J’ai tué Philippe II de Macédoine

Les éditions Vents d’Ouest dévoilent les trois premiers albums de leur série-concept : J’ai tué… Pour chacun des tomes, les auteurs content le meurtre d’un personnage historique célèbre. Avec J’ai tué Abel (Serge Le Tendre & Guillaume Sorel) et J’ai tué François-Ferdinand (Michaël Le Galli & Héloret), le lecteur pourra découvrir le sort funeste du souverain antique et père d’Alexandre le Grand dans J’ai tué Philippe II de Macédoine, un magnifique album signé Isabelle Dethan.

PHILIPPE II DE MACÉDOINE ET SON FILS ALEXANDRE

Né en 382, Philippe II de Macédoine régna sur son territoire de 359 à 336. Homme très riche, sage et plutôt modéré, il renforça l’hégémonie de son petit pays sur la Grèce Antique pendant cette période. Pour cela, il réforma l’armée, s’affranchit des pays voisins, étendit son royaume vers le Sud, réussit à lui développer une façade maritime et affronta même Athènes. Dépeint par Isabelle Dethan comme alcoolique et passant son temps dans des festins orgiaques, cet homme borgne compta jusqu’à sept femmes.

Son fils, Alexandre, futur Alexandre III de Macédoine naquit en 356 et mourut en 323. Influencé par la culture grecque, il fut éduqué par Léonidas. Célèbre et connu sous le nom d’Alexandre le Grand, son caractère ambivalent ne lui valut pas que des amis : mystique et réaliste, violent et généreux, opportuniste et surtout impulsif.

336, ANNÉE FUNESTE

L’album se déroule l’année de l’assassinat de Philippe II en 336. Le souverain veut imposer Cléopâtre, fille d’Attale, comme seconde épouse légitime sur sept. La mère d’Alexandre, Olympias ne l’entend pas ainsi. La future épouse passerait ainsi devant elle, troisième dans l’ordre hiérarchique.

De son côté, le futur roi craint de ne pas être l’héritier du trône, car sa jeune belle-mère est enceinte. Après une lourde dispute avec son père alors que celui-ci est ivre, il est poussé à partir de la Cour de Pella. Accompagné d’Olympias, il se réfugie chez son oncle en Epire. Rapidement, les tensions s’apaisent et Alexandre revient en Macédoine, où il sauve son père d’un attentat.

PAUSANIAS D’ORESTIE, LE RÉGICIDE

Ancien officier du roi mis au ban, Pausanias d’Orestie a une rancune tenace contre son souverain. A cause de cette histoire ancienne, il n’hésitera pas un instant pour déclencher un régicide. Croisant la route d’Alexandre, ils deviennent proches. Olympias et son fils profitent de cette rancœur pour éliminer Philippe, par la main de l’ancien soldat. Alexandre n’a alors plus de rival puisque l’enfant porté par Cléopâtre s’avère être une fille (Europa).

ISABELLE DETHAN, UNE AUTEURE PASSIONNÉE D’HISTOIRE

Diplômée d’une maîtrise de lettres et d’un CAPES de documentation, lauréate de l’Alph’art Avenir en 1992, Isabelle Dethan a toujours été passionnée par l’Histoire. Parmi la trentaine d’albums qu’elle a publié, beaucoup possèdent cette couleur : Sur les terres d’Horus (8 tomes, Delcourt), Khéti fils du Nil (avec Mazan, 4 volumes, Delcourt), Le tombeau d’Alexandre (avec Julien Maffre, 3 tomes, Delcourt), Les Ombres du Styx (3 volumes, Delcourt) ou encore Mimo (avec Mazan, Eidola).

Auteure complète (scénariste, dessinatrice, coloriste), depuis son premier album en 1993, elle est l’une des pionnières des dessinatrices de la veine réaliste, telles ses jeunes consœurs : Ana Miralles (Djinn), Chloé Cruchaudet (Mauvais genre) ou Julie Maroh (Le bleu est une couleur chaude).

UNE INTRIGUE INTELLIGENTE

Comme pour ses précédentes publications, Isabelle Dethan nous gratifie d’une intrigue forte, solide et intelligente. Cette excellente conteuse d’histoires livre un album instructif, didactique sans être rébarbatif. Alors que Khéti fils du Nil fut prisé par les professeurs d’Histoire, en sera-t-il de même pour cet ouvrage ? C’est à espérer, car il le mérite.

Le lecteur perçoit parfaitement toutes les tensions entre les nombreux courtisans de Pella. Les rancunes et les rancœurs sont tenaces et la volonté de monter sur le trône de Macédoine, très forte. Il faut souligner que l’auteure accorde une très belle place aux femmes. Intrigantes, Olympias et Cléopâtre imposent leur vision, manipulent les esprits et possèdent une psychologie torturée.

UNE BELLE PARTIE GRAPHIQUE

Les planches en couleurs directes d’Isabelle Dethan sont impressionnantes notamment lorsqu’elles évoquent l’architecture des bâtiments ou les décors intérieurs. Sa riche documentation lui permet également de faire preuve de beaucoup de précision et de soin au sujet des costumes. La partie graphique finit par nous convaincre de la qualité de cet ouvrage.

 

Retrouvez l’interview exclusive Comixtrip d’Isabelle Dethan pour cet album, en cliquant ici.

Article posté le samedi 19 septembre 2015 par Damien Canteau

  • J’ai tué Philippe II de Macédoine
  • Auteure : Isabelle Dethan
  • Editeur: Vents d’Ouest
  • Prix: 14.50€
  • Sortie: 2 septembre 2015

Résumé de l’éditeur : En 337 avant J.-C., le roi Philippe II de Macédoine est au summum de son règne. Il a fait de son pays un royaume puissant et respecté par toute la Grèce. Sa succession est assurée en la personne d’Alexandre, né de son union avec Olympias, sa 4ème épouse. À présent, ce boiteux borgne de 45 ans s’apprête à se marier pour la 7ème fois, avec la jeune Cléopâtre, tout en préparant l’invasion de l’Asie. Il n’aura pas le temps de mener à bien tous ces projets puisqu’il meurt assassiné en juillet 336. Un régicide qui permettra à un jeune homme d’à peine 20 ans de devenir le plus grand conquérant au monde. L’Histoire n’a retenu que le nom du bras armé : Pausanias d’Orestis, le garde du corps de Philippe. Mais qui sont les véritables responsables ?

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir