de cette nuit…

Sous le lit : amorce de débat ?

Publié pour la première fois en 2016 par Des ailes sur un tracteur, Sous le lit fait donc l’objet d’une nouvelle réédition. Excellente idée qu’ont eu les éditions Lapin de reproposer ce tout premier album de Quentin Zuttion !

Si cette œuvre de jeunesse a d’énormes qualités narratives et graphiques, elle possède aussi ce charme des premiers dessins avec leur fougue, leur naïveté et leurs défauts. Mais peu importe les erreurs et les hésitations, l’histoire en elle-même est forte, poignante et belle.

Comme il l’explique dans sa très jolie préface, Quentin Zuttion a connu cette mésaventure de coucher sans capote. Il en a donc tiré un album. Récit destiné aux adolescents, Sous le lit peut permettre d’éveiller certaines consciences et/ou amorcer un débat avec des adultes ou des associations. Rien qu’en cela, cette histoire est importante. En effet, c’est un jeune auteur qui parle avec ses mots à des jeunes lecteurs. Il a donc plus de chance que le propos fasse son effet.

Un album d’une belle justesse

Sans jugement et juste avec des faits bruts, l’auteur de Appelez-moi Nathan (avec Catherine Castro) nous parle aussi d’amour, de sexe, de peurs, de culpabilité, de non-dits et de secrets (entre Valentin et sa mère).

Il y a aussi la belle amitié avec sa pote bienveillante et une histoire d’amour qui débute pour Valentin. Il y a donc de l’espoir dans Sous le lit malgré les craintes.

Depuis l’apparition du Sida au début des années 80, la communauté gay et ensuite l’ensemble des populations ont du faire très attention. D’abord incrédules, les femmes et les hommes basculèrent dans la peur de la mort. Si les traitements avancent, la capote, le dépistage et les sensibilisations restent le meilleur rempart contre le Sida, les maladies sexuellement transmissibles ou les grossesses non désirées.

Oui, l’album parle de deux adolescents, oui ils sont homo, oui Sous le lit est parfait pour alerter mais non il n’est pas uniquement ciblés pour les gays; les adolescents pourront tous être touchés par cette histoire.

Un beau dessin dynamique

Comme le veut le récit, le trait de Quentin Zuttion (Monsieur Q) est énergique. Comme la folie et le désir de consumer sa vie à pleine vitesse lorsque l’on est jeune, son dessin est vif.

Hachures et traits jetés pour les décors, couleurs numériques bien senties (le bleu électrique pour évoquer la possible maladie) apportent de la force au récit.

Sous le lit : quand la fougue de la jeunesse fait faire des folies et des choses insensées. Un beau récit indispensable pour entamer un discussion.

Article posté le mercredi 19 juin 2019 par Damien Canteau

Sous le lit de Quentin Zuttion (éditions Lapin)
  • Sous le lit
  • Auteur : Quentin Zuttion
  • Editeur : Lapin
  • Parution : 14 juin 2019
  • Prix : 14€
  • ISBN : 9782377540440

Résumé de l’éditeur : Valentin est étudiant et vit avec sa mère. Lors d’une soirée, il rencontre un homme avec lequel il passe la nuit. Le lendemain, il ne parvient pas à se souvenir s’ils ont utilisé un préservatif. Un récit qui aborde avec délicatesse les problèmes de la jeunesse, la difficulté de trouver sa place et son identité sexuelle, l’amour et la prise de risque.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir