Utopiales 2016 : le parcours bande dessinée

Les Utopiales, le plus grand festival français consacré à la science-fiction, aura lieu du 29 octobre au 3 novembre 2016 à Nantes. Rencontres avec des auteurs, expos, films inédits… pour les fans de bande dessinée, il y a plein de raisons d’y aller.

Des expositions

Denis Bajram est un habitué des Utopiales, qu’il considère comme l’un de ses festivals préférés. Et c’est aussi une référence incontournable dèq ue l’on parle de bande dessinée de Science-Fiction. Cette année, c’est lui qui signe la (splendide) affiche. Et une grande exposition-rétrospective de son œuvre sera visible, avec plus d’une centaine de planches présentées. Car si Denis Bajram est passé au numérique depuis déjà un moment, ses premiers albums (Cryozone…) étaient encore dessinés à l’encre.

François Rouiller. Le nom ne vous dit rien ? Normal : François Rouiller n’est pas un auteur de bande dessinée, mais de roman (Métaquine, éd. L’Atalante). Mais ce pharmacien de profession est également un artiste graphique, dont le processus de création mêle image et mots. Près de 200 de ses dessins (portraits, esquisses, peintures, infographies) seront présentés dans l’exposition, avec une scénographie qui s’annonce très intéressante.

Francis Masse. Masse, c’est un auteur de bande dessiné plus reconnu que connu. Son oeuvre, qui fait une large place aux problématiques scientifique, suscite le respect de bon nombre de scientifiques et artistes depuis prè-s de 40 ans. Il a publié dans Le Canard Sauvage, L’Écho des savanes, Charlie Mensuel, Zinc, Hara-Kiri, Métal hurlant, Fluide glacial… De la vulgarisation scientifique à la limite de l’absurde, 60 planches bourrées d’humour : c’est ce que l’on nous promet à ce sujet.

Science Machina. Une autre exposition qui mêle science et bande dessinée, mais réalisée par l’Inserm et le Commissariat à l’énergie Atomique. L’idée ici étant vraiment de vulgariser des expériences et concepts scientifiques poussés, avec des planches pensée par le scénariste Felix Elvis et réalisée par 12 dessinateurs différents (Marie Spénale, Kim Consigny, Yvan Duque, Diane Tran-Duc, Guillaume Penchinat, Mathilde Kitteh, Luchie, Baptiste Pagani, Thibault Rassat, Valentin Seiche, Guillaume Singelin, Tarmasz). Également dans l’exposition, des outils de recherche de haut niveau, des ateliers de démonstrations sur la réalité virtuelle ou le bio-printing…

Artworks Jeux Vidéo. Pour les fans de graphisme jeux vidéo, une exposition consacrée au travail graphique lié à la réalisation des jeux Absolver et Seasons After Fall sera présentée.

Des films

La programmation du festival fait une large part au cinéma, mais quelques titres intéresseront particulièrement les amateurs de BD.

Psiconautas, le premier long-métrage de l’auteur de bande dessinée et illustrateur espagnol Alberto Vazquez, sera présenté pour la première fois en France. « C’est l’un des plus beaux films d’animation depuis longtemps », promet Frédéric Temps, en charge de la programmation cinéma pour les Utopiales. « En BD comme au cinéma, Alberto Vazquez a un univers graphiquement très épuré, un trait très simple, très beau, pas du tout chargé. Et en même temps, il a un esprit très pessimiste, qui fait qu’il parle souvent de petits personnages perdus dans des mondes post-apocalyptiques cruels. Le résultat, c’est des univers vraiment splendide, qui rappellent un peu Tim Burton, en plus sombre. » Le court-métrage Decorado, également d’Alberto Vazquez, sera aussi projeté.

Les grands écrans du festival verront aussi Jeez Robot et Assassination Classroom: Graduation, les adaptations ciné des mangas du même nom. Et pour les fans d’animation, la projection de The Arti : the adventures begins, « le plus beau film d’animation jamais produit en marionnettes », sera un moment à ne pas louper.

Et de la BD

Plus d’une trentaine de rencontres et tables rondes feront intervenir des auteurs de bande dessinée. Parmi celles-ci, on retiendra principalement les rencontres consacrées à Arleston (le père de Lanfeust de Troy),  à Gwen de Bonneval (Messire Guillaume…), à Denis Bajram (Universal War One…), à Valérie Mangin (Alix Senator), à Niko Henrichon (la reprise de la Caste des Méta Barons), à Masse

Beaucoup d’autres belles rencontres seront à faire au détour des conférences et dédicaces : Burniat et Damour et leur conférence dessinée sur le monde la physique quantique, Icar, auteur malentendant, Louise Joor (prix du meilleur album de BD aux Utopiales 2014 avec Kanopé, et qui viendra parler de sa nouvelle série), Richard D. Nolane, Alberto J.Alburquerque (Letter 44), Manchu

Prix du meilleur album

Comme chaque année, sept albums sont en compétition:

L’Apocalypse selon Magda, de Chloé Vollmer-Lo & Carole Maurel, Éd. Delcourt, 2016

Le dernier arpenteur des sables, de Jay Hosler, Éd. Cambourakis, 2015

Ex Nihilo, de Stéphane Douay & Jean-François Kierzkowski, Éd. Pirate(s), 2015

Nefer, Chants et contes des premières terres, d’Arnaud Boutle, Éd. Delcourt, 2015

Pouvoirpoint, d’Erwann Surcouf, Éd. Vide Cocagne, 2016

Transperceneige Terminus, de Jean-Marie Rochette & Olivier Boquet, Éd. Casterman, 2015

Zita, de Sylvie Fontaine, Éd. La Boîte à Bulles, 2016

Journée Manga

La journée Mangatan sera avant tout l’occasion du traditionnel (mais toujours marrant) défilé de cosplay. Et pour les fans d’anime, ne manquez pas la projection de l’anime <harmony/> (suite du projet Itoh).

Article posté le jeudi 13 octobre 2016 par Thierry Soulard

Utopiales 2016: infos pratiques

Du 29 octobre au 3 novembre à la Cité des Congrès, Nantes.

Ticket un jour 9 € ou 7,5 €, gratuit pour les enfants de moins de 7 ans. Tarif réduit pour les groupes de plus de 10 personnes.

Pass 5 jours 34 € ou 28 €.

http://www.utopiales.org/fr

À propos de l'auteur de cet article

Thierry Soulard

Thierry Soulard

Thierry Soulard est journaliste indépendant, et passionné par les relations entre l'art et les nouvelles technologies. Il a travaillé notamment pour Ouest-France et pour La Nouvelle République du Centre-Ouest, et à vécu en Chine et en Malaisie. De temps en temps il écrit aussi des fictions (et il arrive même qu'elles soient publiés dans Lanfeust Mag, ou dans des anthologies comme "Tombé les voiles", éditions Le Grimoire).

En savoir