Mode et BD : le dessin sous toutes ses coutures

Après la merveilleuse exposition Goscinny et le cinéma, la Cité Internationale de la bande dessinée accueille un nouvel événement : Mode et BD, le mariage parfait entre le stylisme et le 9e art. Yves Saint-Laurent, Jean-Paul Gaultier et Christian Dior côtoient Moebius, Annie Goetzinger ou Windsor McCay. Pop et glamour !

Quand le musée BD se mêle à la mode

La saison 2019 de la Cité de la BD et de l’image est excellente ! Après La fête à Bernadette Desprès ou Jean Harambat en janvier, Le monde de Petit Poilu et La belle saison d’Alfred aujourd’hui, l’institution gérée par Pierre Lungheretti fait valser les tissus et les dessins dans cette belle exposition Mode et BD !

Reconnue d’intérêt national par le Ministère de la Culture, elle propose d’éclairer les visiteurs sur les liens quasi amoureux entre le 9e Art et le monde des créateurs stylistes. Les petites coins inventent ainsi à cela : découvrir le dessin sous toutes ses coutures !

Petits coins pour grands dessins

La très belle exposition Mode et BD est composée de petits coins qui mettent en lumière les jeux entre ces deux univers :

  • Dans le sas d’entrée, les visiteurs découvres des petites pépites : des dessins de grands couturiers, tels Yves Saint-Laurent, Bert Sword pour Jean Patou, Marguerite Porracchia pour Jeanne Lanvin ou Elsa Schiaparelli. Ces recherches incroyables, notamment du maître de la rue Marceau, se mêlent à une illustration grand format de Arzach par Moebius ou un dessin humoristique de Blutch.
  • Un petit espace montre ensuite des planches ou dessins de Connie par Frank Godwin (1936), Thor et lady Sif par Buscema (1971), la très belle Barbarella de Jean-Claude Forest (1974), des costumes de spectacles dessinés par Claude Renard ou encore Le veau d’or de Nicolas de Crécy. Les pièces maîtresse étant les trois planches de Little Nemo de Winsor McCay où notamment le petit garçon est présenté à la princesse du Slumberland.

Prêt-à-porter pour tous

  • Dans le grande salle suivante, la mode et le prêt-à-porter pour tous est à l’honneur. Au centre trône le costume d’une magnifique Catwoman de Thierry Mugler. Tout autour, les visiteurs sont charmés par un espace Jean-Paul Gaultier mêlant Betty Boop, Popeye, Wonder Woman ou Superman. Le couturier a souvent utilisé les figures des superhéros pour ses réalisations. La merveilleuse campagne publicitaire Chanel n°5 illustrée par Milo Manara et réalisée par Luc Beson. Des créations de bijoux de Laurent Vicomte, Frank Pé ou Guido Crépax sont aussi visibles.
  • Le grand public n’est pas oublié. L’on découvre que les grandes marques ont aussi utilisé des figures patrimoniales de la bande dessinée : Charlie Brown par Vans, Mickey par Adidas ou Batman par Freegun. Jean-Charles de Castelbajac n’en pas en reste puisqu’il a créé une robe Snoopy et un pull Mickey.
  • Le maestro E.P. Jacobs a dessiné des figures masculines pour des catalogues de mode bruxellois dans les années 40. Ces cadres répondent à ceux de Lorenzo Mattotti ou Dupuy & Berbérian.
  • La grande surprise est La vilaine Lulu de Yves Saint-Laurent. Les visiteurs apprennent alors que le grand couturier a réalisé un album de bande dessinée racontant les aventures de cette petite fille. Le livre est présenté dans une vitrine. Il fut publié en 1967 par les éditions Tchou. Un pièce rare, un bijou !

Bécassine et plus près du corps

  • Les visiteurs empruntent ensuite une dernière salle où ils peuvent découvrir des planches de Caran d’Ache, de Winsor McCay ou celles de Philippe Caza intitulées Quand les costumes avaient des dents, parus initialement dans Pilote en 1971.
  • Les anciens auteurs – Outcault, Jimmy Murphy, Geo McMannus, Dorothy Urfer, Milton Caniff ou Cliff Sterrett – rencontrent les plus récents comme Will, Jean-Claude Denis, David Prudhomme, Ever Meulen, Cabu, Claire Bretécher ou Terreur Graphique.
  • Encore une pièce rare : le paper doll n°6 de Yves Sain-Laurent. Ce mannequin de papier était à découper pour habiller le personnage. Ce cadre est accroché à côté d’un autre paper doll issu de l’Imagerie d’Epinal.
  • Bécassine est aussi à l’honneur dans l’exposition. L’héroïne de Joseph Pinchon a été relookée par Nathalie Garçon, Sonia Rykiel, E2, Caroline Cobson et Daniel Jasiak. Ces illustrations font face au costume porté par Emilie Bayart dans le film de Denis Podalydès sorti en 2018.
  • Une petite pièce fermée aux yeux purs, Plus près du corps, achève la visite. Elle comporte des illustrations et planches plus dénudées signées Eneg, Dave Sheridan, Crepax, Badalzini ou Guerra.

Les Triplés, Floc’h et Goetzinger à l’honneur

En déambulant dans l’exposition, les visiteurs se rendent compte que trois auteurs reviennent souvent, qu’ils ont beaucoup réfléchi et dessiné sur la mode : Nicole Lambert, Annie Goetzinger et Jean-Claude Floc’h

  • Nicole Lambert, créatrice de la série Les Triplés, voit de nombreuses planches accrochées dans l’exposition. Elle a mis notamment en scène Karl Lagerfeld, La robe vintage ou Paris sera toujours Paris.
  • Annie Goetzinger voit l’une de ses créations agrandie sur un panneau. Elle représente des femmes vêtues de très belles robes. Des dessins de Félina, La jeune fille en Dior et Charlotte et Nancy sont aussi encadrés.
  • Jean-Claude Floc’h est la petite vedette de Mode et BD. Le travail du très smart auteur de Albany et Sturgess est visible de nombreuses fois. Ses illustrations pour le magazine Monsieur, sa propre représentation avec son ami et scénariste François Rivière ou encore Note Book (2004) et London Euphoria, sont disséminés dans l’exposition.

Mode et BD à la Cité BD : c’est chic, c’est beau, c’est pop, c’est glam !

Article posté le jeudi 22 août 2019 par Damien Canteau

Renseignements complémentaires

Mode et bande dessinée

Commissariat d’exposition : Nicolas Idier

Musée de la bande dessinée, 1 quai de la Charente, 16000 Angoulême

du 26 juin 2019 au 5 janvier 2020

Informations générales 05 45 38 65 65/ musée 05 17 17 31 00

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir