La forêt millénaire

Avant de disparaître le 11 février dernier, Jirô Taniguchi travaillait sur un nouveau projet spécialement pour la France, sans publication préalable au Japon : La forêt millénaire. Les éditions Rue de Sèvres ont décidé d’offrir ce nouvel album brut à ses lecteurs.

ET LA FORET APPARUT

Fin des années 50, dans la région de Tottori. Un séisme de magnitude 6 sur l’échelle de Richter touche les villages alentours. La montagne n’est plus stables emportant avec elle des maisons de bois. Étonnamment, une forêt apparut lorsqu’une faille s’ouvrit.

Tokyo. Alors que sa mère est hospitalisée et que son père est parti après le divorce du couple, Wataru Nobe est confié à ses grands-parents.

A L’ÉPREUVE DE L’ARBRE

A peine arrivé dans ce petit village près de Tottori, le garçon de neuf ans fait la connaissance avec ses camarades de classe. Son école lui semble toute petite, lui qui vient de la capitale.

Si la maîtresse leur a demandé de bien l’accueillir, en classe cela se passe bien mais pas pendant les vacances. Pour faire partie de leur groupe, Nobe se voit imposer un défi : grimper tout en haut du grand arbre de la forêt…

LA FORET MILLÉNAIRE : AUX RACINES DU PROJET

Spécialement conçu pour un éditeur français – Rue de SèvresLa forêt millénaire ne connaîtra jamais de fin. Prévue en cinq tomes, la série devait établir un nouveau pont entre le Japon et la France.

Jirô Taniguchi est un mangaka prisé dans notre pays (Icare avec Moebius) ; toutes ses publications furent un succès chez nous. Depuis Quartier lointain à Elle s’appelait Tomoji en passant par Les fantômes du Louvre ou Les rêveries du gourmet solitaire, l’ensemble de son œuvre est apprécié des Français, comme le fut l’Exposition à Angoulême en 2015 : L’homme qui rêve (voir la vidéo ci-contre de Nicolas Albert et Nicolas Finet).

Dans l’entretien avec Motoyuki Oda – éditeur chez Shogakukan qui publie les mangas de Taniguchi – adossé à l’album, le lecteur en apprend plus sur les racines du récit. En ne passant pas par une prépublication en revue au Japon, l’histoire n’avait pas à subir les contraintes de ce passage quasi systématique au pays du Soleil Levant. «Il avait été décidé de créer un nouveau livre sans tenir compte des normes classiques du manga japonais, d’abord parce qu’il destinait ce livre à la France, mais aussi parce qu’il voulait faire de nouvelles propositions susceptibles d’être reprises ensuite dans le monde du manga japonais.», souligne l’éditeur. Comme dans ses dernières publications, Taniguchi souhaitait travailler selon les critères de la bande dessinée franco-belge (d’où une œuvre très proche des auteurs européens).

LA FORET MILLÉNAIRE : UNE ODE A LA NATURE

Pour incarner aux mieux La forêt millénaire, le mangaka imagine Wataru Yamanobe, petit garçon déchiré par la séparation de ses parents, seul et déraciné dans un petit village montagnard, lui citadin tokyoïte.

La toile de fond du récit de Taniguchi est fondée sur un fait historique réel : à la fin des années 50, un tremblement de terre fit de gros dégâts dans sa région natale, laissant apparaître miraculeusement une forêt au cœur d’une déjà existante.

Pour pimenter son histoire, il dote les Wataru d’un pouvoir surnaturel : celui de communiquer avec les plantes et les animaux. Ainsi La forêt millénaire est un magnifique hymne à la nature et aux interactions entre les Femmes, les Hommes, la faune et la flore. Comme dans La montagne magique (paru en 2007 chez Kana), le mangaka prouve encore une fois – s’il était encore nécessaire – sa grande sensibilité aux questions environnementales.

Cette histoire aux reflets nostalgiques bénéficie de tout le talent de conteur mais aussi graphique de Jirô Taniguchi. Lui qui jusqu’alors aimait se référer à des photographies (prises par lui ou non) pour les décors, à cause de sa maladie ne pouvant plus se déplacer, c’est son éditeur qui lui envoya des clichés. Le plus proche possible de la version définitive, son trait dans La forêt millénaire semble encore plus évanescent que d’habitude, comme parfois suspendu dans le temps (le lecteur pourra admirer cinq pages de carnet de recherches à la fin de l’album).

La forêt millénaire : une sublime dernière histoire du maître Taniguchi. A posséder dans sa bédéthèque !

Article posté le lundi 25 septembre 2017 par Damien Canteau

La forêt millénaire de Jirô Taniguchi (Rue de Sèvres) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • La forêt millénaire
  • Auteur : Jirô Taniguchi
  • Éditeur : Rue de Sèvres
  • Prix : 18€
  • Parution : 27 septembre 2017
  • ISBN : 9782369815327

Résumé de l’éditeur : Dernière création de Jirô Taniguchi, cette bande dessinée en couleurs occupe une place à part dans l’oeuvre du maître. Suite au divorce de ses parents et à la maladie de sa mère, Wataru est accueilli par ses grands-parents. Pour le jeune garçon tokyoïte, cette nouvelle vie à la campagne est un bouleversement. Il découvre sa nouvelle école, son nouvel environnement. La forêt en particulier l’impressionne et semble lui communiquer une force presque surnaturelle, venue du fonds des âges. Lorsqu’il devra faire ses preuves face au groupe d’enfants qui le mettent au défi, c’est d’elle que lui viendra un courage intérieur qui lui était inconnu. Les pages en couleurs et à l’italienne de Jirô Taniguchi nous invitent à la contemplation de cette nature séculaire. Elles seront complétées d’un entretien poussé avec l’éditeur japonais de Jirô Taniguchi et du matériel inédit provenant des carnets personnels de l’auteur .

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir