Entretien avec Antonin Gallo

Après la lecture très appréciée de État des Lieux, le dernier album d’Antonin Gallo, nous avons voulu en savoir davantage. Comment se réapproprier une histoire déjà conçue dix ans auparavant ? Comment faire allier le réel et l’imaginaire ? Quelles sont ses influences artistiques ? Autant de questions, et bien d’autres encore, auxquelles le dessinateur de Détox a pris le temps de répondre. Entretien avec Antonin Gallo, un auteur intelligent, sensible et au talent incontestable. 

 

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

 

Bonjour Antonin. Merci de nous accorder un peu de ton temps pour partager ton univers d’auteur BD. Peux-tu résumer de ton parcours qui t’a fait entrer dans le neuvième art ? 

La réponse classique : Je ne me suis jamais arrêté de dessiner. Sinon j’ai eu un bac S et un bac L, pour des raisons qu’il aurait été plus difficiles à justifier avec la réforme du bac. J’ai fait une fac d’arts plastiques mais je me suis arrêté au DEUG parce que ce cursus ne rimait à rien pour moi. J’ai végété quelques années avec des petits boulots et des périodes de chômage.

Je me suis fait un peu rêver en ouvrant un blog BD. Ça n’a pas donné grand-chose, je me satisfaisais d’une pseudo-renommée dans le microcosme de la blogosphère. Une personne bien intentionnée m’a mis un coup de pied aux fesses, j’ai commencé à chercher du boulot là où il y en avait et je me suis mis à bosser pour des entreprises et des agences de communication, pour de l’illustration et de la BD. Depuis, je continue ma route en loupant ou en choppant des opportunités.

Etat des Lieux, une autofiction immersive d'Antonin Gallo décrypté par Comixtrip, le site BD de référence

 

En 2012, tu sortais État des Lieux, ta première bande-dessinée en version numérique sur le site internet Amilova. C’est ce même titre que tu viens tout juste d’auto-éditer dans une version plus aboutie. Peux-tu nous raconter la genèse de cette histoire ? Pourquoi narrer une tranche de vie si intimiste ?

On m’a offert Blankets de Craig Thompson. Je connaissais assez peu l’univers du roman graphique et le livre m’a surtout marqué par le fait qu’on pouvait raconter une histoire touchante et simple basée sur son propre vécu.

Comme cette histoire tournait pas mal dans ma tête, j’ai commencé à dessiner des passages sans trop savoir comment j’allais les inscrire dans une trame.

Après avoir trouvé un fil narrateur et composé un dossier qui a été refusé par tout le monde, je l’ai posté sur un blog. Il y a eu quelques lecteurs qui ont demandé une suite et je me suis naturellement dit « Et pourquoi pas ? ».

J’ai pu avoir une bonne visibilité grâce à la blogosphère BD en pleine effervescence à cette époque, ça m’a encouragé à dessiner et poster toute la BD. Ça a été mon premier récit de longue haleine que j’ai bouclé.

 

« C’est une sorte de métafantasme, né de la frustration de ne pas pouvoir faire décoller le récit avec ma propre expérience »

Tu qualifies État des Lieux comme une autofiction. Lorsqu’on décide de partager un bout de sa propre vie, comment réfléchit-on à l’ajout de séquences imaginaires ? Est-ce le fruit de tes propres fantasmes ?

C’est une sorte de métafantasme, né de la frustration de ne pas pouvoir faire décoller le récit avec ma propre expérience. La première version est constamment sur le fil, entre une BD où il ne se passe rien (et dont on connaît déjà le dénouement) et le feu d’artifice des émotions d’un ado, très intérieur ; entre la romance et la niaiserie. Quant à Julie, il n’y a eu que très peu d’interaction avec elle : c’était une jolie figurante de mon théâtre personnel, qui brisait de temps en temps le 4e mur.

En racontant ce fantasme, j’ai voulu lui redonner une voix que mon récit lui avait enlevé en voulant trop me rapprocher de mon expérience personnelle. Après, ce ne sont pas mes propres fantasmes, à l’époque je ne pensais pas à des cochonneries quand je pensais à Julie, nous étions purs… En y réfléchissant, je pense que s’il y avait eu un éditeur derrière mes fesses, il n’aurait jamais laissé passer une telle séquence (plus de 40 pages tout de même, soit 20% de la BD). C’est la liberté qu’on peut s’offrir avec l’auto édition, celle de pouvoir se planter.

Et puis comme le dit Jim, il y a le fantasme de revenir sur un travail qui te tient à cœur mais qui est très imparfait.

Dans la première version, c’est l’histoire d’un garçon qui n’arrive pas à faire le deuil d’un amour qui n’a jamais été avoué. Il décide donc de revenir sur les lieux où ça s’est passé pour renouer les fils des souvenirs et y faire son état des lieux. Il est frustré de ne pouvoir qu’assister à ses souvenirs qui ressurgissent. La deuxième version est née d’une frustration de ne pouvoir pas proposer une meilleure version de ce récit auquel je voue un attachement particulier, il s’agit en fait presque d’une mise en abyme de l’histoire. Sauf qu’ici je peux remédier à cette frustration, tel un dessinateur démiurge.

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

 

Sans démêler le vrai du faux qui briserait le charme du mystère qui plane dans État des Lieux, le lycée est un endroit important, voire une pièce essentielle, pour raviver tes souvenirs et faire intervenir ton alter-égo. Es-tu réellement retourné dans ton école pour t’imprégner de nouveau de ta vie lycéenne ? 

Pour écrire une histoire, j’ai besoin d’une grosse base réelle, sur laquelle je peux laisser ensuite cavaler mon imagination. Je suis effectivement retourné au lycée pendant l’été et je l’ai contourné pour entrer en douce. J’ai pris pas mal de photos dès qu’un lieu faisait remonter à la surface un souvenir. Je me suis simplement servi de cette déambulation comme base narrative pour dérouler mon histoire. Mais ça demeure quand même la partie la plus fictive et mise en scène.

Revenons sur ton alter-égo. Le mettre en scène est une jolie trouvaille pour que cette histoire reste sous ton contrôle de bout en bout. Comment est née cette approche ? 

Je n’ai pas l’impression que ça soit une grande trouvaille, je ne serais pas du tout surpris que ce procédé ait été déjà usité. Et puis comme dit au-dessus, la base de cet alter-ego, c’est juste ma déambulation réelle au sein d’un lycée désert. Finalement, mis à part la séquence fantasmée, c’est plus cette partie que j’ai retouchée dans la 2e version, avec un narrateur plus apaisé, comme s’il était plus facile de revisiter la partie « fictive » du récit. Et peu de personnes l’a relevé, mais le fait de faire « glisser » cet alter-ego vers le style graphique des souvenirs est aussi une manière de mettre un point final à cette 2e version. C’est la conclusion logique de la mise en abyme que constitue cette version.

J’ai pensé à un moment à me faire intervenir en tant qu’auteur et 2e alter-ego donc, mais ça n’aurait fait que rajouter à la pile des choses à ne pas faire en BD.

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référenceIllustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

 

« Son comportement tel qu’il m’apparaissait à l’aune de ma propre perception est plutôt fidèle je pense »

Parler de Julie est inévitable, tant elle est un symbole de ces amours secrètes, refoulées dans cette époque des premiers émois. Jusqu’à quel point ton héroïne se confond avec celle qui t’a fait vibrer ?

C’est une question difficile, parce que je n’en ai finalement qu’une vision très limitée. Son comportement tel qu’il m’apparaissait à l’aune de ma propre perception est plutôt fidèle je pense. Physiquement, c’est plus une idée globale. C’était une fille menue, à la gestuelle délicate mais dont les formes adultes s’exprimaient. De toute façon, mis à part les décors pour lesquels je suis parti de photo, il s’agit ici de raconter de la manière dont j’ai ressenti l’expérience, on est autant dans l’idée du souvenir que dans le souvenir. C’est donc aussi le cas de Julie.

À l’instar de ton personnage donc, tu as passé et réussi deux bacs. Dans la vraie vie, Julie a t-elle vraiment pesé dans la balance pour que tu te dises : « je suis un bachelier scientifique mais je vais tenter la filière littéraire ? » L’École des Beaux-Arts était-elle un parfait prétexte ? Pourquoi ne pas avoir choisi le bac littéraire en premier choix en fin de compte ?

J’ai toujours adoré les mathématiques au collège et au lycée. On a des outils et des règles, et un problème à résoudre avec, c’est comme un puzzle game abstrait au possible, très ludique à mes yeux. Il n’y avait pas d’option Arts plastique dans mon coin, je me suis donc dirigé vers une filière scientifique. Quand on a voulu me faire redoubler ma seconde pour une sombre histoire de moyenne en SVT, j’ai demandé à faire appel puis j’ai proposé à mes parents d’aller à l’internat d’un autre lycée qui lui proposait l’option arts plastiques.

Je suis finalement passé en première S et je suis devenu interne, pensant que ça allait me mettre un coup au derrière pour que je me remue et je me mette à bosser un peu. Quand j’ai décidé de refaire une terminale, il y avait déjà pas mal de signes qui me poussaient à penser que ça serait mieux de rempiler, sans compter que le changement de filière m’a forcé à sortir de ma zone de confort. Mais oui, Elle a été le poids le plus lourd dans la balance.

 

« C’est aussi un peu comme une case entre les cases, comme si je refusais l’ellipse que les gouttières suggèrent habituellement »

Comme pour ralentir le rythme du récit, les cases de tes pages sont grandes et larges. Elles nous permettent de prendre notre temps et d’explorer les bribes de ton passé. On a même parfois l’impression d’en être nous-mêmes acteur. Était-ce l’effet recherché ou ce découpage temporel est venu tout naturellement ? 

Je venais de terminer la « primotrilogie » de Jirō Taniguchi : L’homme qui marche, Quartier lointain et Le journal de mon père. Je suppose que ces lectures ont marqué ma narration. Il y a pas mal de cases « vides », qui posent des ambiances, des décors ou juste un visage. Ces cases ont notamment comme fonction d’obliger à attendre pendant que le narrateur se remémore. On ne sait pas trop ce qu’il se passe pendant ce temps, à part que le narrateur est perdu dans ses souvenirs. C’est aussi un peu comme une case entre les cases, comme si je refusais l’ellipse que les gouttières suggèrent habituellement. Et puis j’avais envie que le lecteur s’arrête sur des cases que j’ai particulièrement léchées, juste pour le plaisir du joli dessin.

Je ne comprends pas trop cette injonction à faire de l’efficace, à faire en sorte que le regard ne fasse que circuler sur la page sans vraiment s’arrêter. En fait, d’une manière générale, ça me donne l’impression qu’il y a une recette de la bonne BD et quand on sort de ce dogme, point de salut. Avec le recul, je pense que cette bande dessinée ferait un bon cas d’école des nombreuses erreurs à ne pas faire, enseigné dans un cursus, entre la séquence fantasmé, ces longues cases muettes et l’envie de faire du joli gratuitement.

Et puis forcer le lecteur à s’arrêter sur une case particulièrement attrayante, c’est aussi jouer sur le rythme quelque part. Jim a une théorie à ce sujet, il faut toujours au moins une case qui pète par page, pour poser le regard du lecteur.

Et puis à titre personnel, ça me fait bien chier de savoir que certains passent à peine quelques secondes sur une page qui m’a pris un grand nombre d’heures.

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

 

« En fait je veux continuer à écrire sur les regrets, la mémoire, les souvenirs. »

Réaliser ce roman graphique a-t-il eu un effet catharsis ? Ton entrée dans le neuvième Art devenait-elle plus confortable en explorant un univers familier ? 

Je ne suis pas très à l’aise avec l’expression « roman graphique », c’est un peu comme si on cherchait à s’émanciper des a priori négatifs que la « vraie » littérature peut avoir envers la bande dessinée, pour se donner une légitimité intellectuelle. Au final, les créateurs et les lecteurs de romans graphiques affichent ce même mépris envers ceux qui font et lisent de la bédé à papa. Je fais de la bande dessinée (et des grosses généralités), le reste, ce n’est que de la littérature (vous l’avez ?).

Il n’y a pas eu d’effet catharsis à proprement parler. En fait je veux continuer à écrire sur les regrets, la mémoire, les souvenirs. Il n’y aura pas de 3e version d’État des lieux, par contre j’aimerais vraiment écrire une histoire comme celle-ci, mais complètement débarrassée de tout l’aspect autobiographique.

Une première œuvre, c’est souvent basé sur son propre vécu. C’est une grosse solution de facilité, ça réduit de beaucoup la recherche documentaire…

Dans ta première version d’État des Lieux, tu imagines une suite de quelques pages que tu ne reprends pas dans ce nouvel exemplaire. Cette scène parle des retrouvailles avec Julie quelques années après le lycée. Pourquoi ne l’as tu pas réintégrée ? 

Ces pages étaient censées être une véritable suite, mais je me suis rendu compte avec le temps qu’elle n’avait pas vraiment d’intérêt à part faire plaisir à la petite communauté de fans qui s’était formé autour d’État des lieux.

 

« La musique qu’on écoutait raconte un peu les ados qu’on était »

Dans une scène phare du récit où les deux héros se retrouvent à une soirée, on peut y lire quelques paroles des chansons Linger des Cranberries ou Fin de Siècle de Noir Désir. On a tous et toutes certaines musiques qui nous ont marqué et nous accompagneront toute notre vie. Celles dont tu fais référence ont-elles traversé la tienne ? 

J’avais un baladeur et 3 pauvres cassettes enregistrées sur les CD des copains, dont « 666.667 Club de Noir Désir » et « Everybody else is doing it, so why can’t we ? » des Cranberries. La musique est un puissant vecteur de la mémoire surtout pour des titres bien diffusés sur les ondes comme ont pu l’être certains morceaux de ces albums. Il y a cependant d’autres albums qui ont rythmé cette période : c’est l’époque de la sortie des 2 premiers albums de Ben Harper, de Korn ou encore de Morcheeba.

Enfin, la musique qu’on écoutait raconte un peu les ados qu’on était, c’est un peu plus facile de s’en faire une idée du coup.

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

 

Une fois qu’on a lu État des Lieux, nous pensons naturellement à cette poésie qui émane de ton récit et dont ont ressent la même émotion quand on se délecte de l’Œuvre de Jirō Taniguchi, notamment dans Quartier Lointain. Tu nous as confirmé précédemment que le mangaka faisait partie de tes inspirations. Quels sont les autres auteur.ice.s qui t’ont amené à créer ta propre identité graphique.

Si je ne devais en garder qu’un, je citerais Masakazu Katsura. Vidéo Girl Aï a été une véritable claque à sa sortie, similaire à mes yeux à l’arrivée d’Akira au cinéma ou à la sortie en fascicule mensuel des Dragonball. Mes influences sont donc plutôt du manga populaire, les shōnen de base. Il y a plein de belles choses dans le shōnen, si on prend la peine d’ôter ses œillères. Le genre n’échappe pas aux clichés, mais il serait présomptueux de croire qu’un seul genre y échappe, à partir où il devient un genre justement, qu’on parle du roman graphique d’auteur ou de la bédé à papa.

Quand je dis que j’adore Hokuto no Ken, on pense que je parle au second degré. Pourtant je pense sincèrement que c’est un monument du genre avec certes un « jeu d’acteur » à la Steven Seagal, mais avec de réelles trouvailles graphiques et narratives et avec un sens de l’épique et de l’héroïsme hors norme. Après c’est pas la première œuvre qui me viendrait en tête comme source d’inspiration d’État des lieux. Même si certains esprits chagrins pourraient voir un rapprochement dans la niaiserie premier degré.

Pèle-mêle, je citerais ensuite J. Scott Campbell, Olivier Vatine, Boiscommun… Même si on ne voit plus grand chose de leur influence je crois à présent.

On pourrait qualifier mon style de semi-réalisme un peu chiant mais efficace.

Encore une fois, si nous comparons les deux versions d’État des Lieux, on y voit un changement conséquent dans ton approche graphique. Principalement dans les retouches de ton propre personnage qui semble plus posé. Est-ce là que tu y vois un album réalisé avec plus de maturité ? 

Le narrateur, qui était mon avatar dans État des lieux première version, est devenu mon personnage, puis finalement lui-même un souvenir. Plus de maturité, je ne sais pas. Plus de recul, certainement.

 

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

 

Pendant que tu retravaillais ton premier récit, tu réalisais parallèlement le superbe diptyque qu’est Détox. Associé à Jim, vous racontez l’histoire d’un de ses amis au bord d’un burn-out conséquence d’une vie hyperconnectée. Son salut viendra par un stage bien particulier. Quel bilan tires-tu de cette expérience avec cet auteur qui a déjà partagé ses scénarios avec plusieurs dessinateurs (Mig, Alexandre Tefenkgi, Dominique Mermoux, ‘Fane, pour ne citer qu’eux) ? 

Vu les collaborateurs qu’il a pu avoir, je me demande parfois ce que je fais là. Ça a été une très belle expérience, très formatrice. Jim est très exigeant avec les gens qui travaille avec lui et me poussait à aller plus loin afin de coller à ses standards. Alors il prend parfois quelques libertés avec la réalité (je vous ai déjà parlé du viaduc de Millau ?) afin que la narration soit privilégiée et sans aller aussi loin que lui, je me suis surpris à lâcher un peu prise sur mon côté psychorigide. Et même si l’accent est mis sur les personnages dans État des lieux, j’ai quand même essayé d’apporter un soin supplémentaire aux décors qu’il n’y avait pas dans la première mouture.

Mais sinon je suis toujours autant connecté, je n’en ai tiré aucune leçon.

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

 

Un mot sur la série Oubliés que tu as créé avec Marlène. En 2014 sortait le premier tome très prometteur. Aura t-on la chance de connaitre la suite ? 

Pour le moment, la suite n’est pas d’actualité. L’éditeur à l’époque nous avait imposé un format classique cartonné soit disant plus facile à vendre en librairie. On souhaitait avec l’autrice avoir un format plus proche de celui d’une revue comics, couverture souple et une plus faible pagination, afin de pouvoir enchaîner les épisodes. Ça nous a un peu coupé dans notre élan, sans parler du fait qu’il n’a jamais cherché à nous mettre en librairie. Et puis il y a aussi qu’elle reprenait un univers et des personnages qui ne lui appartenait pas entièrement vu que j’avais fait des histoires courtes avec. Je pense que si le projet revient sur le tapis, il sera comme elle le décide, quitte à faire table rase sur la majeure partie de ce que j’avais mis en place. Mais on n’y est pas, sans pour autant fermer la porte.

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

 

Lors d’un précédent entretien sur Comixtrip, tu nous parlais de plusieurs projets sur le feu. Notamment un album solo, continuer la série La vie rêvée des profs, et une nouvelle histoire avec Jim. Où en es-tu aujourd’hui ? 

Le projet avec Jim n’a pas su atteindre les standards qu’on se fixait, la faute à mon dessin. Pour autant, il est en train de réfléchir à autre chose (il doit en être au stade « je vais y réfléchir sous la douche » ou un truc du genre) mais avec une réelle envie d’un côté comme de l’autre.

La vie rêvée des profs est dans les mains du scénariste. C’était un projet né pendant la blogosphère BD il y a 10 ans et il nécessite d’être revu afin d’être en phase avec l’actualité. Je m’occupe de mon côté à mettre en place une stratégie de communication (faut que j’arrête de bosser pour des entreprises), étant donné qu’on va le lancer en crowdfunding.

La BD en elle-même sera au format à l’italienne avec 2 strips par pages, dans la tradition du comics strip. On y parlera notamment des côtés kafkaïens de l’administration de l’éducation nationale, avec moult métaphores subtiles et enlevées.

Quant à mon projet perso, le gros de l’écriture est fait, la trame est décidée et une partie des dialogues sont écrits. J’ai commencé le storyboard, je ne me suis pas fixé de nombre de pages. Je vais dérouler mon histoire comme elle me vient, avec des grandes cases vides ou jolies et de l’empathie pour mes personnages.

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

 

Impossible d’oublier tes magnifiques Sketchbooks que sont les Good Morning et le dernier en date Buongiorno Riscadalmento. Comment t’est venue l’idée de mettre en images toutes ces jolies pin-ups ?

J’ai fait un brainstorming de fou. Et je me suis rendu compte que les gens avaient le réflexe primaire de s’arrêter sur une image dès qu’on apercevait de la chair nue. Pour du like facile, y a pas mieux.

 

ANTONIN GALLO S’EST PRÊTÉ AU JEU DE LA PLANCHE COMMENTÉE. ICI, CE SONT DEUX PAGES QUE L’AUTEUR A ACCEPTÉ DE NOUS EN EXPLIQUER L’ÉLABORATION  :

 

Illustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référenceIllustration de Antonin Gallo pour entretien avec Comixtrip le site BD de référence

 

En fait il s’agit d’une manière graphique de faire apparaître un « fantôme » pour un dessinateur : poser une sorte de squelette, puis la forme sans vêtement puis avec vêtements, tout ça au lieu de jouer sur la transparence. C’est une manière assez classique pour dessiner et faire apparaître un personnage de A à Z quand on est un dessinateur parfois besogneux comme moi.

Quant à la page en couleur (encore un truc à ne pas faire), c’est un moyen de faire buter le regard et de dire « attardez-vous et regardez, c’est celle qui m’a fait écrire cette histoire ». Et de se faire plaisir sur une belle page.

 

 

Antonin Gallo,  Antonin Gallo, Antonin Gallo, Antonin Gallo,  Antonin Gallo, Antonin Gallo,  Antonin Gallo,  Antonin Gallo, Antonin Gallo, Antonin Gallo,  Antonin Gallo, Antonin Gallo, Antonin Gallo,  Antonin Gallo, Antonin Gallo, Antonin Gallo,  Antonin Gallo, Antonin Gal

ENTRETIEN RÉALISÉ LE JEUDI 04 FÉVRIER 2021
Article posté le dimanche 28 février 2021 par Mikey Martin

À propos de l'auteur de cet article

Mikey Martin

Mikey Martin

Mikey, dont les géniteurs ont tout de suite compris qu'il était sensé (!) a toujours été bercé par la bande dessinée. Passionné par le talent de ces scénaristes, dessinateur.ice.s ou coloristes, il n'a qu'une envie, vous parler de leurs créations. Et quand il a la chance de les rencontrer, il vous dit tout !

En savoir