Lost Dogs

On a beau être une force de la nature, on n’est pas toujours armé face à la violence de la vie. Voilà ce qu’un colosse au grand cœur et au maillot rayé rouge et blanc va apprendre à ses dépens dans Lost Dogs, le premier roman graphique de Jeff Lemire paru chez Komics Initiative.

Une œuvre bouleversante à l’efficacité rare.

LA COMPLAINTE DU MARIN.

Quel est son nom ? On l’ignore, mais on le reconnaît à son incroyable carrure et à sa marinière.

Que fait-il ? Il cultive la terre ; inlassablement… Et il prend soin de sa femme, Lucy, et de sa petite fille, la lumière de sa vie.

Malheureusement, un jour, ils décident de se rendre en ville pour assister à un spectacle de marionnettes et surtout pour voir les bateaux sur les quais. Ils n’en reviendront jamais…

La vie est parfois cruelle avec les chiens perdus.

L’histoire est simple. Elle n’est d’ailleurs développée que sur trois chapitres.

Mais qu’importe, quand on est doué, on n’a pas besoin de plus pour faire la démonstration de son talent.

UNE ŒUVRE DE JEUNESSE.

Aujourd’hui, Jeff Lemire est un auteur incontournable dans l’univers des comics ; il a réalisé de nombreuses œuvres d’exception unanimement reconnues.

Capable de créer dans tous les univers, il a réussi l’exploit d’être publié chez Marvel Comics (Old man Logan, Moonknight), DC Comics (Animal Man), Vertigo (Sweet Tooth), Valiant (The Valiant, Bloodshot Reborn), Image Comics (Ascender, Plutona, Royal City), Dark Horse Comics (Black Hammer), Top Shelf Productions (Essex County), Gallery 13 Book (Winter Road).

Très loin d’être exhaustive, cette liste est suffisamment longue pour témoigner du talent hors norme de l’auteur.

Pourtant, tout génie doit connaître un début ; et en 2005, c’est sous la plume d’un inconnu que naît Lost Dogs.

Dans la préface de l’édition réalisée par Komics Initiative, l’auteur en personne nous dévoile avec une pointe de nostalgie le long processus, les opportunités et même la part de chance qui lui ont permis de réaliser sa première œuvre.

Lost Dogs en a d’ailleurs toutes les caractéristiques : le trait est parfois imprécis, le bullage, cher à Jean-Marc Lainé, et le lettrage, reproduits à l’identique dans sa traduction, manquent parfois de finesse…

Ces erreurs, ces maladresses, l’auteur les confesse sans sourciller.

Car au-delà de ces éléments qui témoignent d’un art en construction, on perçoit avec plaisir les nombreuses inspirations et les prémisses de ce qui fera le style inimitable de l’artiste canadien.

LES SOURCES D’INSPIRATION.

Dès les premières pages, et bien que maladroitement maîtrisé, l’usage de l’aquarelle crée une ambiance qui rappelle l’univers de Tim Burton.

Tout d’abord le choix des couleurs : le noir, le blanc et le rouge nous plongent immédiatement dans un monde sombre et désabusé.

Et ensuite, certains détails nous font des clins d’œil : cette maison isolée, comme posée sur le toit d’une colline, ce chien, dont le nom est celui du personnage principal du premier long métrage de Tim Burton

Par ailleurs, si on jette un coup d’œil aux dessins du père d’Edward aux mains d’argent, on comprend que les deux auteurs partagent indéniablement cette volonté de privilégier l’imaginaire sur le beau et de pousser le lecteur à s’impliquer dans l’œuvre pour capter l’émotion et la poésie.

À ce titre, dans les dernières pages de Lost Dogs, une scène particulièrement poignante, reproduite sur trois pages entières, semble se dissoudre pour n’être finalement qu’une esquisse dont on ne voit plus que les traits fins et tremblants, très semblables au style graphique de Burton lorsqu’il réalise ses dessins si particuliers et envoûtants.

Pourtant, là où l’univers burtonien nous invite au rêve, l’histoire de Jeff Lemire est bien plus pessimiste. Point de lumière dans la nuit, si ce n’est Lucy qui s’éteindra bien vite…

« JE SUIS UN HOMME ! »

De ce point de vue, le regard désabusé que l’auteur de Lost Dogs porte sur la société rappelle un autre géant du cinéma : David Lynch. L’admiration que Jeff Lemire lui voue est d’ailleurs confirmée dans la postface de l’édition de Komics Initiative.

Et le fait est que par bien des aspects, le personnage principal, cet homme jugé uniquement à son physique hors du commun, rappelle le tristement célèbre Joseph Merrick, plus connu sous le nom d’Elephant Man.

C’est la même vision désabusée, amère et sans espoir que partagent les deux œuvres. On ressent d’ailleurs une tristesse comparable lorsque, quelques pages avant la fin, le colosse au maillot rayé prononce la réplique la plus célèbre d’Elephant Man. Il s’agit là du même cri lancé à la figure d’une société cruelle ayant perdu son humanité.

Lorsqu’on lit la première œuvre d’un artiste, il est attendu qu’on y retrouve les différentes sources qui l’ont inspiré. Mais quand on découvre cette œuvre 15 ans après sa création, on se rend compte avec une certaine admiration qu’elle comportait aussi bon nombre d’éléments qui deviendront un style.

LE STYLE LEMIRE.

Lorsqu’il a créé Lost Dogs, Jeff Lemire a dû faire ses preuves et pour ce faire, il est allé chercher au plus profond de lui des thèmes qui lui sont chers.

Ainsi, il est logique de retrouver des points communs avec ce qui est sans doute son œuvre la plus personnelle : Essex County.

Chez les personnages tout d’abord, en effet, la ressemblance physique entre le colosse au maillot rayé de Lost Dogs et Jimmy Leboeuf d’Essex County est frappante : même carrure, même visage carré, même nez épaté.

Dans les thèmes ensuite, avec la boxe ou encore la confrontation de l’innocence avec l’âpre et violente réalité.

Et enfin, le point commun ultime, c’est cette sensation, après avoir refermé le livre, d’avoir lu une grande œuvre, touchante et bouleversante.

En publiant Lost Dogs, Komics Initiative comble un grand vide dans le cœur de tous les amateurs d’un grand auteur. Alors bien entendu, les dessins pourront en rebuter quelques-uns. Mais l’essentiel n’est pas là, car entre réaliser des œuvres belles ou de belles œuvres, Jeff Lemire a fait son choix.

Article posté le jeudi 11 juin 2020 par Victor Benelbaz

Lost Dogs de Jeff Lemire (Komics Intiative)
  • Lost Dogs
  • Auteur : Jeff Lemire
  • Éditeur : Komics Initiative
  • Prix : 16 €
  • Parution : 22 novembre 2019
  • ISBN : 9782491374006

Résumé de l’éditeur : Lost Dogs est le premier roman graphique de Jeff Lemire, celui qui l’a lancé dans le monde professionnel des comics, lui a permis de recevoir plusieurs prix et de trouver sa voie. Nous y suivons un père de famille, un agriculteur à la carrure des plus massives, au visage buriné et d’une grande gentillesse, qui va voir sa vie calme et paisible basculer dans l’horreur la plus complète lors d’une simple visite dans une grande ville.

À propos de l'auteur de cet article

Victor Benelbaz

Victor Benelbaz

Tombé dans la marmite de la bande dessinée depuis tout petit, Victor est un vrai amateur éclairé. Comics ou récits jeunesse sont les deux genres préférés de ce professeur de français.

En savoir