Top 10 des coups de coeur 2016

A quelques jours de Noël, les membres rédaction de Comixtrip vous proposent leurs coups de cœur de l’année 2016. Pas simple de retenir seulement 10 titres dans une année une nouvelle fois riche en nouveautés et en petites pépites, mais quatre de nos rédacteurs se sont pliés au jeu. Chacun a réalisé son propre top 10 en fonction de ses goûts.

Forcément subjectif, ces tops 10 des coups de cœur 2016 peuvent prêter à discussion. Si vous avez vous aussi des coups de cœur sur cette nouvelle année, n’hésitez pas à nous en faire part en nous les signalant dans les commentaires et engager le dialogue avec les autres lecteurs de Comixtrip

JEAN-MICHEL GOUIN

1.

Ô vous frères humains

de Luz, d’après Albert Cohen (Futuropolis)

Dix mois après Catharsis, album exutoire réalisé aux lendemains des attentats de janvier 2015, Luz revient avec  Ô vous frères humains, magnifique adaptation dessinée d’un récit autobiographique d’Albert Cohen.

> Lire la chronique

> Lire l’interview de Luz

2.

Watertown

de Jean-Claude Götting (Casterman)

Avec Watertown, Jean-Claude Götting use de toute son élégance graphique pour proposer une histoire noire à souhait dans l’Amérique des années 60.

> Lire la chronique

3.

La légèreté

de Catherine Meurisse (Dargaud)

Traumatisée par les attentats de Charlie hebdo auxquels elle échappa de justesse, la dessinatrice Catherine Meurisse livre avec La Légèreté un émouvant roman graphique.

> Lire la chronique

4.

Je, François Villon (l’intégrale)

de Jean Teulé et Luigi Critone (Delcourt)

Son père pendu, sa mère enterrée vivante, François Villon connaît les pires atrocités de la vie dès son plus jeune âge. Recueilli par le chanoine de Saint-Benoît, il est envoyé dans le meilleur collège de Paris. Mais à ses études, il préfère la poésie, l’hypocras et la fornication. Poète et ribaud à la fois, il commet tous les actes possibles, des plus sublimes aux plus abominables.

 

5.

Mon père était boxeur

de Barbara Pellerin, Kris et Vincent Bailly (Futuropolis)

Avec Mon père était boxeur, la photographe, enseignante et documentariste Barbara Pellerin signe chez Futuropolis un récit émouvant sur la relation entre une fille et son père.

> Lire la chronique

6.

L’incroyable histoire du Canard Enchaîné

de Didier Convard et Philippe Magnat (Les Arènes)

Le plus célèbre des volatiles de la presse écrite a cent ans. Les auteurs Didier Convard et Philippe Magnat retracent ses aventures en BD dans L’incroyable histoire du Canard enchaîné. Un beau livre pour mieux comprendre 100 ans de vie politique française en BD.

> Lire la chronique

7.

La déconfiture, livre 1

de Pascal Rabaté (Futuropolis)

Le talentueux Pascal Rabaté ravive notre mémoire avec le premier volet d’un diptyque consacré à l’exode de juin 1940. La déconfiture nous emmène sur les pas d’un simple soldat pris dans la tourmente de cet été si particulier.

> Lire la chronique

8.

L’esprit rouge

de Maximilien Le Roy et Zéphir (Futuropolis)

Le récit d’un voyage initiatique vers le Mexique d’un grand écrivain, Antonin Artaud, magnifiquement servi par le dessin de Zéphir. C’est  L’esprit rouge, sorti en mars chez Futuropolis.

> Lire la chronique

MIKEY MARTIN

1.

Le Facteur Cratophane : Prologue à Monsieur Mardi-Gras Descendres

de Eric Liberge (Dupuis)

Plus de dix ans après la conclusion de Monsieur Mardi-Gras Descendres, Eric Liberge illustre 140 nouvelles planches alimentant le prologue de cette série considérable. Sacrément osé de sa part de revenir sur un succès dont le contenu apportait sont lot d’interrogations, certes, mais dont la qualité était telle qu’on pouvait estimer cette œuvre comme aboutie. Une anecdote racontée par l’auteur veut que ce prequel soit né par des questions incessantes de passionnés lors de rencontres dédicacées. Nul doute qu’ Eric Liberge avait ses réponses bien ancrées tant ce lieu qu’est le purgatoire semble l’habiter. Immersion dans Le Facteur Cratophane où la crainte de l’histoire de « trop » va très vite se dissiper…

> Lire la chronique

2.

L’appel

de Laurent Galandon et Dominique Mermoux (Glénat)

Les attentats de novembre 2015 ravivent de douloureux souvenirs. Depuis le massacre survenu au siège de Charlie Hebdo, de nombreux auteurs/dessinateurs ont éprouvé le besoin de se libérer d’un poids, lourd à porter seul. Plusieurs bandes-dessinées touchantes sont là pour l’attester. L’appel apporte une nouvelle vision. Avec cette œuvre, Laurent Galandon et Dominique Mermoux, créent un point de départ. À l’image d’un adolescent aux portes de la radicalisation, et de sa mère qui assiste, à distance, à la transformation de son fils. L’appel ou l’interminable attente de Cécile. Pour espérer sauver Benoît.

> Lire la chronique

 

3.

Mort aux vaches

de Aurélien Ducoudray et François Ravard (Futuropolis)

Polar campagnard drôle et inventif, Mort aux vaches suit les aventures rocambolesques de quatre cambrioleurs partis se mettre au vert après leur méfait, en plein dans la période de la crise de la vache folle. Accompagné par François Ravard au dessin, Aurélien Ducoudray dévoile avec malice, une excellente histoire aux éditions Futuropolis.

> Lire la chronique

> Lire l’entretien avec Aurélien Ducoudray

4.

A coucher dehors

de Aurélien Ducoudray et Anlor (Grand Angle)

Présent dans nos coups de cœur de l’année 2015 avec son passionnant Amère Russie, nous avions hâte de retrouver ce beau duo formé par A. Ducoudray & Anlor. Pour le premier tome de ce nouveau diptyque intitulé À coucher dehors, exit le décor du conflit entre russes et tchétchènes pour retrouver un cadre plus calme. En atteste la toute première case sous un pont de la capitale, en bordure de Seine. Mais c’était assurément avant la tempête. Celle provoquée par trois hommes, sans domicile fixe, dont une importante nouvelle viendra ébranler leur mode de vie actuel. Ils y voient là une jolie porte de secours, à condition de mener à bien la mission confiée par une défunte tante. C’est l’aventure d’Amédée, Prie-Dieu et la Merguez. C’est le rêve d’un bonhomme qui voit plein d’étoiles dans sa tête et qui est persuadé de pouvoir les atteindre. Enfilons notre scaphandre et décollons avec eux !

> Lire la chronique

> Lire l’entretien avec Aurélien Ducoudray

 

5.

Lazarus 4

de Greg Rucka et Michaël Lark (Glénat Comics)

Six mois après la parution du 3e chapitre, c’est avec ce nouvel épisode, intitulé Poison, que revient Lazarus. Dans notre chronique précédente, nous avions clairement affiché notre engouement pour cette série. Greg Rucka et Michael Lark nous entraînent cette fois dans deux univers distincts : les conflits d’intérêt entre puissantes familles d’un coté, le terrain & ses violentes querelles de l’autre. Chaque tome de Lazarus, délivrant de précieuses informations, celui-ci ne déroge pas à la règle. Prenant.

> Lire la chronique

6.

Bikini atoll

de Christophe Bec et Bernard Khattou (Glénat)

Les Éditions Glénat lancent en 2014 la collection « Flesh & Bones » et choisissent le duo Christophe Bec/Bernard Khattou pour l’inaugurer. Ainsi naît Sunlight, un huis-clos étouffant qui donne les prémices d’une association réussie. Trois titres sont venus récemment s’ajouter à ce nouvel univers. Et c’est sur Bikini Atoll que nous allons nous attarder. Confectionné par le binôme cité plus haut, ce one shot suscite un intérêt particulier puisque les auteurs s’aventurent sur un chemin déjà emprunté avec un spécifique cahier des charges. Bikini Atoll doit donc, à la fin de sa lecture, confirmer la belle complémentarité entrevue dans Sunlight.

> lire la chronique

7.

L’assassin qu’elle mérite, tome 4

de Wilfrid Lupano et Yannick Corboz (Vents d’Ouest)

Paris, 1900. Victor a finalement sauvé Léna, celle qu’il avait prévu d’assassiner pour se venger d’Alec ! Dès lors, comment parvenir à faire payer son ancien mentor ? La réponse se trouve peut-être dans la lettre de revendication qu’il a subtilisée à ses nouvelles fréquentations. Un couple de révolutionnaires qui compte faire exploser le prestigieux palais de l’électricité, alors même que le débat sur la modernité frappe le Paris de l’Exposition Universelle…

8.

L’adoption, tome 1

de Zidrou et Arno Monin (Grand Angle)

Après le tremblement de terre ayant touché son pays en 2001, la petite Qinaya débarque dans le vie d’Alain et Lynette qui viennent de l’adopter. Si les débuts sont délicats – notamment avec Gabriel, le grand-père – la fillette avec toute son innocence et sa fraîcheur va devenir le rayon de soleil du vieil homme un peu bourru. Arno Monin, sur un scénario de Zidrou, met en image le premier volet de L’adoption, une très belle comédie dramatique aux éditions Grand Angle.

> Lire la chronique

9.

L’herbe folle

de Maryse Charles et Jean-François Charles (Glénat)

Paris, de nos jours. Pierre, la soixantaine, petit prof de dessin aux Beaux-Arts, a rendez-vous dans un café avec Rose Lanobre, la fille de Gilles et Theda, des amis de longue date. Elle voudrait en savoir plus sur ses parents qu’elle n’a jamais connus. L’occasion pour Pierre de se remémorer des souvenirs de jeunesse… Lorsqu’il était lui-même élève aux Beaux-Arts, Theda avait fait irruption dans sa vie et celle des autres étudiants tel un rayon de soleil. Les garçons étaient tous subjugués par sa beauté et son esprit libertaire. Elle avait finalement jeté son dévolu sur Gilles, avec qui elle était partie vivre et élever des chèvres en Auvergne. C’était l’époque du flower power et du mouvement hippie. Une période d’insouciance et d’amour libre. Un paradis perdu…

10.

Sheltered

de Ed Brisson et Johnnie Christmas (Akileos)

Les hommes et les femmes du refuge se sont préparés à tous les scénarios de fin du monde possibles depuis des années. Pourtant, leurs bunkers, leurs armes et tout leur entraînement ne peuvent pas les sauver de la seule menace qu’ils n’auraient jamais pu anticiper : leurs propres enfants.

DAMIEN CANTEAU

1.

Shangri la

de Mathieu Bablet (Ankama)

Dans l’espace, les Hommes sont réunis depuis plusieurs centaines d’années dans une station spatiale au-dessus de la Terre, inhabitable. Tianzhu Entreprises gère tout à bord, y compris le bonheur des habitants. Mais la rébellion se met en place pour renverser ce pouvoir quasi dictatorial. Cette histoire est contée dans Shangri-La, un exceptionnel album de Mathieu Bablet aux éditions Ankama.

> Lire la chronique

2.

Sweet tooth, volume 2

de Jeff Lemire (Urban Comics)

Quelle série ! Après un remarquable premier volume, les éditions Urban Comics proposent le deuxième volet de Sweet tooth, la série d’anticipation du talentueux Jeff Lemire. A lire d’urgence !

> lire la chronique

 

3.

Louis parmi les spectres

de Fanny Britt et Isabelle Arsenault (La Pastèque)

Depuis la séparation de ses parents, Louis et son petit frère Truffe vivent avec leur mère en ville. De temps en temps, ils partent quelques jours chez leur père alcoolique. Le premier attend aussi une occasion de parler à Billie, la fille la plus belle du collège. Louis parmi les spectres parle de tout ça : des premiers émois mais aussi des peurs liées aux ravages de l’alcoolisme. Cet album sensible et fort est l’œuvre de Isabelle Arsenault et Fanny Britt.

> Lire la chronique

4.

Gros ours et Petit lapin

de Nylso (Misma)

Que peuvent bien se raconter un ours et un lapin – deux amis – pendant leurs longues journées ? Gros ours et Petit lapin signé Nylso est une merveille narrative et graphique, éditée par Misma.

> Lire la chronique

5.

Le mari de mon frère, volume 1

de Gengoroh Tagame (Akata)

Que faire quand le mari de son frère débarque dans sa vie ? Mike s’est marié au Canada avec Ryôchi, sans que Yaichi son jumeau ne soit au courant. Les relations sont tendues mais Kana, sa fille, va rapidement le mettre à l’aise. Le mari de mon frère est un merveilleux manga de Gengoroh Tagame aux éditions Akata.

> Lire la chronique

6.

Stupor Mundi

de Néjib (Gallimard)

Hannibal, l’un des plus grands savants de Bagdad, en est convaincu : il est capable de fixer des images sur des tissus. Accueilli dans le château de Castel del Monte par Frédéric II, il met au point la dernière version de sa camera obscura, ancêtre de la photographie. Pourtant, il va connaître de nombreux désagréments et notamment la volonté farouche des hommes d’Eglise pour que son invention reste lettre morte. Néjib conte cette drôle d’aventure scientifique dans Stupor Mundi, un roman graphique étonnant et passionnant.

> Lire la chronique

7.

Juliette, les fantômes reviennent au printemps

de Camille Jourdy (Actes Sud BD)

Juliette revient s’installer chez son père dans sa ville natale. Angoissée par son environnement, elle pense retrouver un peu de sérénité là-bas. Mais c’était sans compter sur son père, sa mère et sa soeur. Juliette, les fantômes reviennent au printemps est un jolie comédie dramatique familiale signée Camille Jourdy et publiée par Actes Sud. Une petite perle narrative et graphique.

> Lire la chronique

8.

Pereira prétend

de Pierre-Henry Gomont (Sarbacane)

En pleine dictature salazariste au Portugal, Peirera est en charge de la page culture du quotidien Le Lisboa. Il décide de confier la rédaction des nécrologies à un jeune homme épris de liberté dans ce période fermée et autarcique. Cette rencontre va bouleverser la vie et les idéaux du journaliste. Pierre-Henry Gomont adapte en dessin le roman éponyme de Antonio Tabucchi, Pereira prétend aux éditions Sarbacane.

> Lire la chronique

9.

Bots, tome 1

de Aurélien Ducoudray et Steve Baker

Rip-R, robot mécanicien et War-hol, robot guerrier, fuient une bataille contre ceux de la Coalition. Mais dans le ventre du colosse de fer se cache un étrange objet qui risque de bouleverser le conflit. Aurélien Ducoudray et Steve Baker dévoilent leurs aventures dans le premier volume de Bots, un excellent récit de science-fiction aux éditions Ankama.

> Lire la chronique

> Lire l’entretien avec Aurélien Ducoudray

10.

Sauvage ou la sagesse des pierres

de Thomas Gilbert (Vide Cocagne)

Se perdre dans une nature que l’on ne maîtrise pas, retourner à l’état sauvage, se questionner par rapport au monde qui nous entoure, voilà le cœur de Sauvage ou la sagesse des pierres, un étonnant et fascinant album de Thomas Gilbert, une petite pépite graphique éditée par Vide Cocagne.

> Lire la chronique

THOMAS FOLLUT

1.

Chiisakobe, volume 2

de Minetaro Mochizuki d’après Shûgorô Yamamoto (Le lézard noir)

Adaptation du célèbre roman de Shûgorô Yamamoto situé dans la période Edo et que Minetarô Mochizuki transpose dans le Japon d’aujourd’hui, Chiisakobé attire d’abord le regard par son dessin pop, agréable et élégant, qui nous donne envie de nous attarder sur chaque case.

> Lira la chronique du volume 1

2.

Capitaine Mulet

de Sophie Guerrive (2024)

Sophie Guerrive, auteure française encore peu publiée, signe avec Capitaine Mulet un roman graphique médiéval drôle et surprenant paru aux éditions 2024.

> Lire la chronique

3.

Mauvaises filles

de Ancco (Cornélius)

Deuxième publications de l’auteure Ancco aux éditions Cornélius Mauvaises Filles exprime d’un beau dessin âpre la dureté de la condition adolescente dans la société sud coréenne à la fin des années 90. Un ouvrage incontournable sans concessions.

> lire la chronique

4.

Batman, Des cris dans la nuit

de Scott Hampton et Archie Goodwin (Urban Comics)

Urban Comics qui poursuit avec brio sa politique de rééditions des œuvres consacré à l’homme chauve-souris publie ces jours-ci le one-shot Batman-Des cris dans la nuit, un titre paru initialement en 1992 aux USA et l’année suivante en France. Cet ouvrage incontournable, à la trame psychologique fascinante, se situe dans la lignée des œuvres plus personnelles, telle Dark Knight, Killing Joke, ou Year One, qui marquèrent de façon durable la renaissance du personnage fin 80 et imprimèrent de nouvelles tendances dans le comics US.

> Lire la chronique

 

5.

Mon village

de Jun Hatanaka (Le lézard noir)

Publié par Le Lézard Noir, qui poursuit avec pertinence sa politique d’exhumation de petits trésors patrimonial de la BD japonaise, Mon Village, fresque naturaliste et grivoise, fascine tant par son propos impertinent que par son ambiance graphique très expressive. Situé dans le Kyushu, la plus méridionale des îles principales du Japon, le village de Mizusawa niché au pied de la montagne est la proie des promoteurs en tout genre et risque de se retrouver englouti sous les eaux d’un barrage. Jun Hatanaka, auteur du remarqué Ryôta du Mandala, évoque avec force et subtilité le caractère rude des habitants de sa région natale.

> Lire la chronique

6.

La jeunesse de Mickey

de Tébo (Glénat)

Mikey a bien vieilli. Son arrière-petit neveu Norbert aime lorsqu’il raconte ses folles aventures de jeunesse. Glénat en co-édition avec Disney dévoilent La jeunesse de Mickey, un album très drôle et sympathique de Tébo.

> Lire la chronique

7.

Descender, volume 1 : Etoiles de métal

de Jeff Lemire et Dustin Nguyen (Urban Comics)

Jeff Lemire associé à Dustin Nguyen jouent le remake de la guerre entre les machines et les hommes dans l’excellent Descender, publié par Urban Comics. Pour sauver la Galaxie de sa fin inexorable, il y a Tim-21, un petit robot de compagnie.

> Lire la chronique

> Lire l’entretien avec Dustin Nguyen

 

8.

La forêt des renards pendus

 de Nicolas Dumontheuil d’après Arto Paasalinna (Futuropolis)

Rafael Juntunen, un petit malfrat, vient déterrer le butin qu’il avait laissé dans le jardin du foyer familial. Afin de ne pas être inquiété, il se cache dans une cabane dans les bois. Il est alors rejoint par Remes, un militaire et une lapone nonagénaire. Nicolas Dumontheuil adapte merveilleusement La forêt des renards pendus, le roman éponyme de Arto Paasalinna.

> Lire la chronique

9.

Space boulettes

de Craig Thompson (Casterman)

Les éditions Casterman publient, après Blankets et Habibi, le nouvel ouvrage de Craig Thompson Space Boulettes une formidable odyssée spatiale palpitante, drôle et touchante. Une belle fable sur la famille et une réflexion sur l’état du monde.

> Lire la chronique

10.

L’odeur des garçons affamés

de Loo Hui Phang et Frederik Peeters (Casterman)

Accompagné de Milton et de Stanley, Oscar, photographe parcourt les plaines du Texas au 19e siècle pour prendre des clichés des peuples indiens et découvrir aussi de nouveaux territoires. Loo Hui Phang et Frédérik Peeters dévoilent L’odeur des garçons affamés, un western fantastique étonnant, fort et addictif. Une pépite.

> Lire la chronique

HUGO NOIRTAULT

1.

C’est une oiseau

de Steven T. Seagle et Teddy Kristiansen (Urban Comics)

L’avenir professionnel de Steve n’a jamais paru aussi prometteur. On vient tout juste de lui proposer d’imaginer les nouvelles aventures du plus célèbre de tous les héros : Superman. Côté personnel, il s’apprête cependant à connaître les moments les plus douloureux de son existence : son père a disparu sans laisser de message, laissant sa mère en plein désarroi. Au même moment, il apprend qu’une maladie génétique menace sa vie mais également celle de ses futurs enfants. Dans son imaginaire, Steve dispose de pouvoirs incommensurables, capables de faire bouger les planètes, mais dans la vraie, Superman n’est qu’une créature de papier, impuissante… Vraiment ? Un symbole est-il capable de sauver la vie d’un être humain bien réel ?

> Lire la chronique

2.

Fight club 2

de Chuck Palahnuik et Cameron Stewart (Super 8)

Nous sommes dix ans après la fin de la première histoire. Marla et « celui qui se fait appeler Sebastian » sont désormais mariés, englués dans une haïssable petite existence bourgeoise. Ils ont une maison, un petit garçon, sans doute une carte d’électeur – plus rien ne les distingue de leurs voisins. Sebastian, cependant, n’est pas tout à fait guéri : il gobe des petites pilules pour juguler les symptômes de son ancienne schizophrénie. Marla, qui trompe son ennui en participant à des groupes de parole bizarroïdes, les remplace par du sucre et de l’aspirine : une façon comme une autre de faire revivre Tyler Durden, afin qu’il revienne foutre le bordel dans leur univers trop bien rangé.

Nous sommes dix ans après la fin de la première histoire. Marla et « celui qui se fait appeler Sebastian » sont désormais mariés, englués dans une haïssable petite existence bourgeoise. Ils ont une maison, un petit garçon, sans doute une carte d’électeur – plus rien ne les distingue de leurs voisins. Sebastian, cependant, n’est pas tout à fait guéri : il gobe des petites pilules pour juguler les symptômes de son ancienne schizophrénie. Marla, qui trompe son ennui en participant à des groupes de parole bizarroïdes, les remplace par du sucre et de l’aspirine : une façon comme une autre de faire revivre Tyler Durden, afin qu’il revienne foutre le bordel dans leur univers trop bien rangé.

3.

The Autumnlands

de Kurt Busiek et Ben Dewey (Urban comics)

Dans un monde divisé entre Ceux Qui Vivent Au-Dessus et les tribus plus sauvages de la Plaine, la magie, garante de l’équilibre, vacille. Pour la revitaliser, les plus grands mages se réunissent secrètement et, dans un dernier espoir, invoquent la prophétie du Sauveur. Malheureusement, la cérémonie provoque la chute de la cité et sa destruction. Réduits au niveau des peuples de la surface, à la merci des terribles bisons, la société se relève et découvre stupéfaite l’apparition de leur prophète.

4.

White trash

de Gordon Rennie et Martin Emond (Ankama)

Préparez-vous pour un road trip épique et sanglant… Suivez le périple de Dean, surfer flemmard, et le King, légendaire rocker aux vêtements lamés d’or, à bord de leur Cadillac rose. Direction Las Vegas au travers des bas-fonds du milieu suprématiste évangélique blanc de ces bons vieux États-Unis d’Amérique ! Une odyssée rock’n’ roll au parfum de révolte, bourrée d’humour idiot, de violence, et de superbes illustrations.

5.

My hero academia, volume 1

de Kohei Horikoshi (Ki oon)

Dans un monde où 80% des habitants possèdent un super-pouvoir, le petit Izuku qui pourtant aurait bien voulu intégrer la fameuse Hero Academia, n’en a pas. Kohei Horikoshi dévoile le premier volume de My hero academia, un formidable shônen édité par Ki oon.

> Lire la chronique

6.

Reflets d’acide Vol.6

de JBX et Fabien Dalmasso (Delcourt)

Attendu depuis plus de trois ans, ce sixième épisode totalement inédit de Reflets d’acide vient enrichir un univers de fantasy aux codes humoristiques totalement déjantés. Garanti avec du zombie dedans ! Depuis le haut du gouffre, Wrandrall observe l’afflux affreux des morts-vivants, lesquels se dirigent droit vers Maender-Alkoor, la cité des reflets. Ayant rejoint ses coéquipiers, notre héros s’en inquiète et invoque Roger, le tenancier de la taverne du voyageur d’où est partie cette improbable quête. Les prêtres rassemblés sont alors informés de la venue prochaine d’une terrible armée !

> Lire notre article sur Reflets d’acide

7.

Batman Dark knight III tome 1

de Brian Azzarello, Frank Miller et Andy Kubert (Urban Comics)

Frank Miller, assisté au scénario par Brian Azzarello, débute son troisième cycle des aventures du Dark Knight. Dessinée principalement par Andy Kubert et Klaus Janson, cette nouvelle mini-série aborde à nouveau la place des surhommes dans un monde à la dérive qui les craint autant qu’il les vénère. Chaque chapitre est complété par une histoire de complément explorant cet Univers si singulier, dessinée à chaque numéro par un artiste de renom. La dernière charge du Batman est proche, et que tremblent tous ceux qui s’y opposeront…

8.

Naruto Vol.72

de Masashi Kishimoto (Kana)

Grâce aux efforts de la team 7 et au sacrifice d’Obito, la paix est de retour ! Mais au grand dam de Naruto, Sasuke refuse de libérer les bijuus ! La confrontation semble donc inévitable entre Sasuke et Naruto… Les deux rivaux d’antan décident de solder leur compte à travers une ultime confrontation dans la vallée de la fin. Perplexe face à cette situation dérisoire, Kakashi songe au dénouement fatidique de cette bataille : « Qui de Naruto ou Sasuke triomphera ? »

9.

Batman Dark knight III tome 1

de Brian Azzarello, Frank Miller et Andy Kubert (Urban Comics)

Les kryptoniens de Kantor ont retrouvé leur taille humaine grâce à Atom, qui fut rétréci à l’infini par Quar, leur terrible leader despotique. Celui-ci s’en prend désormais aux Terriens et exige leur soumission. De son côté, Carrie Kelley retrouve Bruce Wayne, après son évasion lors de son extraction vers la prison Blackgate. Suite aux menaces de Quar, le binôme décide d’aller « réveiller » Superman dans sa forteresse de glace, seule force restante pouvant les aider. Lara, la fille de Wonder Woman et l’Homme d’Acier, n’est pas spécialement enclin à défendre les Terriens, elle se sent plus proche des… kryptoniens.

10.

Wolverine – Les origines et la fin

de Paul Jenkins, Kieron Gillen, Joe Quesada, Bill Jemas, Claudio Castellini, Richard Isanove, Andy & Adam Kubert (Panani Comics)

Retrouvez trois récits essentiels du mutant griffu. Origin et Origin II reviennent sur la jeunesse de Logan, avant qu’il ne devienne Wolverine. Wolverine : The End imagine la fin du héros, dans un futur lointain.

Article posté le samedi 10 décembre 2016 par Comixtrip

À propos de l'auteur de cet article

Comixtrip

En savoir