Stuck Rubber Baby

Décédé en 2019, Howard Cruse publia en 1995 Stuck Rubber Baby, qui resta son plus grand album. Autour des questions LGBT et des droits des noirs américains, il imagina une autofiction forte et bouleversante. Les éditions Casterman publient de nouveau en langue française cette très grande histoire éditée une première fois en France, en 2001 par Vertige graphique.

« Perdre un mentor, c’est un peu comme perdre quelqu’un de sa famille » (Alison Bechdel)

Comme elle l’avait fait une première fois en 2001 pour la publication en français de Stuck Rubber Baby, Alison Bechdel s’est fendue d’une superbe préface. L’autrice de Fun Home, C’est toi ma maman et L’essentiel des gouines à suivre considère Howard Cruse comme un mentor, un pionner dans le monde du 9e art. Celle qui s’engouffra dans ses pas quelques années après lui dans la représentation des minorités dans le monde de la bande dessinée, lui doit en effet sa carrière d’autrice.

Né en 1944 dans l’Alabama, Howard Cruse débute sa carrière de dessinateur dans les années 1970. Il crée pour des journaux, son cartoon Tops & Button mais également Barefootz, une série de strips pour des journaux alternatifs.

Il devient rédacteur en chef de Gay Comix, revue annuelle importante dans la communauté LGBT jusqu’en 1983. Mais son œuvre principale reste Stuck Rubber Baby qu’il débute en 1995 pour le label Paradox Press de DC Comics.

Stuck Rubber Baby : autofiction bouleversante

Tout de suite, la critique est enthousiaste. Le ton, la narration et les thématiques abordées sont novateurs et plaisent au plus grand nombre. Les prix se multiplient. Stuck Rubber Baby remporte un Eisner Award, un Harvey Award, le prix Luchs en Allemagne et les prix de la critique de la bande dessinée en Espagne et en France.

Pourtant comme il aime à le rappeler dans la postface rédigée quelques mois avant son décès en 2019, l’album est « une œuvre de fiction et non une autobiographie. Ses personnages sont de [son] invention et et Clayfield une ville imaginaire. »

En effet, pour créer Stuck Rubber Baby, Howard Cruse a puisé dans ses souvenirs mais aussi des anecdotes de proches et de connaissances, ainsi que dans des faits historiques. Il se fonde sur sa proche expérience de couple avec Pam, une femme avec laquelle il eut un enfant par inadvertance. Mais de quoi peut bien parler ce magistral récit ?

Clayfield, bourgade américaine ségrégationniste

Clayfield dans les années 1960. Cette petite bourgade du sud des États-Unis perpétue la ségrégation dans ses rues. Si les noirs y vivent c’est avant tout pour « servir » les blancs; leurs droits sont niés comme dans l’ensemble du pays de l’Oncle Sam. Pire, les suprémacistes du Ku Klux Klan sont nombreux et forts. Leur gazette raciste Dixie Patriot relaie leurs méfaits.

Toland et sa sœur Mélanie rangent la bibliothèque du foyer de leurs parents. Leur père vient de décéder. Les souvenirs remontent à la surface. Le jeune homme est pompiste dans une station-service et la jeune femme est mariée à Orley, un homme profondément raciste.

Toland : être gay dans une bourgade américaine dans les années 1960

C’est à l’armée que Toland comprend qu’il est gay. Il tente de tout faire pour étouffer son amour pour les hommes afin de paraître le plus « normal » aux yeux des autres. Être homosexuel à cette époque n’est pas des plus simples.

Il rencontre alors Sammy Noone, un jeune gay noir. Avec lui mais également Mavis et Les’, ils arpentent des motels et des clubs où se rencontrent toute la jeunesse de la région. C’est un lieu d’émancipation, un lieu sécurisé où l’on parle de droits des noirs américains et ceux des homosexuels.

Dans le même temps, Toland rencontre Ginger avec laquelle il aura un enfant…

Stuck Rubber Baby : une œuvre pionnière

Par Stuck Rubber Baby, Howard Cruse a pu aborder des thématiques, hélas encore trop présentes aujourd’hui. En choisissant d’imaginer Toland – un jeune homme qui lui ressemble presque – il lui a agrégé toutes les luttes sociales et sociétales des années 1960/1970 aux États-Unis.

Jamais l’on pourra percevoir un homme qui s’effondre. Malgré les obstacles, le deuil, les humiliations et son cheminement, Toland est fort. Il est surtout fort grâce aux gens qui l’entoure : sa sœur, Mavis, Les’ et Ginger.

Les luttes pour les droits humains se rejoignent pour plus de force, afin de peser sur les décideurs et les législateurs. Les temps sont durs mais l’amitié et l’amour sont un rempart aux assauts des rétrogrades.

Stuck Rubber Baby s’inscrit donc dans cette histoire des combats contemporains, qu’il faut pourtant renforcer et faire progresser encore aujourd’hui.

Gays et noirs en lutte

Toland et ses amis représentent donc ces jeunes américains prêts à s’unir pour faire évoluer les mentalités. Gays et noirs en lutte, main dans la main.

Les 248 pages de Stuck Rubber Baby sont denses, la lecture délicate mais tellement prenante. C’est un album que l’on peut lire, laisser de côté pour ensuite y revenir. Tout est ciselé dans le récit d’Howard Cruse : les dialogues comme la narration. C’est prenant, notamment par l’ambiance de tensions tout au long des pages.

Le fascisme, le racisme, le Ku Klux Klan et les suprémacistes sont à la manœuvre. Tout ce qui n’est ni blanc ni hétérosexuel ne doit pas avoir voix au chapitre, pire, doit disparaître de la surface de la Terre. Toland et ses amis leur tiendront tête, jusqu’au moment fatidique de la mort de l’un d’entre eux.

Au même titre de L’essentiel des gouines à suivre, Wake Up America, Traquée ou Tanz, Stuck Rubber Baby est un album indispensable dans sa bédéthèque pour comprendre l’histoire des luttes des LGBT et des noirs américains mais aussi mieux comprendre les mouvements Black Live Matter aujourd’hui omniprésents outre-Atlantique.

Article posté le mercredi 12 mai 2021 par Damien Canteau

Stuck Rubber Baby d'Howard Cruse (Casterman) Un monde de différence
  • Stuck Rubber Baby
  • Auteur : Howard Cruse
  • Traducteur : Jean-Paul Jennequin
  • Editeur : Casterman
  • Parution : 05 mai 2021
  • Prix : 22 €
  • ISBN : 9782203215467

Résumé de l’éditeur : Récit d’autofiction pionnier paru pour la première fois aux Etats-Unis en 1995, Stuck Rubber Baby retrace un parcours initiatique à la croisée du collectif et de l’individuel, entre lutte pour les droits des Afro-Américains et découverte intime de l’homosexualité… Clayfield, une petite ville du Sud des Etats-Unis au milieu des années 1960. Toland Polk est un jeune homme blanc timide. Grâce à ses amis Ginger, Mavis, Sammy et Les’, Toland découvre l’envers du monde conventionnel dans lequel il a grandi, et sort peu à peu de lui-même pour soutenir la lutte contre les inégalités dont sont victimes les Afro-Américains. Il réalise par ailleurs qu’il est bien difficile de se découvrir homosexuel… 25 ans après sa création, à l’heure où la lutte pour les droits des personnes homosexuelles continue, et tandis que grandit le mouvement Black Lives Matter, Stuck Rubber Baby permet de mieux saisir la culture d’un pays où le progressisme se heurte souvent aux menaces fascistes…

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir