Elle ne rentre pas, celle de mon mari

Étudiants, Sachiko et Shin tombent amoureux. Si tout se passe bien entre eux dans le quotidien, lorsqu’arrive la nuit, leurs ébats sexuels ne fonctionnent pas. Yukiko Gotô adapte Elle ne rentre pas, celle de mon mari, le roman japonais à succès de Kodama. Un très beau manga réaliste autour du couple. Surprenant !

Aménagement dans une pension étudiante

Tokyo, 1997. Sachiko Torii emménage dans une pension étudiante afin suivre des cours à l’université Bunshi. Arrivée d’un tout petit village campagnard, elle ne connait pas les coutumes de la capitale. Elle n’a jamais vraiment franchi les portes de sa ville natale.

Ses parents tout justes partis, elle est surprise par l’arrivée de Shin Kuramoto dans sa chambre. Cet étudiant en deuxième année est sans gène : il allume la télévision, lui apporte ses livres de cours et l’emmène au supermarché. Sachiko est déstabilisée par les intrusions du jeune homme. Néanmoins, elle s’en accommode, elle qui ne connait personne.

« Oui, je veux sortir avec toi »

Quelques jours plus tard, Shin demande à Sachiko s’il peut dormir avec elle. Elle accepte mais il ne se passe rien. S’il est un peu brut de décoffrage, l’étudiant connait les bonnes manières.

En effet, avant cela, il lui demande officiellement si elle veut sortir avec lui. Tout cela est nouveau pour elle mais elle accepte. Le soir venu, il la déshabille et veut faire l’amour avec elle. Si elle est vierge, ce n’est pas le plus gros problème pour Sachiko. La verge de son petit ami ne rentre pas. Malgré plusieurs essais, plusieurs soirs, son sexe ne rentre pas…

Elle ne rentre pas, celle de mon mari : les affres du couple

Toujours à la pointe de l’avant-gardisme, les éditions Le lézard noir (Sex & fury, La maison aux insectes, Mon village, Tokyo Kaido, Nagasaki…) agrémente son catalogue d’une nouvelle série surprenante mais tellement intelligente avec Elle ne rentre pas, celle de mon mari.

Yukiko Gotô a choisi d’adapter le roman autobiographique de Kodama. Paru en 2018, le livre fut rapidement un succès en librairie, au point d’être aussi décliné en drama sur Netflix.

La jeune mangaka – elle a débuté sa carrière en 2010 – a commencé la publication de son histoire dans la revue Young Magazine des éditions Kodansha.

Ce seinen est avant tout surprenant par sa thématique, moins par son histoire, qui se veut douce, voire même parfois drôle, notamment par le côté sans gène et pataud de Shin. Son couple avec Sachiko partait pourtant sur de bons rails. Les sentiments sont là, l’amour grandit avec le temps mais un souci d’ordre sexuel vient enrayer la belle machine : la verge de l’homme n’arrive pas à la pénétrer. Ce problème mécanique ne refrène pas les ardeurs du couple, il trouve d’autres moyens de se faire plaisir.

Les différences comme point d’orgue

Elle ne rentre pas, celle de mon mari n’est pas qu’un roman graphique érotique, il balaye de nombreuses thématiques plus générales. Sachiko a honte de ce problème d’ordre intime et en fait les frais. . Elle ne veut en aucun cas être mise de côté.

Les affres sexuels du couple ne sont pas le seul thème mis en image par Yukiko Gotô. La mangaka parle aussi du couple de façon plus universel. Qu’est-ce que son ciment ? Est-ce uniquement le sexe ? Peut-on avancer sans cela ?

Elle met aussi en lumière le quotidien des jeunes tokyoïtes, mais aussi les difficultés des couples étudiants, et par extension des difficultés financières des jeunes japonais : achats alimentaires, achats de manuels et vie dans une pension.

Dans Elle ne rentre pas, celle de mon mari, il y a aussi tous les ostracismes que subit Sachiko. Les moqueries sont grandes envers les campagnards. Cette condescendance des habitants de la capitale pour les provinciaux fait aussi mal à la lecture du manga. Traitée avec mépris, elle découvre vraiment la vie. Il est loin son village. La grandeur de la mégalopole peut être un point sur ses frêles épaules.

Pour évoquer les soucis intimes, Yukiko Gotô utilise des métaphores et allégories visuelles très bien choisies. Cela permet de mettre de la distance et de la poésie dans ces moments un peu tabous.

Elle ne rentre pas, celle de mon mari : un premier volume surprenant sur un sujet délicat, abordé avec intelligence et pudeur.

Article posté le mercredi 11 mars 2020 par Damien Canteau

Elle ne rentre pas celle de mon mari 1 de Yukiko Gotô d'après l'autobiographie de Kodama (Le lézard noir)
  • Elle ne rentre pas, celle de mon mari, volume 1
  • Autrice : Yukiko Gotô, d’après l’autobiographie de Kodama
  • Éditeur : Le lézard noir
  • Prix : 13,00 €
  • Parution : 16 février 2020
  • ISBN :  9782353481682

Résumé de l’éditeur : Sachiko Torii a quitté sa campagne natale pour aller à l’université. Elle emménage dans une résidence où elle fait la connaissance de Shin Kuramoto, étudiant en deuxième année dans le même établissement. D’un naturel sans gêne, il prend rapidement l’habitude de passer du temps dans la chambre de Sachiko. Celle-ci est troublée et en même temps attirée par son comportement imprévisible. Rapidement, ils commencent à sortir ensemble. Mais la nuit venue, alors qu’ils s’apprêtent 1 à faire l’amour, le couple se retrouve face à un problème de taille…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir