Asebi et les aventuriers du ciel # 2

Notre avis : Seinen ultra-classique dans sa narration et dans sa thématique, Asebi et les aventuriers du ciel possède néanmoins un certain charme qui peut plaire aux plus jeunes lecteurs. Pourtant, au départ, l’histoire de Taisuke Umeki aurait pu paraitre attirante (des villes qui flottent dans les airs, reliées par des bateaux), ayant beaucoup de ressemblance avec Le château dans le ciel de Miyazaki mais patatras, le graphisme en est très loin. Il faut dire que le mangaka propose des décors a minima ce qui ne peut que souffrir de la comparaison.

Les poissons-dragons sont plutôt aboutis même si là encore c’est loin d’être original. Les deux personnages principaux, Yû et Asebi forment un duo assez convaincant. Lui est un gardien formé pour détruire les monstres des airs à l’aide d’un fusil hyper-performant, tandis qu’elle est une androïde, qui aime en secret son compagnon de route.

Comme pour le premier volume, combats, adversaire coriace, amitié, amour et quête d’objets magiques, tous les ingrédients sont réunis pour former un manga tout public. Tout cela est minoré par la pauvreté du scénario. Dommage, il y avait beaucoup mieux à faire !

 

  • Asebi et les aventuriers du ciel, volume 2
  • Auteur : Taisuke Umeki
  • Editeur: Doki Doki
  • Prix: 7.50€
  • Parution: 04 novembre 2015

Résumé de l’éditeur : À présent en possession de la carte de la légendaire Brandt, Asebi et Yû se retrouvent confrontés au redoutable « Ghramm l’ouragan », bien décidé à leur dérober le précieux document  et à mettre la main sur les vestiges de Voldesia, la civilisation disparue !
Entre cet adversaire plus que coriace et les poissons-dragons déchaînés, nos deux héros ont fort à faire ! Heureusement, ils peuvent désormais compter sur l’aide de Haytt et de son bateau, le fier et véloce Bortas !

Choubi Choubi, mon chat tout petit # 1

Notre avis : Prépublié au Japon à partir de 2014 dans la revue Be Love des éditions Kôdansha, Choubi Choubi mon chat tout petit, fut créé par Konami Kanata, l’auteur du best-seller Chi une vie de chat.

Manga familial, il est composé de 24 petites histoires courant sur quelques pages et mettant en scène Choubi Choubi , un chaton arrivé dans une petite maison tenue par une gentille grand-mère. Dès le début du manga, la vieille femme se souvient de ses premiers pas dans cette demeure traditionnelle japonaise. Amusant, le petit chat fait souvent tourner en bourrique sa maîtresse. Difficile pour elle de sévir tant il est mignon. Le mangaka décrit donc le quotidien de ce chaton dès les premiers jours chez mamie.

C’est plutôt bien fait, ciblé pour les jeunes lecteurs, tout mignon et assez drôle. Le trait classique mélangé à un plus kawaï sert bien les mini-récits de Choubi Choubi.

  • Choubi Choubi, mon chat tout petit, volume 1
  • Auteur : Konami Kanata
  • Editeur: Soleil manga
  • Prix: 7.99€
  • Parution: 12 novembre 2015

Résumé de l’éditeur : Avant de devenir un bon gros chat ronronnant, Choubi-Choubi était un chaton plein de vie, tout excité par ce qui l’entoure. Ce sont ces premiers moments, l’âge tendre d’une boule de poils, que Konami Kanata, l’auteure de Chi, propose de nous raconter à travers ce manga tendre et rigolo. Rien de mieux pour un chaton au caractère bien trempé que de faire tourner en bourrique une bonne vieille grand-mère !

Billy Brouillard, L’encyclopédie Les chats

Notre avis : Guillaume Bianco a imaginé tout un univers fantastique autour de son héros Billy Brouillard. Petit garçon à lunettes, il ne voit pas ce que ses parents et sa sœur peuvent voir : il arrive à sentir, entendre et donc voir des créatures fantastiques et horribles, le monde des ténèbres et ses dangers permanents.

Après Le don de trouble vue, Le petit garçon qui ne croyait plus au Père Noël et Le chat des sirènes (dans la série principale), mais aussi deux coffrets de Comptines malfaisantes et L’encyclopédie curieuse et bizarre sur le thème des Fantômes, les éditions Soleil dévoilent le volume II de l’encyclopédie consacrée aux chats.

Divisé en 3 chapitres, ce bel ouvrage très drôle et très bien écrit contient :

  • L’ABC du chat. Chacun cherche son chat : un arbre généalogique comprenant toutes les races de chats, Cattus felinis griffum (le jeu des 5 différences, la liste de leurs pouvoirs, les mises en gardes ou leur reproduction), Animal magique (le squelette, leur langage ou encore les recommandations à ne jamais faire)
  • Histoires de chats. Tarzan le premier compagnon de Billy, Dans le ventre du chat (ou qui y a-t-il dans leurs entrailles ?), Le tricot super capuche (comment créer ce magnifique vêtement ?)
  • Trucs & astuces matoumatiques. Les secrets sur les félins, la queue du chat, Le cat code, la comptine Trois p’tits chats, Ce qu’il faut retenir (l’éducation, l’alimentation, les trucs interdits ou le sommeil) ou bien une étude comportementale Comme chiens et chats

Un très bel album : « Ne le répétez pas, mais … le chat, c’est un animal … magique ! « 

  • L’encyclopédie curieuse & bizarre, volume II Les chats par Billy Brouillard
  • Auteur : Guillaume Bianco
  • Editeur: Soleil, collection Métamorphose
  • Prix: 14.95€
  • Parution: 12 novembre 2015

Résumé de l’éditeur :

À l’instar du premier volume de cette encyclopédie, ce second opus – consacré aux chats – est scindé en trois parties :  L’ABC du chat, Histoires de chats et Trucs & Astuces Matoumatiques.

Les L’ABC du chat  répond à toutes les questions liées à cet animal, grâce à Billy Brouillard qui s’interroge avec humour et curiosité : Comment les chats font-ils pour ronronner ? Pourquoi enterrent-ils leurs cacas ? Comment font-ils pour se lécher les orteils ? Etc.

Dans Histoires de chats, un voile se lève : Billy raconte tout sur son regretté chat, Tarzan, sur son tricot super capuche et surtout, sur… la GENÈSE DE SON DON DE TROUBLE VUE !

Enfin, la rubrique Trucs & Astuces Matoumatiques  propose une série d’exercices très spéciaux qui permet d’acquérir les aptitudes des chats et de devenir,  comme Billy, un… super héros !

Ne le répétez pas, mais… le chat, c’est un animal… MAGIQUE !

 

Miaou ! Big-boss le magnifique

Notre avis : Dans un premier temps, Minori Kakio avait fait de Big Boss, un personnage secondaire de l’histoire de Miaou ! Le héros devait être Moustic, le petit chat; mais devant son potentiel, le mangaka a décidé de créer un récit que pour lui et notamment la genèse de la rencontre avec le chaton et Lucrèce, la cane. Les courriers élogieux pour ce matou finissent de décider le japonais dans son entreprise.

Simple dans sa construction narrative et ciblé pour les jeunes lecteurs, ce manga familial est peuplé quasi uniquement par des animaux. Dans cet univers, à la tête duquel on trouve Big Boss, un félin errant, bougon et extrêmement bagarreur (les premières pages ne sont consacrées qu’à ses frictions avec les autres chats errants) qui va se prendre d’affection pour une cane qui lui offre à manger et Moustic.

Le contraste entre Big Boss, gros chat balafré, bagarreur et sûr de lui et Moustic, chaton frêle et plutôt peureux, fonctionne assez bien. Le trait de Minori Kakio restitue assez bien l’ambiance bon enfant de l’histoire.

  • Miaou ! Big-boss le magnifique, volume 1
  • Auteure : Minori Kakio
  • Editeur: Nobi Nobi !
  • Prix: 7.90€
  • Parution: 12 novembre 2015

Résumé de l’éditeur : Affamé et fatigué, un chat errant balafré fait face aux assauts d’autres félins qui n’apprécient pas de devoir partager leur territoire. Malgré sa supériorité physique, le matou s’écroule de faim après son combat. Il est alors sauvé par une cane qui lui offre à manger. Loyal, le félin finit par s’attacher au volatile et s’installe dans le quartier pour la protéger des autres chats. Plus fort même que Roy, le chef du quartier, il est désormais surnommé « Big­Boss » par ses congénères. Au fil des aventures et grâce à Moustic le chaton et Madame Casse-croûte la cane, Big-Boss dévoile sa vraie nature, généreuse et altruiste. Il démontre à Roy qu’il peut compter sur son aide pour préserver discrètement la paix dans son territoire, et son cercle d’amis s’élargit chaque jour un peu plus.

Un loup est un loup, 2/2

Notre avis : Alors que le premier volume de Un loup est un loup avait laissé une belle impression, ce sentiment est moins prégnant pour ce second volume. Makyo, qui a adapté le roman éponyme de Michel Folco, avait parfaitement restitué l’ambiance à la fois historique et angoissante dans le précédent tome. Il faut souligner que les personnages – des quintuplés (4 garçons et une fille) – avaient un fort potentiel, étant à la fois fusionnels, mystérieux et très espiègles. Alors que la naissance de ces 5 enfants avait fait des leurs parents, des héros et émis du doute dans les esprits forts. Avoir autant d’enfants en même temps était rare pour l’époque (fin du 18e siècle).

Le père tout juste décédé, le second volet s’ouvre sur la mort de la mère quelques mois après son défunt mari. La fratrie doit alors être dissoute, les enfants placés séparément dans différentes familles. Trop c’est trop pour les frères et sœurs si fusionnels; ils font tout pour s’échapper de leur nouvelle condition et se retrouver. De plus, ils veulent se mettre au service du roi, dans sa garde, tel d’Artagnan chez De Tréville, responsable des gardes de Louis XIII.

Si la première partie de l’album est plutôt aboutie, s’intéressant au sort des enfants dans les différentes familles, la seconde partie qui concerne plus Clodomir convainc moins. L’enfant zozotant est borné et parfois désagréable, ce qui ne rend pas le récit très accrocheur. Sa volonté farouche de retrouver les siens peut paraître quelques fois un peu lourde.

Le trait de Federico Nardo est à la fois attirant et repoussant (cela est dû avant tout à l’ambiance lourde et angoissante de l’histoire). Tout en rondeur, le dessin de l’italien est intriguant et il propose des planches où les cadrages serrés sur les visages permettent de percevoir jusqu’à la haine des enfants.

 

  • Un loup est un loup, tome 2/2
  • Scénariste : Makyo, d’après le roman de Michel Folco
  • Dessinateur : Federico Nardo
  • Editeur: Glénat
  • Parution: 21 octobre 2015
  • Prix: 14.95€

Résumé de l’éditeur : Alors même que l’on vient d’enterrer Clovis Tricotin, c’est la mère des quintuplés qui succombe à son tour ! S’autoproclamant tuteur des cinq orphelins, leur oncle Baptiste Floutard réunit un conseil de famille durant lequel il exprime le désir de les séparer. Recueilli par sa marraine, Dame Jacinthe d’Armogaste, Charlemagne profite de la bibliothèque du château pour parfaire ses connaissances et développe de plus en plus ce don qui lui permet de communiquer avec les animaux. Il mettra tout en œuvre pour que sa fratrie soit à nouveau unie. Et rien ne pourra l’en empêcher…

Pierre Makyo et Federico Nardo concluent en beauté leur adaptation du roman Un Loup est un loup ! Restituant l’esprit unique de l’écriture de Michel Folco tout en apportant leur vision personnelle, ils livrent une histoire singulière, mêlant aventure et humour noir dans la France féodale du XVIIIe siècle.

Chevalier des sables #1

Notre avis : Les éditions Sarbacane dévoilent le premier volume du Chevalier des sables, un album jeunesse mêlant l’Histoire, le fantastique et l’humour. Le récit, plutôt efficace de Fabien Grolleau, se situe au Moyen-Age pendant la période de la première Croisade à la fin du 11e siècle. Godefroy de Bouillon, le héraut des chrétiens se rend de nouveau en terres saintes pour repoussés les musulmans aux portes de Jéricho. L’arrivée de l’homme ne ravit pas du tout Sigismond, son neveu, beaucoup moins brave que son oncle. Frêle et lâche, il va croiser le fer avec un énorme colosse à l’immense bras qui protège la cité. Ce étrange personnage est un signe divin pour les habitants asservis par les chrétiens.

Rarement mis en image (surtout pour les plus jeunes), l’époque des Croisades n’est pourtant pas un moment qui prête à sourire. Le scénariste s’y essaie grâce avant tout à son personnage principal Sigismond, anti-héros qui ne le restera pas longtemps. Le message sous-entendu concerne aussi les religions, les guerres qui en découlent et les extrémistes des deux bords. L’histoire passe plutôt bien grâce aussi à un petit humour bien senti.

La partie graphique portée par Robin Raffalli, dont c’est le premier album, est le point fort de l’album. Le trait vif et humoristique (qui pourrait ressembler à celui de Thomas Gilbert dans Bjorn le morphir, Rue de Sèvres) lui permet de donner beaucoup de rythme à ses planches.

  • Chevalier des sables, tome 1 : Le colosse de Jéricho
  • Scénariste : Fabien Grolleau
  • Dessinateur : Robin Raffalli
  • Editeur: Sarbacane
  • Parution: 04 novembre 2015
  • Prix: 12.50€

Résumé de l’éditeur : Sigismond rêvait d’aventure, le voilà servi ! Petit protégé de son oncle, le très pieux et bouillonnant chef des croisés Godefroy de Bouillon, le frêle chevalier traîne sa cotte de mailles sous le torride soleil de Jéricho… Jusqu’à ce qu’un colosse au bras tentaculaire vienne semer la terreur dans les rangs des envahisseurs. Pour régler l’affaire, Godefroy mande son neveu et l’affreux Renaud de Châtellerault, chevalier cruel et sanguinaire ! Haro ! Haro !

Héros malgré lui, Sigismond va user de ruse plu- tôt que de force pour percer à jour le secret du redoutable colosse. Un récit épique où la légende laisse la part belle à l’humour !

 

Bons baisers d’Iran

Notre avis : Le régime des ayatollahs a décidé d’ouvrir partiellement ses frontières aux touristes; c’est comme cela que Lénaïc Vilain et son épouse se sont retrouvés à visiter le pays pendant 15 jours. L’auteur de RAS (Makaka) raconte ce voyage inattendu mais ô combien exotique en Iran. Si les premiers jours à Téhéran ne leur conviennent pas réellement (la capitale n’est pas très belle et il y a très peu de monuments à visiter), ils se dirigent alors vers le Sud, Ispahan et Chiraz, joyaux de l’ancienne Perse.

Pays méconnu, renfermé sur lui-même et qui vit en quasi autarcie, la République Islamique d’Iran ne convient pas vraiment aux touristes. Police des mœurs et militaires à toutes les rues ne permettent pas de passer des vacances si tranquilles. Restent les iraniens, souvent plus libres chez eux (alcool, fêtes ou rencontres amoureuses près des monuments) que dans la rue, asservis par un régime théocratique fort.

Ce que l’on retient de Bons baisers d’Iran, c’est un pays aux multiples facettes, riche d’une culture persane à l’apogée dans le Bas Moyen-Age, mais dont les monuments n’intéressent pas Khamenei (guide suprême de la Révolution) et les hauts dirigeants (ce qui fut construit avant la naissance du Prophète Muhamed est impie); ainsi que les habitants chaleureux et qui souhaitent encore plus d’ouverture sur le monde. En effet, l’embargo sur le pays a appauvri plus le petit peuple que les hauts dignitaires religieux.

Cet album permet Lénaïc Vilain d’aborder quelques thèmes chers aux occidentaux : le couple, la condition féminine mais il n’évite pas quelques fois les pièges tendus par les clichés (l’homosexualité, les rencontres amoureuses furtives ou les guides qui ne chercheraient que l’argent des touristes).

 

  • Bons baisers d’Iran
  • Auteur : Lénaïc Vilain
  • Editeur: Vraoum !
  • Parution: 04 novembre 2015
  • Prix: 20€

Résumé de l’éditeur : 2014, Lénaïc et sa compagne partent en voyage dans un pays qui vient juste d’ouvrir ses portes au tourisme : l’Iran.

De Téhéran à Chiraz en passant par Ispahan, Lénaïc nous emporte dans un récit plein d’humour et de rencontres, en tordant le cou à de nombreux clichés

On découvre la civilisation perse, ses ruines et son passé, mais aussi la culture contemporaine d’une population partagée entre conservatisme et ouverture.

Les aventuriers de l’Intermonde #1

Notre avis : Prépublié dans le magazine Astrapi, Les aventuriers de l’Intermonde mêle plutôt habilement l’action, l’aventure et le fantastique. Pour sa première bande dessinée et à travers 36 pages, Jérôme Erbin met en scène trois personnages qui ont le même âge mais qui arrivent tout droit d’époques différentes. Alex est un français de notre époque, froussard mais curieux et passionné d’Histoire; Nephti, née en Egypte il y a 2500 ans, courageuse, indépendante et d’un grand courage; Jie, gourmand il est adepte du kung-fu, il est né en Chine au Ve siècle.

Dès la deuxième page, Alex rencontre fortuitement ses deux futurs amis. Le vieux maître Tran, dont Jie est le disciple, les fait voyager dans le temps et se retrouvent à Athènes pendant l’Antiquité.

Aventure, fantastique et magie sont donc au coeur de cet album ciblé pour les lecteurs de plus de 8 ans. Le trait de Julien Meyer est très abouti et son découpage dynamique ressemble à ceux des jeux vidéos dont il fut animateur avant sa venue dans le monde du 9e art.

  • Les aventuriers de l’Intermonde, tome 1 : Mission Athènes
  • Scénariste : Jérôme Erbin
  • Auteur : Julien Meyer
  • Editeur: BD Kids
  • Parution: 04 novembre 2015
  • Prix: 9.95€

Résumé de l’éditeur : Alex, Jie et Nephti ont le même âge… sauf qu’ils ne vivent pas à la même époque ! Alex est un Parisien du XXIe siècle, Nephti une esclave de l’Égypte antique et Jie un apprenti moine shaolin. Mais, dès leur première rencontre, les trois enfants deviennent comme les doigts de la main. Heureusement, car ils vont devoir unir leurs forces pour protéger l’Intermonde, un lieu hors du temps tenu secret… et menacé par le mystérieux Morok !

De lignes en ligne

Notre avis : Que font les dessinateurs lorsqu’ils prennent le métro? Ils dessinent bien sûr. Partant de ce constat et de leur propre expérience, deux Parisiens, Nicolas Barberon et Annaïg Placard, ont créé en 2009 le site internet De lignes en ligne où ils réunissent des dessins sur ce thème d’artistes du monde entier, qu’ils soient professionnels ou amateurs. Au total 150 « croqueurs », pour certains de renom, illustrateurs, auteurs de bande dessinée ou de fils d’animation, enseignants en arts graphiques, étudiants en école d’art ou non-professionnels se sont prêtés au jeu.

Les éditions Eyrolles viennent de publier un très bel ouvrage compilant les plus beaux de ces dessins. Au total, 75 artistes ont été retenus tandis qu’un millier de dessins des métros de Paris, Lille, Lyon, New York, Santiago du Chili, Tokyo, Rome et Barcelone sont présentés dans ce livre où tout le monde y trouvera ce qu’il recherche. Que se soit à travers commentaires techniques et artistiques, des portraits d’artistes, anecdotes ou conseils, De Lignes en ligne est bien plus qu’un simple livre, il constitue le témoignage d’une époque.

  • De lignes en ligne
  • Auteurs: collectif
  • Editeur : Eyrolles
  • Prix : 32€
  • Parution : 15 octobre 2015

Résumé de l’éditeur : Le métro, le tube, le subway, est entré dans nos moeurs, dans nos vues, dans nos imaginaires. Il incarne nos habitudes aliénantes de citadins. Dans ses tunnels sombres et bruyants s’entrechoquent une humanité sans fard et une mécanique implacable. Les dessinateurs, amateurs et professionnels, sortent carnet et crayons dans le métro pour tuer le temps, pour se faire la main, ou tout simplement par plaisir. Leurs outils de croquis deviennent aussi indispensables que leur titre de transport… Ce beau livre présente un échantillon remarquable du travail de 75 de ces « croqueurs » français et étrangers contribuant au site Internet De Lignes en Ligne, créé en 2009. Il est illustré par plus de 1 000 dessins réalisés sur toutes les lignes de Paris, métro et RER, mais aussi de Lille, Lyon, New York, Santiago du Chili, Tokyo, Rome et Barcelone… Véritable référence pour les amoureux du dessin, il recèle conseils, anecdotes, commentaires techniques et artistiques à travers les pages consacrées aux dessinateurs ainsi qu’à des rubriques thématiques sur des sujets récurrents : l’architecture et le mobilier du métro, les musiciens, les animaux, l’art du portrait et les sujets tabous. Une fois l’ouvrage refermé, vous n’aurez plus qu’une envie : prendre votre ticket pour croquer à votre tour cette galerie de portraits souterraine dans ce monde étrange et fascinant !

Cyanide & Happiness

Notre avis : Véritable phénomène outre-Atlantique, Cyanide & Happiness connait sa première publication en France. Cet album est un recueil de strips sur quelques cases, qui est la version papier de ces gags publiés sur un blog, créé en 2005 par Kris Wilson, Rob DenBleyker, Matt Melvin et Dave McElatrick. Actuellement la page Facebook compte 10 millions de fans, 152 000 followers sur Twitter et 859 000 abonnés Instagram ! Pour compléter cette véritable succes-story, les auteurs ont imaginé une chaîne Youtube avec des cartoons animés (4 millions d’abonnés et 600  millions de vues).

La singularité de cet album est qu’il n’y a pas de personnages ni de héros récurrents. Sans décor, les mini-récits misent avant tout sur le dialogue entre les personnages. L’humour noir et la satyre sont donc de mise au fil des pages. Sans concession, sans limite, irrévérencieux et pervers, il n’est pas à mettre entre toutes les mains. Néanmoins, nous restons dubitatifs sur l’effet escompté à savoir faire rire le lecteur. Le but n’étant atteint que très très rarement. Est-ce le décalage entre le web et le papier ? Entre l’humour américain et celui des Français ? Pourtant de nombreux albums traduits dans notre langue ont réussi la transition. Bizarre ! C’est raté !

  • Cyanide & Happiness, volume 1 : Tu le vois mon doigt
  • Auteurs : Kris, Rob, Matt et Dave
  • Editeur: Hugo Desinge
  • Prix: 14.95€
  • Parution: 05 novembre 2015

Résumé de l’éditeur : « Attention, ce livre est illicite, insensible, pervers, sombre, dépravé, répréhensible, enfin bref, profondément mauvais. Il est conseillé aux âmes sensibles de reposer ce livre sur la commode et de se diriger vers la section « épanouissement personnel » ».

Jhen #15

Notre avis : Depuis le précédent ouvrage, les aventures de Jhen ont été confiées à un trio d’auteurs Jean-Luc Cornette et Jerry Frissen (scénario) et Paul Teng (dessins) et donc succédé à Hugues Payen et Jean Pleyers. Et l’on peut dire que Draculea, le 14e volume était très réussi. Pour ce quinzième volume, Les portes de fer, les auteurs mettent en scène Jhen et Venceslas, son ami, sur les routes de Transylvanie. Alors que le colosse a décidé d’aller visiter son ancien camarade Andris, nouvellement appelé Frère Lucas au Monastère de Sainte-Croix,  Jhen se rend à Sibiu.

La cité fortifiée est menacée par des akindjis (janissaires ottomans), qui se ruent dans les villages des alentours pour les piller, s’en prennent aussi aux moines, volent la croix incrustée d’or et enlèvent Venceslas. Jhen décide de partir à la rescousse de son ami.

Si le scénario est intéressant, plutôt accrocheur et plait à la lecture (parfois des facilités dans certains dialogues), la partie graphique très (trop ?) classique, plaira forcément aux plus anciens lecteurs, ceux amateurs de Jacques Martin. Il fait le travail, ses glisses dans les pas de l’illustre créateur de la série mais les personnages semblent un peu trop figés.

Jhen : une reprise (depuis deux volumes) réussie, épique et agréable à la lecture.

  • Jhen, tome 15 : Les portes de fer
  • Scénaristes : Jerry Frissen et Jean-Luc Cornette, d’après Jacques Martin
  • Dessinateur : Paul Teng
  • Editeur: Casterman
  • Prix: 11.50€
  • Parution: 04 novembre 2015

Résumé de l’éditeur : Hiver 1442, Jhen et Venceslas traversent la Transylvanie pour se rendre en France. En route, Venceslas se sépare de Jhen pour rendre visite à une vieille connaissance dans un monastère tandis que Jhen l’attend au château de Sibiu. Malheureusement, la région subit des échaffourées de l’armée ottomane et Jhen se retrouvera coincé à l’intérieur des Murs de Sibiu ou le châtelain se cache par couardise…

Another #3

Notre avis : Publié pour la première fois au Japon en 2011 dans la revue Young Ace des éditions Kodakawa Shoten, Another est un excellent seinen. Ce thriller de Hiro Kiyohara met en scène Misaki, collégien populaire, qui meurt brutalement dans un accident. Choqués, ses camarades décident de faire comme s’il était en vie. Vingt-six ans plus tard, Kôichi est transféré dans la même classe. Rapidement, il perçoit une atmosphère sinistre entre les autres élèves et s’interroge sur une jeune fille prénommée Misaki.

Dans le troisième volume, les cadavres d’élèves de la 3e3 continuent à s’amonceler. Le mangaka renouvelle sa belle partie narrative grâce à une excellente maîtrise du suspens. Le parallèle entre l’époque actuelle et les années 80 est habile, passant de l’un à l’autre sans difficulté.

 

  • Another, volume 3
  • Auteur : Hiro Kiyohara, d’après Yukito Ayatsuji
  • Editeur: Pika
  • Prix: 7.20€
  • Parution: 30 septembre 2015

Résumé de l’éditeur : La malédiction de la 3e 3 fait rage ! Les morts horribles se succèdent parmi les élèves et leurs proches. Le subterfuge qui consistait à ignorer un membre de la classe ne semble pas fonctionner à cause de l’arrivée de Kôichi… Pour rétablir l’équilibre, il devient lui aussi un « disparu », tout comme Mei Misaki. Malheureusement, le bain de sang ne semble pas vouloir s’arrêter… Qui sera le prochain ?