Charlie Hebdo revient… avec Dilem, dessinateur algérien !

Après un mois d’absence, Charlie Hebdo sera de nouveau en kiosque ce mercredi. Et le journal compte désormais parmi ses dessinateurs réguliers le grand Pétillon, mais aussi et surtout l’excellent dessinateur algérien Dilem, qui a (malheureusement) déjà l’habitude des menaces.

Charlie Hebdo est aujourd’hui beaucoup de choses. Mais c’est d’abord et surtout, depuis les attentats, le plus connu des journaux satiriques, dans le monde entier. Et il est désormais particulièrement scruté dans le monde arabe. Pas par les terroristes et autres assassins, qui ne prennent pas la peine de lire un dessin ou de tenter de le décrypter avant de sortir les armes. Mais parmi les nouveaux lecteurs réguliers ou occasionnels de Charlie, on peut sans doute compter bon nombre de journalistes, intellectuels, étudiants ou simple curieux dispersés un peu partout dans le monde arabe, dans des pays très différents, et qui attendent de se faire une réelle idée de ce que va être, désormais, ce journal. Et aussi bon nombre de personnes en Europe, aux USA ou ailleurs, qui vont désormais inclure Charlie Hebdo dans leurs lectures hebdomadaires.

Ali Dilem, caricaturiste menacé depuis de nombreuses années

Dans ce contexte, on ne peut que saluer l’arrivée dans l’équipe (permanente?) de Charlie Hebdo de l’excellent dessinateur algérien Ali Dilem. L’une des critiques pas totalement fausse que l’on pouvait faire à l’encontre de Charlie Hebdo, c’est que c’était un journal fait par et pour des hommes blancs. Charlie Hebdo avait évolué au fil des années, intégrant des dessinatrices et de journalistes venues de différents horizons, et apportant donc de nouveaux regards. L’arrivée de Dilem dans l’équipe renforce ce mouvement, et donne un peu plus de légitimité à Charlie pour parler de la vie politique et sociale du Maghreb et du Moyen-Orient sans passer pour post-colonisateur ou condescendant.

Qui est ce Dilem, alors? Un dessinateur très expérimenté (47 ans) et connu, surtout en Algérie, où il vit et travaille. Ses personnages à très gros nez se sont frayés un chemin depuis longtemps dans les médias français, même s’il est surtout connu comme étant le caricaturiste vedette du journal en langue française Liberté. Il a également remporté plusieurs prix internationaux du dessin de presse.

Prison, procès, menaces…

Un dessinateur engagé et qui a aussi déjà payé le prix de son engagement. A son CV, pas moins de neuf années de prison avec sursis, 26 procès pour diffamation en cours, et même un ou deux amendements malheureusement accrochés à son nom, amendements qui condamnent à des peines de prisons ferme journalistes et caricaturistes algériens osant offenser le chef de l’état ou les institutions (Armée, Justice…). Et cela, ce n’est que pour la censure officielle.

Côté menaces, Ali Dilem peut aussi s’enorgueillir de s’être mis à dos les extrémistes musulmans bien avant Charlie Hebdo ou les Danois. Il a notamment été menacé de mort par des groupes islamistes pendant la guerre civile (1990-1998), période pendant laquelle quatre journalistes de Liberté ont été assassinés par ces mêmes terroristes islamistes. Et il est depuis 2004 condamné à mort par une fatwa lancée dans les mosquées algériennes. Pour le coup, non seulement la nouvelle ambiance à Charlie Hebdo ne devrait pas l’étonner, mais en plus il pourra sans doute donner des conseils à ses nouveaux collègues!

Article posté le lundi 23 février 2015 par Thierry Soulard

Dilem en quelques liens

À propos de l'auteur de cet article

Thierry Soulard

Thierry Soulard

Thierry Soulard est journaliste indépendant, et passionné par les relations entre l'art et les nouvelles technologies. Il a travaillé notamment pour Ouest-France et pour La Nouvelle République du Centre-Ouest, et à vécu en Chine et en Malaisie. De temps en temps il écrit aussi des fictions (et il arrive même qu'elles soient publiés dans Lanfeust Mag, ou dans des anthologies comme "Tombé les voiles", éditions Le Grimoire).

En savoir