Les concerts de dessins 2017 : Hommage à Hermann

Après le merveilleux Le chapeau d’Areski très théâtral en 2015 et le détonnant Hommage à Otomo en 2016, les Concerts de dessins reviennent cette année avec un hommage à Hermann, sur un scénario de Alfred. L’auteur de Come Prima est entouré de 7 excellents dessinateurs ou dessinatrices pour mettre en image cette sublime histoire. Le récit dessiné est mis en musique par Areski Belkacem et ses musiciens.

HOMMAGE A HERMANN

Une femme cow-boy, un indien, des poursuivants et des décors de folie sont au cœur du nouveau Concert de dessins. Hommage au Grand Prix d’Angoulême 2017 – Hermann – sous forme de western, les 8 auteur(e)s sont heureux sur scène avec les musiciens de nous raconter une très belle histoire rocambolesque et burlesque.

Hier, pour la première, Alfred, Richard Guérineau, Terkel Risbjerg, Néjib, Laureline Mattuisi, Hilda-Maria Sandgren – les dessinateurs qui sont là tous les jours – ainsi que Lucia Biagi et Edmond Beaudoin – les guests du jour, ont fait vibrer un public très jeune de scolaires.

  • Découvrez nos photos exclusives des répétitions du Concert de Dessins 2017 dans le diaporama ci-contre.

Richard Guérineau et Alfred nous ont accordé quelques minutes pour nous parler du Concert de cette année.

  •  Richard Guérineau

Depuis combien d’années participez-vous aux Concerts de Dessins ?

Si je ne me trompe pas, c’est la quatrième année que je participe. C’est mon camarade Alfred qui m’a embarqué dans l’aventure.

Qu’est-ce que vous appréciez dans ce style d’exercice, très original ?

Outre le dessin en live qui est un exercice très particulier, c’est surtout le fait de dessiner à trois ou quatre en même temps. Nous faisons une image composite avec des styles de dessins très différents, avec des auteurs qui connaissent l’exercice, d’autres non et au final, la magie fonctionne. En soit, nous ne faisons pas de « beaux dessins », nous n’avons pas le temps mais l’image fonctionne à la fin. C’est cette magie là que les spectateurs voient à l’écran avec des mains qui dansent sur le papier, c’est cela qui me plaît !

  • Alfred

Cette année, la thématique est un Hommage à Hermann. Qu’avez-vous voulu mettre en lumière concernant cet immense auteur ?

Pour le scénario, c’était un peu comme l’année dernière avec la contrainte d’un hommage à Akira et Otomo : c’est de prendre des éléments de l’œuvre de l’auteur. Pour le western d’Hermann, j’ai voulu jouer avec les codes utilisés dans sa série Comanche entre autre, de prendre les personnages un peu typés et les 2-3 lieux dans lesquels il avait l’habitude de raconter ses histoires. Pour le reste, c’est d’en faire quelque chose d’amusant.

Le scénario du Concert de Dessins est très burlesque. Pourquoi ?

Cela arrive souvent parce que l’exercice se prête à jouer les uns avec les autres et à partir un peu dans le pastiche, dans une forme de caricature.

C’est mieux de construire l’histoire comme cela, même pour les musiciens. C’est plus intéressant d’avoir pour eux des mélodies un peu plus enlevées, plus rock que d’avoir des musiques trop planantes.

Depuis combien d’années participez-vous aux Concerts de Dessin ?

Cela va faire la douzième fois et la troisième année que je m’occupe des scénarios : le Chapeau d’Areski avec Olivier Ka en comédien et co-écrit avec Jean-Louis Tripp, Otomo avec Bastien Vivès et cette année, je l’ai imaginé seul.

Qu’est-ce qui vous plaît dans cet exercice ?

Le fait que ça n’a absolument rien à voir avec ce qu’est mon vrai quotidien d’auteur. Autant Richard que moi, notre quotidien, c’est de dessiner huit heures par jour dans le silence de notre atelier, sans personne qui regarde par-dessus notre épaule. Le fait, tout à coup, de se retrouver propulsé sur une scène avec 600 personnes dans la salle, des musiciens, quatre dessinateurs par table, cela n’a tellement rien à voir que c’est amusant. C’est un exercice de se confronter à un truc très vivant. En plus, nous ne dessinons pas comme nous en avons l’habitude.

Article posté le vendredi 27 janvier 2017 par Damien Canteau

LES CONCERTS DE DESSINS 2017

Communiqué du Festival

Toujours très appréciées des festivaliers, ces interventions de dessinateurs en live avec des musiciens vont de nouveau faire salle comble cette année. Rendant hommage au Grand Prix Hermann, les Concerts de Dessins® de la 44e édition auront pour thème l’univers du western

Et comme chaque année, les auteurs qui ont accepté de se prêter à l’exercice dessineront à partir d’un scénario original réalisé par Alfred, lauréat du Prix du Meilleur album en 2014 pour Come Prima. À ses côtés, le compositeur et multi-instrumentiste qu’on ne présente plus, Areski Belkacem, interprétera avec ses musiciens une partition originale. Et chaque jour du Festival, l’équipe de 8 dessinateurs présents sera renforcée par la venue d’invités surprises pour proposer cette année encore un spectacle inédit et généreux, une œuvre collective et éphémère que le Festival est heureux de proposer à tous.

RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES

Théâtre d’Angoulême – Scène nationale

  • Production : 9eArt+
  • les 26, 27, 28 et 29 janvier 2017 à 14h
  • 12€

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir