Les leçons particulières d’Osamu Tezuka

Osamu Tezuka vous livre ses secrets de dessinateur dans un ouvrage intelligent et instructif. Postures, visages ou émotions sont au menu de Les leçons particulières d’Osamu Tezuka. A vos crayons !

« ça vous dirait de vous essayer à dessiner des mangas, vous aussi ? »

Traduit du japonais par Patrick Honnoré, cet ouvrage de 288 pages est un vrai manuel pour s’exercer à dessiner des mangas. S’il s’adresse avant tout à des néophytes, les amateurs éclairés voire les professionnels pourront découvrir quelques trucs et astuces utiles à la réalisation de leurs albums.

Les éditions Philippe Picquier et Tezuka Productions Co., Ltd mettent légèrement en garde le lecteur. Par un texte très court, ils remettent le livre dans son contexte. Ils n’ont pas voulu changer ni une virgule ni un seul mot de cet ouvrage paru en 1977, afin de ne pas déflorer le propos de Tezuka.

Les leçons particulières du Dieu du manga

Qui n’a jamais rêvé de dessiner aussi bien qu’un auteur de bande dessinée ou d’un maître du manga ? Alors que plus petit, l’un de nos moyens d’expression est le dessin, rapidement à l’entrée au collège, on ne l’utilise plus, préférant l’écrit. Quelques enfants poursuivent néanmoins ce mode de communication.

Quatre grands chapitres sont au menu : construire un dessin, Construire une idée, Construire un manga et A ceux qui ont envie de dessiner des mangas.

« Vous ne savez pas dessiner ? Aucune importance ! »

Voilà le leitmotiv de cet ouvrage ! En effet, le manga a cette particularité de ne pas se soucier du réel, de vouloir vraiment coller à la réalité. Cela est donc plus encourageant et moins frustrant que de vouloir dessiner dans un style réaliste. Surtout que ce genre littéraire est avant tout l’exagération (avec ses différents degrés et ses onomatopées).

Le deuxième leitmotiv c’est le graffiti ! Tout existe déjà dans les dessins des enfants. Il suffit de reprendre ces bases et de les améliorer. Grosse tête, bâtons pour les membres ou les proportions, tout est là. Le dessinateur en herbe doit insister sur les éléments essentiels : les yeux, le nez, les bouches et donc toutes les combinaisons possibles entre elles. Osamu Tezuka décline toujours en illustration, ses propos. Comme notamment les expressions et les émotions. Cela permet de comprendre en quelques dessins ses paroles.

Tezuka n’oublie pas de parler aussi du matériel (il n’y avait pas les ordinateurs à cette époque) donc tout est réalisé à la main. Il consacre aussi des pages à la couleur et aux fameuses trames. Viennent ensuite les décors et la mise en scène dans la composition de l’image.

« L’idée, c’est ce qu’il vous faut pour faire rire ou émouvoir, ou réfléchir. Et amener votre lecteur à comprendre ce à quoi vous pensez. »

L’auteur de Ayako prend du temps pour expliquer à ses lecteurs les démarches inductives et déductives. Cette dernière repose sommairement sur : Il y a ça -> il arrive ça -> ça aboutit là. Quant au schéma de la première : voilà comment c’est -> la cause est celle-ci.

Il n’oublie pas l’humour, celui qu’il glisse toujours dans ses œuvres même les plus sombres : gags irrationnels, gags absurdes, gags du quotidien, gags qui font réfléchir, l’humour noir, le burlesque et les calembours. Il essaie alors de décrypter les mécanismes de ces derniers pour que le futur dessinateur puisse les utiliser. Bien sûr, en plus du dessin, il ne faudra pas négliger le scénario qui est aussi essentiel.

Les leçons particulières d’Osamu Tezuka : le manuel de dessin du Dieu du manga

Ce n’est pas seulement avec la lecture de ce livre que tout le monde va devenir mangaka. Ce n’est d’ailleurs pas son but. Les années de pratique, l’entrée dans une école de dessin ou les conseils de professionnels sont aussi là pour ça.

Si on est un passionné de dessin et surtout de manga, il est intéressant de lire cet ouvrage pour avoir des trucs et astuces mais aussi pour comprendre le cheminement complexe de Tezuka vis-à-vis de ses pratiques.

Si vous avez votre main qui vous démange et qui aimerait dessiner, Les leçons particulières d’Osamu Tezuka est fait pour vous ! Le mangaka est toujours enthousiaste et bienveillant dans les pages de ce livre.

  • Vous trouverez ci-dessous quelques lignes sur le premier tome de La vie de Bouddha et Barbara édités par Delcourt
Article posté le dimanche 06 janvier 2019 par Damien Canteau

Les leçons particulières d'Osamu Tezuka (Philippe Picquier)
  • Les leçons particulières d’Osamu Tezuka
  • Auteur : Osamu Tezuka
  • Editeur : Philippe Picquier
  • Parution : 04 octobre 2018
  • Prix : 22€
  • ISBN : 9782809713763

Résumé de l’éditeur : Ce livre se veut le livre du passage à l’acte pour les centaines, les milliers de gens qui n’ont plus tenu un crayon pour dessiner quelque chose depuis qu’ils ont quitté l’école, et que leurs doigts démangent. Et puis, pas seulement dessiner pour dessiner. Dessiner pour dire quelque chose, pour donner son avis et le partager. Si vous voulez vous construire une petite oasis dans le désert du train-train quotidien, dessinez vos propres mangas, sans prétention, vous verrez, vous y trouverez une satisfaction absolument sans égale. Surnommé le « Dieu du manga » au Japon, Osamu Tezuka est un mangaka mais également un scénariste, producteur et animateur japonais immensément reconnu. Il est l’auteur d’un nombre colossal d’œuvres, dont Astro Boy, Le Roi Léo, Princesse Saphir ou encore Black Jack. Son style graphique expressif, au trait clair, va révolutionner le dessin et ouvrir la voie vers le manga moderne. Il est considéré aujourd’hui comme le pionnier des standards de l’animation japonaise actuelle.

La vie de Bouddha, tome 1

Osamu Tezuka s’attaque à la légende de Bouddha ! Série prévue en 4 tomes, Delcourt dévoile une version luxe de la vie du Siddharta. Dans ce premier volume de 808 pages, il pose les bases de cette superbe saga autour de la philosophie bouddhiste.

Au Sud du Népal, à la frontière de l’Inde au Ve siècle avant notre ère. C’est donc l’éveil de ce prince à la spiritualité et sa naissance en tant que Bouddha. C’est une très belle aventure entre la tragédie et l’humour (comme à son habitude chez Tezuka, une part de burlesque). Il y a de la malice et de l’intelligence dans ce premier volet de la saga.

Même sans être un amateur du bouddhisme, il est possible de lire cet album. Tezuka ne nous noie pas dans une religiosité forcenée. Il met en scène les croyances et les légendes païennes avant l’avènement de Siddartha.

Cette superbe aventure est sympathique et l’on s’attache à des personnages haut en couleur.

Barbara

Prépublié dans Big Comic en 1973 et 1973, Barbara est une très belle œuvre de Tezuka.

Il raconte la vie d’une jeune femme hippie qui aime l’alcool, paresseuse et qui devient muse d’un écrivain. Elle aime Verlaine et envoute tous ses prétendants. On lit les influences de René Clément, Apollinaire, Kafka ou Chopin; c’est un tourbillon d’intelligence.

Il y a de l’attirance et de la répulsion. Il y a de la séduction et des séparations. Il y a de la haine et des volontés de faire revenir l’être aimé. Le tout dans les années 70, avec ces moments psychédéliques.

Tezuka s’interroge sur son art, sur l’art, sur les influences et sur les muses. Une belle surprise !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir