Au coin d’une ride

Les éditions Des ronds dans l’o publient de nouveau Au coin d’une ride, un sublime album signé Thibaut Lambert, dont les thèmes centraux sont la maladie d’Alzheimer dans un couple homosexuel et la délicate question de la prise en charge dans un établissement médicalisé.

Sentiment d’abandon…

Dans une petite ville de province, Eric et Georges arrivent dans une maison médicale spécialisée dans la maladie d’Alzheimer. Les deux hommes, depuis longtemps en couple, éprouvent les plus grandes difficultés à se séparer. D’ailleurs Georges ne veut pas descendre de la voiture, reprochant à son compagnon de l’abandonner. Aux premières loges, trois femmes âgées regardent la scène avec cynisme, lorsque des infirmiers arrivent pour aider Eric. Elles sont persuadées qu’ils sont père et fils.

Malgré un caractère affirmé, le vieil homme descend, découvre les lieux et sa chambre qu’il partagera désormais avec André, un homme mutique. Il défait sa valise remplie de canettes de bière, sa seule véritable compagnie.

… et tension dans le couple

De son côté, Eric est reçu par le directeur de l’établissement, qui lui conseille de garder sa relation avec le nouvel arrivant sous silence. Il pense que les anciens seront perturbés par cette nouvelle. Maugréant, il accepte pour le bien-être de son compagnon.

La première nuit est difficile pour les deux hommes : Georges ouvre canette sur canette, tandis qu’Eric se sent seul et n’arrive pas à dormir.

Le lendemain, le nouveau résident est en pleine forme, heureux de retrouver l’amour de sa vie mais, comme décidé le jour d’avant, celui-ci ne montre aucun signe de tendresse. C’est le début d’une grande tension entre eux…

Au coin d’une ride : de l’amour

Thibaut Lambert livre aux lecteurs un récit magnifique de tendresse, d’humanité et plein d’amour. A l’image de l’excellent Ceux qui me restent (Damien Marie et Laurent Bonneau, Grand Angle), voici un autre album abordant un thème délicat : la maladie d’Alzheimer. Si le premier traitait des relations père-fille, celui-ci s’attarde sur les relations dans un couple, mais pas n’importe lequel, celui de deux hommes, ensemble depuis de nombreuses années.

L’auteur de L’amour n’a pas d’âge avait déjà travaillé sur cette thématique dans un ouvrage précédent, Al Zimmer (éditions Coccinelle avec La ligue Alzheimer) qui mettait en scène la maladie et l’enfance. Un dossier qu’il maîtrise donc très bien et cela se ressent dans Au coin d’une ride. Il met en lumière des sentiments mêlés et diffus autour de l’abandon (le malade mais aussi celui qui se retrouve seul à la maison), la transmission, la fin d’un couple, l’amour immense de ces deux hommes, les sautes d’humeur du malade, le dévouement du personnel médical et la fragilité de la mémoire.

« C’est une histoire que j’ai lu; un petit article de quatre lignes sur ce couple à qui l’on demande de ne pas afficher leur relation. Cela m’intéressait parce que cela me permettait d’aborder le sujet sous un autre angle. » (Thibaut Lambert, entretien novembre 2017)

Du tabou de la sexualité du quatrième âge

Thibaut Lambert dénonce au passage les non-dits sur l’homosexualité et notamment lorsque le directeur demande de taire la relation entre Georges et Eric, pour le bien-être des autres patients, qui seront bien plus intelligents que ce sinistre individu. Cette tranche de vie ne concerne uniquement que l’arrivée dans la maison médicalisée.  L’auteur ne relate ni le passé des deux hommes, ni leur rencontre, ni la découverte de la maladie.

Comme il nous le confiait dans un entretien en novembre 2017, Thibaut Lambert parle aussi des non-dits de l’amour, de la sexualité et de l’homosexualité en maison de retraite : « L’homosexualité en maison de retraite est encore très tabou, on demande encore aujourd’hui de la taire. Et même la sexualité du quatrième âge en général. » Un sujet qu’il a de nouveau abordé dans son album précédent, L’amour n’a pas d’âge.

L’auteur belge vivant aujourd’hui à l’Ile d’Oléron n’hésite pas à aborder des thématiques taboues et délicates. Il se forge ainsi une œuvre singulière et touchante.

Au coin d’une ride : une très belle réédition d’un album fort et humain autour de la maladie d’Alzheimer dans couple d’hommes. Une très belle lecture !

Article posté le mercredi 11 septembre 2019 par Damien Canteau

Au coin d'une ride de Thibaut Lambert (Des ronds dans l'o)
  • Au coin d’une ride (Nouvelle édition)
  • Auteur : Thibaut Lambert
  • Editeur : Des ronds dans l’o
  • Prix : 14€
  • Parution : 11 septembre 2019
  • ISBN : 9782374180748

Résumé de l’éditeur : Éric vient de laisser Georges, son compagnon, dans une maison de retraite. Georges a la maladie d’Alzheimer et n’est plus gérable au quotidien. Ce placement est donc pour Éric un ultime recours. Pourtant, cet acte qui devait lui redonner un peu d’oxygène produit tout le contraire. L’agitation qui régnait chez eux fait place au vide et au silence, lourd et oppressant maintenant que Georges ne vit plus dans leur appartement. Comme si ce sentiment n’était pas assez pesant, le directeur de la maison de retraite lui demande de ne pas afficher sa relation amoureuse avec Georges au grand jour, par peur des réactions des autres résidents.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir